Shawn Boudrias s’est fait discret contre les Huskies vendredi soir, mais il a été le seul Olympique à marquer en fusillade.

Le fantôme disparaît en prolongation

C’est peut-être parce qu’il attend les séries éliminatoires, mais le fantôme du centre Robert-Guertin devra se rappeler qu’il doit rester jusqu’à la fin des matches lorsque ceux-ci nécessitent la prolongation.

Pour la deuxième fois cette semaine, les Olympiques de Gatineau ont échappé un point après avoir été à égalité après 60 minutes de jeu.

Après un revers de 5-4 contre les Remparts de Québec mercredi, les Gatinois se sont inclinés 3-2 contre les Huskies de Rouyn-Noranda vendredi soir. Contrairement à mercredi où la prolongation a été suffisante aux visiteurs, les Huskies ont attendu la fusillade avant de s’imposer sur les locaux dans un match chaudement disputé devant une foule annoncée à plus de 3000 spectateurs.

Les Olympiques (26-20-6) ont au moins amassé un point dans un quatrième match de suite, mais ils semblaient avoir le dessus sur les Huskies (31-15-8), qui se défendaient à nouveau sans trois membres importants de leur brigade défensive.

Au moins, l’ancien des Olympiques Will Thompson est revenu au jeu vendredi après avoir été sonné il y a une semaine. Les Huskies ont disputé le match à cinq défenseurs, mais les locaux ont dû faire pareil quand Vincent Lampron a été blessé dès sa première présence sur la glace.

Le défenseur de 19 ans revenait justement au jeu après avoir soigné une commotion cérébrale quand il a été poussé dans la bande à partir d’une distance où il était vulnérable. Il a mis du temps à se relever et il n’est pas revenu au jeu.

Agissant en justicier, Anthony Beauchamp a aussitôt engagé un combat où il a renversé Tommy Beaudoin.

«Vincent revenait au jeu et la séquence était dangereuse. Elle m’a fait penser au coup que Métis Roelens a encaissé de Tommy Cardinal la semaine passée. Ces choses-là me frustrent. Il fallait que je défende Vincent et que j’impose des limites sur la glace. J’ai jeté les gants pour l’équipe et je pense que ça nous a donné de l’énergie par la suite», a expliqué Beauchamp.

Le Thursolien n’avait pas tort. Les locaux ont connu de bons moments jusqu’au but de Samuel Hatto, mais l’indiscipline des Olympiques a permis aux Huskies de rester dans le match en deuxième période.

Patrik Hrehorcak et Peter Abbandonato ont inscrit les deux buts des Huskies pendant des avantages numériques et les visiteurs ont été très dominants lors de leurs trois autres supériorités numériques où ils n’ont pas marqué.

«Nous avons vraiment bien limité leurs chances de marquer à forces égales. En avantage numérique, ils ont pris beaucoup de momentum en contrôlant bien la rondelle et en ayant une bonne exécution», a indiqué Éric Landry.

Anthony Beauchamp a fait plus que défendre ses coéquipiers vendredi. Il a aussi marqué l’autre but des Gatinois en temps réglementaire.

Tristan Bérubé a quant à lui connu un fort match en repoussant 27 tirs des visiteurs. Samuel Harvey a fait face à 25 lancers.

En fusillade, les deux tireurs des Huskies ont cependant déjoué Bérubé alors que seul Shawn Boudrias a touché la cible pour les Gatinois.

«Nous avons connu des hauts et des bas dans ce match, a indiqué Landry. Nos punitions nous ont ralentis et elles ont permis aux Huskies de revenir dans le match. Le chiffre des lancers n’est pas un indicateur de l’allure du match. Ils ont décoché plusieurs tirs pendant nos punitions. Nous avons été pénalisé plus qu’eux, mais nous avons de gros bonshommes qui tombent moins souvent. C’est comme ça que je veux mes joueurs. Sur leurs patins. Par contre, je ne dis pas que les Huskies plongent. Pas du tout.»

Landry a ajouté que Vincent Lampron ne semblait pas trop amoché après avoir frappé la rampe durement à sa seule présence sur la glace. «Nous n’avons pas voulu courir de risque. Il venait de revenir au jeu. Nous allons l’évaluer sur une base quotidienne.»

Les Olympiques iront terminer leur week-end à Sherbrooke dimanche.

LES 67'S CÉLÈBRENT LEUR 5E DÉCENNIE SAMEDI

Les festivités liées au 50e anniversaire des 67’s d’Ottawa vont se poursuivre samedi alors qu’ils recevront les Generals d’Oshawa en après-midi. 

L’organisation soulignera sa décennie de 2007 à 2017. Elle n’a pas été l’époque la plus glorieuse de l’histoire du club, mais elle a produit plusieurs joueurs pour la LNH. 

Sean Monahan, Logan Couture, Jamie McGinn, Tyler Toffoli, Petr Mrazek, Cody Ceci, Shane Prince, Travis Konecny et Tyler Graovac ont été les principales vedettes du club à accéder au circuit Bettman, mais le club n’a gagné que trois rondes éliminatoires pendant ces 10 années. 

En 2012, ils avaient atteint le carré d’as de la Ligue de l’Ontario sous la gouverne de Chris Byrne, qui avait remplacé le légendaire Brian Kilrea derrière le banc des 67’s en 2009-10. « Killer » aura dirigé les 67’s pendant 34 saisons et mène toujours la Ligue canadienne de hockey avec 1193 victoires. 

Comme les meilleurs joueurs des 10 dernières années évoluent dans la LNH, dans les circuits mineurs nord-américains ou encore en Europe, il y aura moins d’anciens joueurs à la Place TD samedi, mais Shayne Campbell, Corey Cowick, Thomas Nesbitt, Chris Perugini et Patrick White ont confirmé leurs présences.

L'INTRÉPIDE DOMPTE SA BÊTE NOIRE AVANT LES SÉRIES

Il aura fallu cinq essais avant d’y arriver, mais l’Intrépide de Gatineau a enfin vaincu sa bête noire dans la Ligue midget AAA du Québec vendredi soir dans le dernier match de sa saison régulière. 

Conor Frenette, Mathieu Gagnon et Hendrix Lapierre ont compté dans une victoire de 3-2 des Gatinois contre les Vikings de St-Eustache, champions de la section CCM. 

Les visiteurs du Complexe Branchaud-Brière ont donné une bonne frousse aux troupiers de Martin Lafleur quand Alexis Bélisle a déjoué Jérémie Lefebvre une première fois avec 11 minutes à faire au match et quand Vincent Hotte a réduit l’écart à 3-2 dans la dernière minute de jeu, mais l’Intrépide (24-15-1) a résisté à la remontée des Vikings (25-13-1). 

L’Intrépide, sixième au classement des 15 équipes, amorcera ses séries éliminatoires dès jeudi au Complexe Branchaud-Brière contre un adversaire qui reste à déterminer puisque les activités régulières de la ligue vont se terminer dimanche. 

Il pourrait se frotter au Lac St-Louis ou au Collège Esther-Blondin. Auteur de 22 buts en 40 matches, Conor Frenette a été le meilleur franc-tireur du club cette saison. 

Âgé de 15 ans, Hendrix Lapierre a pour sa part mené l’équipe avec 55 points en 35 matches.