Dani Alves est bien placé pour parler de ce qui fait d’un club un grand club.

Le PSG à la croisée des chemins face au Real Madrid

PARIS — Ex-défenseur du FC Barcelone et de la Juventus de Turin, Dani Alves est bien placé pour parler de ce qui fait d’un club un grand club.

Embauché l’an dernier par le Paris Saint-Germain qui a clairement fait part de son objectif de gagner la Ligue des Champions, le Brésilien de 34 ans croit que l’équipe est à la croisée des chemins.

Après plusieurs échecs en Ligue des Champions, le club financé par des fonds qataris devra surmonter un déficit de 1-3 contre les champions en titre du Real Madrid quand ils se feront face au Parc des Princes, mardi, pour les huitièmes de finale.

Alves, qui a gagné trois fois le tournoi avec Barcelone, souligne que d’éliminer le Real Madrid aiderait le PSG à passer à un autre niveau en Europe.

« Vaincre des adversaires comme ceux de (mardi), c’est ce qu’on n’accomplit pas présentement, a déclaré lundi Alves. C’est ce que nous devons faire pour passer à un niveau supérieur. Il faut que nos adversaires tiennent compte de nous et cesser de penser que le PSG n’est qu’un club avec beaucoup d’argent. »

Depuis que Qatar Sports Investments a pris le contrôle en 2011 afin d’en faire un club de premier plan, des millions de dollars ont été dépensés sur de nouveaux joueurs, dont 400 millions d’euros (plus de 640 millions $ CAN) sur de nouveaux attaquants l’an dernier. Malgré les investissements massifs, le PSG n’a jamais dépassé les quarts de finale de la compétition au cours de cette période.

L’an dernier, le PSG est venu près réaliser un grand coup en prenant la mesure du FC Barcelone 4-0 à domicile avant d’être humilié 6-1 dans le match retour.

« Demain, nous vivrons un moment unique, un moment que nous ne revivrons peut-être jamais plus », a affirmé Alves.