Les dirigeants du hockey mineur en Outaouais préparent la rentrée en cette ère de la COVID-19. Plusieurs changements attendent joueurs, instructeurs et parents.
Les dirigeants du hockey mineur en Outaouais préparent la rentrée en cette ère de la COVID-19. Plusieurs changements attendent joueurs, instructeurs et parents.

Le hockey mineur prépare sa rentrée en Outaouais

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Les jeunes hockeyeurs vivront un début de saison très différent, le mois prochain, en Outaouais.

Des heures de glace nettement en baisse. Un plus grand nombre d’équipes. Des formations féminines qui joueront contre les garçons. Le retour des clubs de Fort-Coulonge dans la ligue régionale après une décennie à évoluer en sol ontarien.

Des règles de jeu modifiées qui prévoient des parties à trois contre trois ou quatre contre quatre selon les catégories d’âge. Des gardiens qui joueront au sein de plus d’une équipe durant l’hiver.

Les athlètes, entraîneurs, officiels et parents devront surtout respecter, à la lettre, une série de nouveaux protocoles sanitaires. 

Hockey Outaouais a, notamment, fait le plein de savon à main.

«Nous allons donner les infos sur les règles à suivre à tout le monde. Il faudra s’assurer qu’il n’y a pas plus de 50 personnes dans les arénas à Gatineau. Ça comprend les gens qui se trouvent sur la glace, souligne le président de l’organisme, Pierre Montreuil.

«C’est de la grosse gestion. Nous avons confiance d’avoir la coopération de tout le monde. Et la Ville de Gatineau veut s’arranger pour nous aider, aussi.»

Si un parent tient mordicus à regarder son enfant, au détriment des règles?

«Au pire, la police viendra faire son tour», répond M. Montreuil.

Ce dernier sait très bien que la communauté du hockey en Outaouais se pose des questions. Les gens veulent savoir à quoi ressemblera le sport national en temps de pandémie.

Il a passé une vingtaine de minutes à répondre aux questions du Droit.


« Il faudra s’assurer qu’il n’y a pas plus de 50 personnes dans les arénas à Gatineau. Ça comprend les gens qui se trouvent sur la glace »
Pierre Montreuil

La grande rentrée devrait s’effectuer après la fête du Travail pour le hockey simple lettre de même que double lettre en Outaouais.

Des camps de sélection sont prévus dès le 17 août pour les équipes AAA de la structure intégrée de l’Intrépide.

«C’est la date ciblée, mais il faut faire attention. Nous attendons toujours le feu vert de Hockey Québec.»

Le président se montre satisfait des inscriptions dans la grande ville de Gatineau, dans l’association des Collines ainsi qu’au hockey féminin. 

«C’est très lent dans les extrémités, à Shawville, Maniwaki et la Petite-Nation.»

Plus de 4000 joueurs ont participé aux activités du hockey mineur, l’hiver dernier, en Outaouais.

Le recrutement d’entraîneurs serait difficile. Une tendance observée ailleurs, aussi, en province. Pour y remédier, Hockey Québec serait plus flexible, affirme Pierre Montreuil, au sujet de la certification des instructeurs en 2020-2021.

Hockey Outaouais averti déjà que les heures de glace seront à la baisse pour les équipes sur son territoire.

«Nous n’aurons pas accès à tous nos arénas cet hiver. Nous en avons seulement quatre de la Ville de Gatineau jusqu’au 19 septembre. Les deux à Aylmer, Duchesnay et Robinson, de même que Sabourin à Hull et le stade à Gatineau.»

D’autres surfaces municipales ouvriront plus tard, en septembre. C’est le cas de Beaudry, Robert-Guertin, Robert-Rochon et l’aréna de Buckingham.

«L’aréna de Maniwaki est en rénovation. Les joueurs de cette région joueront à Low. La Petite-Nation ne sait pas si les arénas à Saint-André-Avellin et Thurso ouvriront.»

L’aréna Campeau, à Gatineau, a fermé ses portes de façon définitive.

«La Ville de Gatineau se croise les doigts pour que les trois nouvelles glaces communautaires soient prêtes au début du mois de janvier», mentionne Pierre Montreuil.

Selon le protocole en place, les vestiaires ne pourraient pas accueillir plus de cinq joueurs à la fois. On demandera donc aux hockeyeurs de se pointer à l’aréna tout équipés.

Il y aura du hockey compétitif «double lettre» en plus des équipes «simple lettre».

«Nous avons demandé aux associations de former leurs équipes double lettre au début de la saison. Une fois composées, elles seront divisées en deux afin de jouer par exemple quatre contre quatre. Ça pourrait toutefois aller jusqu’à du cinq contre cinq dans le midget.»

Ces formations joueront à l’intérieur de la région au sein de La Ligue de hockey régionale de l’Outaouais (LHRO). Le circuit publiera son calendrier, un mois à la fois. Cette mesure offrira à l’organisme une plus grande flexibilité, au cas où Hockey Québec décide de passer à la phase six de son plan de relance.