«Je travaillais 24 heures sur 24 et sept jours sur sept depuis deux ans pour établir cette franchise sur une fondation solide dans la communauté», déplore Gus Takkale, le propriétaire des SkyHawks.

L'avenir des SkyHawks en péril?

Y aura-t-il du basket professionnel à nouveau cet automne dans la capitale nationale?
Une question qui demeure sans réponse à un mois du repêchage de la LNB du Canada, prévu le 25 août. L'avenir des SkyHawks demeure flou.
Est-ce que l'équipe disputera une deuxième saison? Si oui, à quel endroit en ville?
C'est le silence ces dernières semaines au sein de l'organisation. Sa page Facebook n'a pas été mise à jour depuis juin. Et aucun nouveau message n'a été publié sur son compte Twitter dans le dernier mois.
Et on n'a pas donné suite à la demande du Droit pour une entrevue avec le propriétaire Gus Takkale. Une requête similaire a été effectuée hier auprès de la ligue, qui n'avait toujours pas répondu en soirée.
La bonne nouvelle pour les amateurs de basket d'Ottawa? Le logo des SkyHawks se trouve toujours sur la page d'accueil du site Web de la LNB. En revanche, le calendrier de la saison 2014-2015 n'a pas encore été publié.
Les SkyHawks avaient connu un certain succès sur le plancher malgré un changement d'entraîneur tôt durant leur saison inaugurale. Ils avaient conservé un dossier de 21-20 et alignaient une formation explosive en attaque.
Dans les estrades, c'était une autre histoire.
L'équipe a élu domicile au centre Canadian Tire, qui peut asseoir plus de 19000 amateurs. Ils étaient environ 2600 spectateurs lors du match inaugural.
Par la suite, ce nombre a fondu, atteignant notamment le cap des 200 personnes lors d'une visite des A's de Brampton en décembre.
Les deux dernières parties du calendrier régulier ont été déplacées au Cégep de l'Outaouais. La Cité a accueilli l'unique joute éliminatoire.
Quelques jours après la conclusion de leur saison, les SkyHawks avaient affirmé via communiqué avoir commencé «des discussions avec des investisseurs potentiels, nous cherchons des copropriétaires qui ont une passion pour le sport et le divertissement».