Hendrix Lapierre enfile fièrement le chandail des Saguenéens de Chicoutimi, là où se retrouve encore la majorité de sa famille.

Lapierre indélogeable au premier rang

SHAWINIGAN — Il devait être le deuxième Gatinois en trois ans à devenir le premier de classe du repêchage de la LHJMQ, mais pendant un moment, Hendrix Lapierre a douté.

Théo Rochette, son éternel rival du hockey AAA d’été, est venu compliquer l’équation de la séance de sélection 2018 de la LHJMQ en s’ajoutant à la liste d’admissibilité à la dernière minute après avoir passé les dernières saisons en Suisse.

Finalement, les Saguenéens de Chicoutimi n’ont pas dérogé de leurs plans. Mieux, après avoir réclamé Lapierre avec le premier choix du repêchage, ils ont frappé un coup de circuit en réclamant Théo Rochette, qui avait glissé jusqu’au septième rang parce que les autres clubs du circuit Courteau ont préféré sélectionner des joueurs qu’ils avaient épiés pendant toute la saison.

«C’est une journée magistrale pour ma famille et moi. Il y avait de l’émotion dans l’air. Mes parents ont pleuré quand j’ai été choisi premier. Même mon frère et mes sœurs, qui ne me regardent pas jouer au hockey souvent étaient heureux», a raconté le meilleur espoir des joueurs nés en 2002 dans l’Est du Canada dans une mêlée de presse après la première ronde samedi.

Nuit blanche
Lapierre avoue qu’il a eu chaud avant le grand jour.

«J’étais extrêmement fébrile vendredi. Je n’ai presque pas dormi de la nuit. D’entendre mon nom en premier, c’était vraiment spécial. J’ai travaillé longtemps pour vivre ce moment-là. Je savais que Rochette avait le potentiel d’être réclamé au premier rang. Je ne pensais pas qu’il serait encore là au septième rang. Quand je suis arrivé à la table des Sags, ils m’ont dit de rester parce qu’ils souhaitaient prendre Théo avec le septième choix. Ils savaient qu’on se connaissait. Nous avons été des rivaux tellement longtemps que ça va faire du bien de travailler en alliance!»

Rochette sur un nuage
Les Saguenéens vont construire leur prochaine équipe autour du duo Lapierre et Rochette, deux joueurs de centre.

«Jouer avec Lapierre, c’est surréel. Je ne m’y attendais pas vraiment. C’est incroyable que ça nous arrive», a dit Rochette, qui possède la double citoyenneté suisse et canadienne.

Comme si le scénario avait été préparé, la sélection de Rochette a été annoncée par Antoine Roussel, un ancien Saguenéen aux racines européennes qui est devenu un membre important des Stars de Dallas.

Fier de retrouver ses origines saguenéennes et toute sa famille qui habite encore la région, Lapierre a maintenant hâte de faire vibrer le centre Georges-Vézina avec son ami Rochette.

«Le coach (Yanick Jean) a dit qu’il comptait sur nous pour l’avenir. Nous allons commencer un nouveau cycle ensemble et je crois que la surface olympique à Chicoutimi va nous aider à manœuvrer plus à notre guise.»

Après Benoît-Olivier Groulx en 2016, Lapierre est devenu le deuxième joueur de l’Outaouais à être réclamé au premier rang d’un repêchage de la LHJMQ. Devant ce constat, le joueur a tenu à rendre hommage à son équipe de l’Intrépide de Gatineau.

«L’Intrépide a une excellente organisation. Elle développe de bons joueurs de hockey autant que de bonnes personnes. Mon entraîneur Martin Lafleur a fait des choses incroyables pour moi cette année.»

William Villeneuve des Cantoniers de Magog (Saint-Jean) et Mavrik Bourque des Estacades de Trois-Rivières (Shawinigan) ont complété le top-3 des joueurs sélectionnés samedi.

FRENETTE, PREMIER CHOIX SURPRISE DES TIGRES

Conor Frenette a vécu des émotions diamétralement opposées aux séances de sélection 2017 et 2018 de la LHJMQ.

À 15 ans, l’attaquant gatinois avait été ignoré par toutes les équipes du circuit Courteau. À 16 ans, sans avoir de grandes attentes, il est devenu le premier choix des Tigres de Victoriaville, qui l’ont fait sortir de son siège en troisième ronde samedi.

« Je suis parti d’ici déçu l’an dernier en pensant être repêché dans les dernières rondes. Je ne figurais pas dans les 14 premières rondes de la liste du repêchage. Je suis revenu à la même place sur la liste cette année. De sortir en troisième ronde, je n’en reviens pas ! J’en tremble », a expliqué le meilleur franc-tireur de l’Intrépide de Gatineau avec 22 buts cette saison.

Conor Frenette ne s’attendait vraiment pas à devenir le premier choix d’une équipe de la LHJMQ, mais comme les Tigres n’avaient pas de sélection dans les deux premières rondes, il est devenu le premier à porter leur casquette à Shawinigan.

« J’avais eu une très bonne entrevue avec eux vendredi. J’avais dit à mes parents que je pouvais être réclamé entre la quatrième et la huitième ronde. Sortir en fin de troisième ronde (53e rang) ? Je suis très content. »

Un qui la trouvait moins drôle, c’est William Dagenais. Classé en deuxième ronde par le Centre de soutien au recrutement de la ligue, il croyait que les Olympiques avaient effectué une transaction pour le réclamer en troisième ronde. Finalement, c’était pour obtenir un autre joueur de la région, Manix Landry.

« Je suis sans mot. Je pensais qu’ils allaient me repêcher. J’étais content pour Manix. Déçu pour moi. »

Mais la déception aura cédé à la jubilation quand il a finalement été réclamé par les Mooseheads de Halifax en quatrième ronde.

« Là, je suis vraiment content, a-t-il dit avec son chandail sur le dos. Je suis heureux de faire partie d’une organisation aussi spéciale qui sera l’hôte de la Coupe Memorial l’an prochain. Benoît-Olivier Groulx est aussi là-bas. Il m’a dit que c’était une excellente place pour jouer au hockey. »

Anthony Hamel a été le cinquième joueur de la région à être réclamé dans les quatre premières rondes. Il a été un choix des Islanders de Charlottetown.

Samuel Fortier (8e ronde, Sherbrooke), Alexandre Groleau (9e ronde, Drummondville), Xavier Raby (10e ronde, Québec), Timothy Cousineau (10e, ronde, Boisbriand) et Paul Doré (11e ronde, Sherbrooke) ont aussi trouvé preneurs avant les deux derniers choix des Olympiques en 12e et 13e rondes.