Nikita Scherbak en a mis plein la vue pour marquer le but d’assurance du Canadien, mardi.

Le Canadien gâche le retour de Radulov

Les joueurs du Canadien de Montréal ont joué les trouble-fête en défaisant les Stars de Dallas 4-2 mardi soir au Centre Bell, mais l’heure n’était pas à la célébration dans le vestiaire de l’équipe.

Les joueurs se faisaient beaucoup de soucis pour Andrew Shaw, qui a quitté la rencontre alors qu’il restait 11 minutes à jouer au troisième vingt à la suite d’un violent choc avec l’ex-défenseur du Tricolore Greg Pateryn dans la zone des Stars.

À l’impact, la tête de Shaw a donné contre la baie vitrée et le combatif attaquant est tombé sur la patinoire. Alors qu’il était étendu sur la glace et sans défense, Pateryn lui a servi deux coups de poing au visage, un geste qui lui a valu une punition mineure et qui a déplu aux coéquipiers de Shaw.

«La mise en échec de “Shawzie” semblait légale, a déclaré Karl Alzner, mais quant aux deux coups de poing, j’ai trouvé que c’était inacceptable. Parfois, dans le feu de l’action, vous posez des gestes sans réfléchir entièrement, mais ce n’est pas quelque chose que vous aimez voir.»

Sur la séquence, par ailleurs, Shaw semblait déjà sonné dès le premier contact, ce que Alzner disait ignorer.

«Je ne le savais pas. Dans ce cas-là, c’est pire. Ça vous rend malade. C’est comme regarder des combats de la UFC où un combattant vient d’envoyer un rival au pays des rêves et continue de le frapper.»

De la façon dont Shaw a quitté la patinoire, il est possible de croire qu’il a été victime d’une commotion cérébrale, mais Claude Julien ne pouvait le certifier. Selon les informations que Julien possédait au moment de parler aux journalistes, Shaw n’avait pas encore été hospitalisé à la suite de l’incident.

«C’est sûr qu’il ne se sent pas bien. On me dit qu’on continue de l’évaluer, mais c’est sûr qu’il est amoché présentement. Je peux honnêtement dire que ç’a été toute une collision et il a été sonné», a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien, qui a aussi rendu hommage à l’effort de ses joueurs après un long et difficile voyage à l’étranger.

Dans le vestiaire des Stars, Pateryn a expliqué sa vision des choses. Au passage, il a lancé une flèche à Shaw.

«Je vais regarder le jeu de nouveau, mais il a foncé sur moi. Il était inconscient dès qu’il m’a frappé. Il s’est lui-même mis hors de combat quand il m’a frappé. Je n’ai pas réalisé qu’il était hors de combat jusqu’à ce qu’il soit sur la glace et que je vois ses yeux rouler vers l’arrière. Quand vous jouez de cette façon, ce sont des choses qui peuvent arriver.»

Mis au courant des propos de Pateryn, Claude Julien n’a pas été impressionné.

«Un commentaire comme celui-là ne mérite pas de réponse.»

Doublé pour Lehkonen

L’incident à l’endroit de Shaw a jeté de l’ombre sur les performances de deux points d’Artturi Lehkonen, d’Alex Galchenyuk et de Jonathan Drouin.

Lehkonen a porté son total à huit buts avec son troisième doublé de la saison pendant que Galchenyuk et Drouin récoltaient deux mentions d’aide chacun.

Brendan Gallagher a bonifié son record personnel en inscrivant son 26e but de la campagne, l’éventuel filet victorieux face à Kari Lehtonen, qui a bloqué 22 rondelles.

Nikita Scherbak, avec son troisième, a ajouté un but qu’on devrait revoir dans les bulletins de nouvelles.

La riposte des Stars est venue de Radek Faksa (12e) et de Jamie Benn (24e) face à Antti Niemi, un ancien des Stars, qui a fait face à 38 tirs.

À son 300e match en carrière dans la LNH, Alexander Radulov a mérité une mention d’aide sur le but de Benn, inscrit en avantage numérique tard en deuxième période. Pour le reste, il s’est fait relativement discret.

Le Canadien a marqué trois buts en avantage numérique, dont deux en l’espace de 35 secondes à la suite de punitions successives à Dan Hamhuis et à Faksa en deuxième.

Scherbak a aussi profité de la punition à Pateryn pour ajouter le filet d’assurance sur une pièce individuelle de toute beauté.

Le Canadien a joué les deux dernières minutes en désavantage numérique à la suite de pénalités à Brett Lernout et à Byron Froese, mais Niemi a fermé la porte aux Stars avec quelques-uns de ses meilleurs arrêts du match.

La défaite fait du tort aux Stars, qui sont impliqués dans une féroce bataille pour une place dans les séries éliminatoires et qui disputaient le deuxième de six matchs consécutifs à l’étranger en seulement neuf jours.

«Nous luttons pour participer aux séries éliminatoires, et nous avons besoin de points. Nous n’avons pas fait le travail. Nous nous sommes placés dans cette position, personne d’autre. C’est notre faute», a déploré Radulov, qui portait un sac de glace à la main gauche, mais qui a assuré que tout serait correct.

Le Tricolore sera de retour au Centre Bell jeudi soir pour y accueillir les Penguins de Pittsburgh. Alors que nous serons à la mi-mars, il s’agira du premier de trois duels entre les deux clubs cette saison, et du seul présenté à Montréal.

+

WEBER : CONVALESCENCE DE SIX MOIS

Le défenseur Shea Weber a subi une intervention chirurgicale afin de réparer une blessure à des tendons du pied gauche, mardi à Green Bay, au Wisconsin. Sa période de guérison prévue est de six mois et il pourrait être prêt à temps pour le début du camp d’entraînement, en septembre.

Quant à Carey Price, il n'est pas impossible qu'il revienne au jeu avant la fin de la saison régulière. Avant le match contre les Stars, Claude Julien a confirmé que le gardien avait recommencé à patiner en solitaire dernièrement. «La progression va dans la bonne direction. S’il va bien, il va être de retour bientôt avec ses coéquipiers. On espère entendre ces mots dans les prochains jours, d’ici une semaine, mais on ne sait jamais avec une commotion.»  La Presse et La Presse canadienne