Marianne Saint-Gelais a participé à la finale du relais 3000m disputée à Shanghai.

Le Canada qualifie dix patineurs

C’est fait ! Les deux équipes de relais canadiens, masculin et féminin, sont officieusement et mathématiquement qualifiés pour les Jeux olympiques d’hiver en février prochain grâce aux points au classement recueillis lors des trois premières Coupes du monde disputées jusqu’ici. Les hommes ont décroché deux médailles d’or lors des deux premières étapes tandis que les femmes ont obtenu une médaille d’argent et une de bronze, en plus d’aller chercher des points pour leur présence en finale A, dimanche, dernière journée de la Coupe du monde présentée à Shanghai.

Cela a un effet concret sur l’ensemble de l’équipe olympique canadienne de patinage de vitesse sur courte piste qui ira aux Jeux de PyeongChang, puisque cela signifie que les cinq hommes et cinq femmes de l’équipe olympique provisoire iront aux Jeux, soit le maximum possible.

Dimanche, le relais canadien masculin, composé des Québécois Charles Hamelin (Sainte-Julie), Samuel Girard (Ferland-et-Boilleau), Charle Cournoyer (Boucherville) et Pascal Dion (Montréal), a remporté le bronze. Quant à François Hamelin (Sainte-Julie), il a participé aux rondes précédentes ce week-end. En finale, les Canadiens ont chuté avec les Chinois après 17 tours sur 45 pour se retrouver en 4e position pendant 28 tours, mais les Canadiens ont coiffé les Chinois au fil d’arrivée pour s’emparer du 3e rang, derrière les États-Unis, premiers, et la Corée du Sud, deuxième. Les officiels ont ensuite décerné une pénalité à la Chine.

« Les Sud-Coréens sont partis vite au départ et nous ont un peu surpris, mais on s’est vite adapté, a indiqué Samuel Girard dans un communiqué. Les Chinois ont ensuite un peu raté un échange, ce qui nous a donné une opportunité de dépassement, mais il y a eu contact quand ils ont chuté. Le temps de repartir, on avait déjà un tour de retard, mais les gars ont bien travaillé tous ensemble pour aller chercher la vitesse nécessaire pour aller passer devant la Chine à la ligne d’arrivée. On les eus ! »

« Après avoir connu une saison difficile l’an dernier au relais, on voulait revenir en force cette saison. Donc, se qualifier pour les Jeux olympiques était l’objectif, a ajouté Samuel Girard, qui en sera à ses premiers Jeux. C’est plaisant de savoir qu’on va pouvoir vivre l’aventure ensemble à cinq, avec le groupe complet ! »

Mentionnons que tout en remportant l’or, les États-Unis ont battu le record du monde du relais masculin avec un temps de 6 : 29.052, abaissant l’ancienne marque de 6 : 30.958 qui appartenait au Canada depuis octobre 2012.

Chez les femmes, l’équipe de relais était composée dimanche de Kim Boutin (Sherbrooke), Marianne Saint-Gelais et Kasandra Bradette de Saint-Félicien et Jamie Macdonald (C.-B.) tandis que Valérie Maltais de La Baie a contribué le Canada à se qualifier dans les rondes précédentes. En finale A, les Canadiennes ont été disqualifiées pour terminer quatrièmes. La Corée du Sud a donc accédé au podium avec la Chine et l’Italie. La disqualification est survenue en fin de course, alors que Marianne Saint-Gelais avait le relais.

« On est quand même contentes de notre course parce qu’on a occupé la première place, la quatrième, la troisième, la deuxième… C’est bien, parce qu’on s’entraîne justement à gérer ces différentes situations, et ça nous permet de devenir plus à l’aise dans tous les contextes. Des disqualifications, ça arrive. Il ne faut pas s’en faire, surtout que dans ce cas-ci, on n’avait pas grand-chose à se reprocher et c’est arrivé à la toute fin », a noté Kim Boutin.

« Les autres filles ont bien fait aujourd’hui mais pour ma part, je n’ai pas été en contrôle, ce qui m’a rendu vulnérable, notamment en fin de course quand j’ai tenté d’aller chercher la troisième place, et c’est pourquoi il y a eu une pénalité », a déclaré Marianne Saint-Gelais.

Quant à la qualifications du relais pour les Jeux, la Félicinoise ne s’assoit pas sur ses lauriers. « On a été dominantes et fortes depuis le début de la saison, alors on le mérite. Mais il ne faut pas s’asseoir là-dessus non plus, les filles en sont toutes conscientes. »

La Félicinoise Marianne Saint-Gelais (médaillée d’argent) et la Sherbrookoise Kim Boutin (médaillée d’or) ont conclu en beauté leur participation à la 3e Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste présentée à Shanghai, en Chine. Elles sont montées sur les deux plus hautes marches du podium du 1000m.

De l’argent pour Saint-Gelais

Aux épreuves individuelles, Kim Boutin de Sherbrooke et Marianne Saint-Gelais de Saint-Félicien ont réalisé un doublé or-argent au 1000m féminin lors de la dernière journée de la 3e étape de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste.

Gagnante du 500m samedi, Boutin a obtenu sa deuxième médaille d’or de la fin de semaine lorsqu’elle a remporté le 1000m féminin de dimanche, devant Marianne Saint-Gelais et l’Italienne Arianna Fontana. C’était la deuxième fois cette saison que Boutin et Saint-Gelais réalisaient un doublé au profit du Canada. Lors de la deuxième étape de la Coupe du monde, à Dordrecht aux Pays-Bas, Saint-Gelais a raflé l’or et Boutin, l’argent au 500m.

«Quand on est deux comme ça, tu ne veux pas nuire à ta coéquipière, mais en même temps tu ne veux pas freiner ton élan juste pour elle, a fait remarquer Saint-Gelais qui avait remporté le bronze au 1500m samedi. Ça s’est bien passé, ç’a été une bonne course. J’ai eu une opportunité de dépasser (Boutin), mais comme elle avait un bon rythme et qu’il n’y avait personne derrière (susceptible de dépasser), je n’ai pas forcé les choses. On peut être fières de ce qu’on a réalisé! On était six patineuses en finale, c’est beaucoup, alors c’était important de rester devant, a indiqué St-Gelais. L’exécution était bonne et j’ai suivi le plan de course, alors mission accomplie! »

La Baieriveraine Valérie Maltais a été freinée en demi-finale du 1000m pour prendre le 9e rang. L’équipe canadienne se déplacera maintenant à Séoul, en Corée du Sud, en vue de la dernière étape de la Coupe du monde qui commencera jeudi.