Les noms des joueurs qui s’amèneront à Granby ne disent probablement pas grand-chose à Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais ce n’est peut-être qu’une question de temps. Mélodie Collard est actuellement classée 25e au monde chez les juniors, elle a qui a participé à deux étapes du Grand Chelem en 2019.
Les noms des joueurs qui s’amèneront à Granby ne disent probablement pas grand-chose à Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais ce n’est peut-être qu’une question de temps. Mélodie Collard est actuellement classée 25e au monde chez les juniors, elle a qui a participé à deux étapes du Grand Chelem en 2019.

Le Défi du Nord culminera à Granby ce week-end

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
La pandémie de la COVID-19 a eu raison du 25e Challenger de Granby, mais le tennis occupera néanmoins une place importante dans le paysage sportif local au cours des prochains jours. La tournée du Circuit du Défi du Nord, qui rassemble les meilleurs jeunes joueurs du Québec et de l’Ontario, culminera à Granby de vendredi à dimanche.

Il est toutefois important de préciser que seule une centaine d’invités pourront accéder au site Tennis St-Luc.

Récemment passée par Montréal, Repentigny, puis Laval, la tournée est organisée par Tennis Canada, en collaboration avec différentes organisations.

«Presque tous les tournois ont été annulés et les espoirs ne peuvent pas retourner dans leurs collèges, puisque les frontières sont fermées. Depuis plusieurs mois, ils ne peuvent pas faire autre chose que s’entraîner. Au fil de nos discussions avec Tennis Canada, on en est venus à une solution qui leur permet de jouer de vrais matchs, en plus d’avoir accès à des bourses et des points pour les différents classements», a expliqué Alain Faucher, président et directeur général du Challenger de Granby.

Des athlètes moins connus, mais prometteurs

La tranche granbyenne réunira huit joueurs et autant d’athlètes du côté féminin. Certains font leurs marques chez les juniors, tandis que d’autres évoluent dans les rangs universitaires.

Leurs noms ne disent probablement pas grand-chose à Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais ce n’est peut-être qu’une question de temps. Mélodie Collard est classée 25e au monde chez les juniors, elle qui a participé à deux tournois du Grand Chelem en 2019.

«Mélodie a gagné les trois premières étapes de notre circuit et elle est probablement la principale tête d’affiche, a confirmé Richard Quirion, directeur des tournois pour Tennis Canada. Par contre, on a aussi d’autres athlètes très prometteurs, dont Victoria Mboko, une joueuse de 14 ans qui n’a pratiquement rien perdu jusqu’à maintenant.»

«Plusieurs membres de l’élite junior canadienne sont présents, donc ça donne un très bon calibre.»

Les deux finalistes masculins du Championnat québécois extérieur des 18 ans et moins tenu récemment à Waterloo seront également au rendez-vous. Jaden Weekes avait vaincu le favori Maxime St-Hilaire au compte de 6-2 et 6-4.

Jaden Weekes a triomphé à Waterloo le 16 août dernier.

Alain Faucher souligne que ceux qui se démarqueront le plus obtiendront peut-être des laissez-passer pour les prochaines éditions du Challenger.

Un protocole sanitaire très strict sera évidemment appliqué dans le contexte actuel. Puisqu’ils ne peuvent pas passer la nuit dans la région, les joueurs retourneront à Montréal chaque soir. Les matchs seront donc essentiellement concentrés le matin ainsi qu’en après-midi. Une dizaine de bourses seront remises au terme des finales, prévues dimanche.

«On a la possibilité de poursuivre lundi en cas de pluie, mais les prévisions météo sont encourageantes», rapporte Faucher.

Une formule satisfaisante

Cherchant à proposer une alternative après l’annulation du 25e Challenger en avril, Alain Faucher a d’abord tenté d’organiser des matchs d’exhibition impliquant de grands noms du tennis québécois. Il a ensuite été question d’un «week-end vintage», mais les restrictions et consignes sanitaires ont plombé ce projet.

Même s’il rêvait d’une couverture nationale et que la formule retenue n’est finalement pas ouverte au grand public, M. Faucher demeure néanmoins enthousiaste. «Au Challenger, un de nos objectifs est de promouvoir le développement du tennis chez les jeunes. Le week-end prochain va y contribuer, d’une certaine façon, donc je suis assez satisfait», a-t-il conclu.