Laurence Vincent Lapointe (troisième à partir de la gauche) a eu droit à tout un accueil lors de son arrivée en Floride, dans les quartiers de l’équipe nationale canadienne de canoë-kayak.

Laurence Vincent Lapointe de retour sur l’eau

TROIS-RIVIÈRES — Laurence Vincent Lapointe a tenu sa parole. Il faut dire qu’elle était attendue en Floride! À peine quelques heures après avoir donné sa dernière entrevue médiatique, tard lundi, la reine du canoë a participé à un premier entraînement sur l’eau, environ 2500 kilomètres au sud du Québec.

Comme prévu, la multiple championne mondiale a renoué avec ses coéquipières et coéquipiers de l’équipe nationale de canoë-kayak, mardi. Elle était partie de Montréal assez tôt en matinée, à bord d’un avion.

Une personne proche de son équipe a parlé de «retrouvailles extraordinaires», où tout le monde était très heureux.

Sur Instagram, Katie Vincent, sa fidèle partenaire en canoë à deux, a publié une photo sur laquelle on voit toutes les filles de l’équipe canadienne. «Jamais une photo d’équipe n’a été aussi significative. Bon retour Laurence Vincent Lapointe. 177 jours avant le show.»


« Jamais une photo d’équipe n’a été aussi significative. Bon retour Laurence Vincent Lapointe. 177 jours avant le show »
Katie Vincent

Vers 15 h, Vincent Lapointe a pu participer à une première séance d’entraînement officielle et supervisée en plus de cinq mois. Ce fut d’ailleurs une sortie difficile en raison des vents, des vagues et de la présence de nombreuses personnes sur l’eau.

La bonne nouvelle, c’est que cet entraînement aura été ardu pour tout le monde. Ce n’est donc pas parce qu’elle était rouillée.

Vincent Lapointe a préféré se tenir loin des médias après son départ de Montréal, quelques heures après une journée fort occupée lundi à ce chapitre. Au total, elle aura livré plus d’une dizaine d’entrevues individuelles et radiophoniques, en plus de visiter des plateaux de télévision.

Elle a d’ailleurs rappelé, lundi, que certains de ses coéquipiers sur l’équipe nationale de canoë-kayak lui avaient témoigné leur confiance durant les mois d’incertitude entourant sa suspension provisoire par la Fédération internationale de canoë. Parions qu’elle était soulagée de finalement les retrouver.

Les prochains jours serviront à mesurer où elle se situe par rapport à ses performances de l’été 2019, car il ne reste que six mois avant le début des Jeux olympiques de Tokyo.

D’ici là, Laurence Vincent Lapointe devra mériter sa place pour l’épreuve du C1 200m et qualifier le bateau canadien pour la course du C2 500m. Il s’agit des deux courses de canoë féminin qui seront présentées à Tokyo, l’été prochain.

Vincent Lapointe pourrait mériter sa place sur l’équipe olympique du Canada lors des essais nationaux, en avril en Géorgie. Au mois de mai au Brésil, elle risque fort d’être choisie pour essayer de qualifier le bateau canadien en C2.