Malgré une victoire écrasante de 40-0 contre le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke samedi, les gars du Rouge et Or ne sont pas prêts de crier victoire, puisque les duels contre les Carabins sont toujours enlevants et très physiques.

Le duel tant attendu à la Coupe Dunsmore

Le match de la Coupe Dunsmore contre les Carabins de l’Université de Montréal, les joueurs du Rouge et Or l’attendent depuis aussi longtemps que le camp d’entraînement qui avait lieu en mars, en Floride.

«On se prépare depuis la Floride en fonction de ces matchs contre les Carabins qui finissent presque toujours sur le dernier jeu du match», a lancé le demi défensif Kevin McGee après la victoire contre le Vert & Or de Sherbrooke samedi. 

«La Coupe Dunsmore, ça fait quatre ans que je la vis avec les gars de Québec et, franchement, je pense que c’est encore mieux que la Coupe Vanier», a-t-il poursuivi en mentionnant l’impact de la rivalité qui règne entre les deux plus puissants programmes de football universitaire québécois.

«On ne s’aime pas, ni les joueurs ni les coachs, ça donne une game physique et ça, ça me stimule», enchaîne-t-il. Même si Laval a gagné les deux premiers duels entre les deux équipes cette année, le Rouge et Or n’a pas remporté trois matchs en une saison contre les Montréalais depuis 2013.

«Et la dernière fois que nous les avons rencontrés, leurs deux meilleurs receveurs de passes, Guillaume Paquet et Louis-Mathieu Normandin, ne jouaient pas. Là, j’ai su que Louis-Mathieu jouait aujourd’hui et que Paquet s’entraînait, alors on verra.»


« On ne s’aime pas, ni les joueurs ni les coachs, ça donne une game physique et ça, ça me stimule »
Kevin McGee, demi défensif du Rouge et Or

McGee connaît bien Normandin, avec qui il entretient une rivalité depuis le cégep. «Je jouais pour les Cougars de Champlain-Lennoxville et lui jouait pour les Spartiates du Vieux-Montréal. On a joué deux Bols d’Or un contre l’autre et on en a gagné un chacun», raconte-t-il. 

«Au début, on ne se respectait pas du tout! Maintenant, après sept ans à jouer un contre l’autre, on est capable de se respecter, mais il n’a pas la bonne couleur!» poursuit-il à propos de l’uniforme bleu et blanc de Normandin.

Affaire de famille

Le prochain choc Rouge et Or-Carabins revêt aussi un caractère particulier pour le secondeur Kean Harelimana, dont le frère aîné Brian évolue à la même position avec les Carabins. 

«J’ai parlé à Brian ce matin, on s’est tous les deux souhaité un bon match. On se parle tous les jours et ça ne changera pas cette semaine. Par contre, on ne parle pas trop de football. On garde ça chacun de notre côté et non, on n’a pas fait de pari, même amical, sur le match!» poursuit Kean, dont l’équipe avait battu celle de son frangin l’an dernier.

«Personnellement, j’espère le même résultat cette année! Mais les Carabins ont de très bons athlètes, alors on s’attend à une attaque balancée avec beaucoup de passes et beaucoup de courses», explique-t-il.

Le receveur de passes Mathieu Robitaille s’attendait aussi à retrouver les Carabins sur le chemin du Rouge et Or. «Veux, veux pas, on s’en doutait qu’on affronterait les Carabins pour la Coupe Dusnmore. C’est «l’fun» d’être impliqué dans un match important comme ça, surtout que je n’étais pas en uniforme l’an passé. Il y a une énergie spéciale contre eux», indique le joueur de deuxième année.

Malgré le gain décisif de 40-0 contre Sherbrooke, dans lequel il a marqué un touché, Robitaille espère un meilleur départ pour les siens en fin de semaine. «On ne peut pas avoir un départ lent comme aujourd’hui», affirmait-il samedi. «Ce sont toujours des matchs qui se décident sur un jeu.»

Betts vise le 3 en 3

Quant à l’ailier défensif vedette du Rouge et Or Mathieu Betts, il n’a jamais battu les Carabins trois fois dans une même saison depuis son arrivée avec l’équipe. Il croit cependant que cette année sera la bonne.

«Oui, on y pense déjà. On célèbre ce soir, mais la semaine prochaine, la Coupe Dunsmore sera en jeu. On met tous nos pions sur la table, c’est un match sans lendemain, mais c’est un match qu’on se voit gagner», a-t-il déclaré samedi.

«Tout va se jouer sur la préparation. Les Carabins sont une équipe que nous connaissons bien, mais on risque de voir quelques changements dans les séries.»

Celui qui est vite devenu la terreur des quarts-arrière adverses a également signalé qu’il était complètement rétabli de sa blessure au dos subie plus tôt cette saison. «L’équipe médicale a fait du très bon travail.»