L’appel du hockey était trop fort pour Jean-François Lavergne qui sera aux commandes des Flames de Gatineau.
L’appel du hockey était trop fort pour Jean-François Lavergne qui sera aux commandes des Flames de Gatineau.

Lavergne reprend la barre des Flames

Les Flames de Gatineau ont de nouveaux actionnaires aux idées nouvelles et aux objectifs ambitieux, mais cela ne les a pas empêchés de se tourner vers un ancien entraîneur pour le ramener aux commandes de leur équipe de la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

Jean-Marc Leblanc, coactionnaire et directeur des opérations hockey, a annoncé le retour de Jean-François Lavergne chez les Flames mercredi. Cette fois, on va aussi lui confier la fonction de directeur général. Lavergne avait évoqué des motifs familiaux pour quitter son poste en décembre 2018 alors que les Flames montraient un dossier de 5-20-2 après 27 matches.

«À part cette petite séquence, Jean-François Lavergne a toujours connu du succès partout où il est passé. Il était de retour derrière le banc d’une équipe la saison dernière dans la Ligue senior A de l’Outaouais. Il a gagné le titre de l’entraîneur de l’année avec les Comets de Fort-Coulonge. Je ne savais pas qu’il voulait revenir chez les Flames, mais on me l’a chaudement recommandé et j’ai été impressionné par ses connaissances. C’est un très bel ajout pour les Flames», a expliqué Jean-Marc Leblanc, mercredi.


« Quand tu t’éloignes du hockey pendant un bout, tu réalises à quel point ça te coule dans les veines. »
Jean-François Lavergne

Ce dernier a ajouté qu’il avait offert «un poste aux opérations hockey et dans le recrutement» à Daniel Tremblay afin de le garder au sein de l’organisation, mais l’entraîneur-chef de la dernière saison a demandé une semaine pour penser à son avenir avec l’équipe.

Pour sa part, un recul du hockey a permis à Jean-François Lavergne de réaliser que le hockey lui manquait énormément.

«Beaucoup de gars de hockey passent par là un jour. Quand j’ai démissionné des Flames, je me sentais coupable de ne pas être à la maison pour ma famille. J’étais dans une période de remise en question. Je ne voulais pas être dans une situation où ma fille et le garçon de ma blonde voient le laitier plus souvent que moi! Quand tu t’éloignes du hockey pendant un bout, tu réalises à quel point ça te coule dans tes veines. Je suis content d’avoir dirigé une équipe senior pour me garder les pieds dans le hockey cette année. Ça me manquait d’enseigner, de faire partie de la solution et d’aider des joueurs dans leur cheminement.»

Aujourd’hui, Lavergne a la ferme conviction que sa famille a hâte qu’il retourne diriger une équipe de hockey junior.

«À l’heure du souper, ma gang est tannée de m’entendre parler de hockey! Elle réalise que ça fait partie de moi. Dans le fond, Buckingham, c’est près de chez nous. J’avais un esprit de famille avec les Mauzeroll (l’ancien groupe) et j’ai ce même sentiment-là avec Jean-Marc Leblanc, AJ Plant et Chantal Plant.»

Il faut dire que la vision du nouveau groupe de propriétaires a aussi séduit Jean-François Lavergne.

«Ils veulent bâtir un programme reconnu au niveau national. Ils veulent que notre club serve de tremplin à nos joueurs pour atteindre la LHJMQ, la OHL, le hockey universitaire canadien et américain et même les ligues professionnelles. Ils veulent offrir une visibilité à nos joueurs. Ils ont mis la barre haute en voulant gagner un championnat d’ici trois ans. Il n’y a pas meilleure manière de se faire voir que de jouer dans une équipe gagnante.»

Même si Lavergne a démissionné après une mauvaise première moitié de saison où son équipe avait été décimée par les blessures en 2018, il a aussi été le seul entraîneur de l’histoire des Flames à connaître une saison gagnante en 2017-18 (28-16-5).

«Je reprends l’équipe au moment où je suis plus motivé que jamais. Je veux partager cette passion avec tout le monde. Nous voulons avoir une équipe qui va performer et que les gens vont vouloir venir voir jouer.»