Le Gatinois Dave Leduc a envoyé son adversaire au tapis plusieurs fois.

Le Gatinois Dave Leduc reste champion en boxe birmane

Dave Leduc a envoyé un message clair à son adversaire dès le premier round. Il était hors de question pour le combattant gatinois à mains nues de perdre sa ceinture de champion du monde de lethwei, dimanche, à Yangon, en Birmanie.

L’athlète âgé de 27 ans a conservé son titre à l’issue de l’affrontement contre Tun Tun Min qui s’est soldé par un verdict nul. Tout ça même s’il a dominé ce troisième face-à-face entre les deux rivaux.

La seule façon de gagner au lethwei, c’est via knock-out.

Non pas que Leduc n’a pas essayé d’achever Min.

Il l’a assommé lors de la troisième minute du combat avec un coup de coude contre la tête. Se retrouvant au tapis, l’aspirant a mis deux minutes pour retrouver ses sens, profitant d’un temps d’arrêt.

« Ils (gars de coin) ont eu besoin de lui mordre les oreilles et lui tirer les cheveux pour le réveiller », a relaté Leduc au bout du fil.

« Ici, ce n’est pas comme la boxe ou le MMA où c’est fini si tu n’es pas debout après 10 secondes. C’est quand même un peu fou. »

Sa réaction quand il a vu Min reprendre l’action ?

« S’il est capable de se relever de ça, comment est-ce que je vais pouvoir le finir ? C’est un animal ! »

Leduc a multiplié les coups. Au total, il a envoyé l’ancien champion trois autres fois au tapis, dont à deux reprises avec des coups de tête.

« Honnêtement, c’est une victoire. J’ai gagné les cinq rounds. Ça fait du bien. Un petit gars de Gatineau qui enlève la ceinture à une légende birmane puis qui réussit à la défendre contre lui. »

Leduc avait vaincu Tun Tun Min il y a deux ans pour devenir le premier non Birman à devenir champion. Les deux hommes avaient livré auparavant un verdict nul.

Le troisième choc était fort attendu. Le stade Thein Phyu était plein. Le tout était suivi par des millions de téléspectateurs au petit écran. C’est sans compter la diffusion en ligne.

« J’ai des chums à Gatineau qui se sont levés à trois heures du matin pour regarder ça », a souligné Dave Leduc.

Le combat avait été moussé par des déclarations colorées des deux pugilistes dans le dernier mois.

« Je suis pas mal content du résultat. En fait, c’est au-delà de mes attentes. Je n’ai eu que deux à trois semaines d’entraînement. Lui, ça faisait trois mois qu’il se préparait pour ça. »

Ajoutez que « Le Nomade » avait des doutes dans son esprit, quelques minutes avant le début des hostilités dimanche.

« J’ai pensé à plusieurs scénarios. J’essayais d’imaginer ce qu’il arriverait si je me faisais passer le KO, si je me retrouvais à terre. C’est fou comment ta tête peut te jouer des tours. J’ai fini par me dire : non, non, ça n’arrivera pas. »

Leduc a pu miser sur son entraîneur gatinois Patrick Marcil qui a fait le voyage en Birmanie pour ce combat. Il venait de le reconduire à l’aéroport quand il a rappelé le journaliste du Droit.

« Comme j’ai dit dans les nombreuses entrevues ici après le combat, on peut maintenant ranger la hache de guerre, a-t-il lancé au sujet de Tun Tun Min et lui. J’ai démontré ma dominance. »

Le principal intéressé reviendra en Outaouais plus tard cette semaine pour la période des Fêtes et pour célébrer cette septième défense de titre.