Le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie

Le groupe désirant amener la LCF à Halifax lance une campagne d'abonnements

HALIFAX — Maritime Football, le groupe souhaitant amener une franchise de la Ligue canadienne de football à Halifax, a lancé une campagne d'abonnements de saison en plus d'un concours visant à nommer cette éventuelle 10e formation du circuit.

Le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, était sur place pour cette annonce du groupe, qui a pour but de jauger de l'intérêt des habitants des Maritimes pour cette franchise. Composé des ex-propriétaires des Coyotes de l'Arizona Anthony LeBlanc et Gary Drummond, ainsi que par le président de l'entreprise de camionnage AMJ Campbell, Bruce Bowser, Maritime Football souhaite obtenir une équipe d'expansion qui pourrait entreprendre ses activités à Halifax à compter de 2021.

Les noms suggérés sont les Admirals, le Convoy, le Storm et les Schooners.

«Les partisans auront toutefois l'occasion de faire leurs propres suggestions, a noté Anthony LeBlanc, l'un des partenaires de Maritime Football. Nous avons établi cette liste en discutant avec les membres de la communauté, mais ça ne veut pas dire que le nom officiel en sera tiré. Peut-être serons-nous complètement soufflés par une des suggestions des partisans.»

Le nom retenu sera dévoilé le 23 novembre, pendant les festivités de la Coupe Grey.

À compter de mercredi, les gens peuvent verser 50 $ par abonnement de saison afin de voir son nom inscrit sur une liste prioritaire de sélection des sièges. Les partisans qui réservent ainsi leur place pourront participer au concours lancé pour nommer l'équipe. Le commissaire Ambrosie a affirmé qu'il n'avait pas un nombre minimum d'abonnements en tête.

«Nous n'avons pas établi une fourchette d'abonnements qui indiquerait si l'opération est un succès, a-t-il dit. Nous allons nous fier à Anthony, Gary et Bruce pour nous aider à comprendre les chiffres, à les mettre en perspective.»

LeBlanc a cependant ajouté qu'il est important d'avoir une bonne base de détenteurs d'abonnements pour aider à remplir un stade proposé de 24 000 places.

«Ce chiffre est probablement artificiel, mais j'aimerais remplir la moitié des sièges. Je pense que c'est très réaliste quand on regarde dans l'ensemble de la ligue, a indiqué LeBlanc. Il revient à nous de bien vendre le projet, mais les partisans ont là l'occasion de participer activement à celui-ci.»

Selon LeBlanc, la construction d'un stade pourrait prendre de 18 à 22 mois. Il ne voit pas d'inconvénient à ce que la nouvelle franchise amorce son existence à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en attendant la fin des travaux, ou encore que son entrée dans la LCF soit reportée.

«Ce ne sera pas la fin du monde si on commence un an plus tard», a-t-il admis, ajoutant qu'il n'avait pas de certitude dans le cas de Moncton. «Ce sont des discussions qui se poursuivent.»

Cette tentative d'implanter une concession de la LCF dans la principale ville des Maritimes a franchi une étape importante le mois dernier après que le conseil municipal de Halifax eut demandé à son personnel de faire une analyse approfondie de la rentabilité d'un tel projet.

Les partenaires de Maritimes Football ont proposé l'ancienne base militaire de Shannon Park, dans le port de Halifax, comme site pour la construction du stade, ajoutant que le projet de 170 à 190 millions $ nécessiterait des fonds publics.

Bien que le financement du projet puisse être le point litigieux, LeBlanc estime que le pire qui puisse arriver au projet est que son groupe «ne partage l'histoire et le plan» avec le public.

«Nous sommes confiants de franchir tous les obstacles, mais non, je ne pense pas que la route jusqu'au stade se fera sans heurt. Il y aura quelques secousses en chemin.»

Ambrosie a indiqué que la ligue est prête à accueillir une 10e équipe et qu'il souhaitait qu'elle s'installe à Halifax.

«Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour franchir ces derniers obstacles et atteindre le fil d'arrivée», a confirmé le commissaire.