Le capitaine du Fury, Richie Ryan, bloque le chemin au joueur du Cosmos Mads Stokkelien Malgré ses efforts, sont équipe a été incapable de marquer le moindre but.

Le Fury fait le bonheur du grand patron de la NASL

Bill Peterson s'avère un commissaire heureux. Un record de son circuit a été fracassé ces dernières heures dans un nouveau marché.
Une ville qu'il a ciblée il y a trois ans. C'est lui qui a convaincu les autres propriétaires de la NASL d'accueillir Ottawa dans ses rangs. Le Fury lui donne raison depuis quatre mois.
«C'est un jour historique que nous avons vécu, non seulement pour Ottawa et le soccer canadien, mais également pour la NASL, a dit Peterson.
«Nous avons eu droit à un match fantastique. Tu avais deux excellentes formations sur le terrain. J'ai l'impression que le Fury va causer beaucoup de problèmes aux autres équipes.»
Le grand patron de la NASL a aussi apprécié la Place TD dotée des plus récentes technologies.
Le proprio majoritaire du Fury, John Pugh, lui avait vanté le nouveau domicile de sa concession, qui évoluait jusqu'ici dans le stade de l'Université Carleton. L'endroit ne pouvait recevoir qu'environ 3000 amateurs par match.
«Ce fut tout ce qu'on m'avait dit, et même plus. C'est un endroit magnifique et les gens ont semblé s'amuser beaucoup. Nous sommes fiers de pouvoir compter sur Ottawa.»
Le capitaine du Fury, Richie Ryan, s'est amusé aussi. Il a apprécié jouer devant plus une foule bruyante de 14000 spectateurs.
«C'est difficile de ne pas les remarquer, surtout après avoir joué devant 3000 à 4000 personnes. On s'est retrouvé dans un stade quatre étoiles.»
Son seul regret?
«Nous avons fait du boulot, mais malheureusement, nous n'avons pas obtenu le résultat final», a soutenu le milieu de terrain avec son accent irlandais.