Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'espoir des Sénateurs d'Ottawa, Maxence Guenette, dans l'uniforme des Foreurs de Val-d'Or.  
L'espoir des Sénateurs d'Ottawa, Maxence Guenette, dans l'uniforme des Foreurs de Val-d'Or.  

L’agonie de la défaite pour Maxence Guenette

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Si les Sénateurs d’Ottawa ont vu Connor Brown, Nick Paul et Jacob Bernard-Docker connaître les joies de la victoire avec Équipe Canada en fin de semaine dernière, ça a été tout le contraire pour leur espoir Maxence Guenette.

Le défenseur des Foreurs de Val-d’Or a plutôt expérimenté l’agonie de la défaite, son club s’inclinant devant les Tigres de Victoriaville en six matches lors de la finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Pire encore, Guenette a commis un revirement derrière son filet sur le jeu fatidique qui a vu Alex Beaucage procurer la coupe du Président aux Tigres en deuxième prolongation samedi dernier. Alors que son club était favorisé dès le début de la saison pour l’emporter, et que la direction de l’équipe est allée chercher du renfort à la date limite des échanges pour se rendre jusqu’au bout, ce n’était pas de cette façon que le choix de septième ronde des Sénateurs au repêchage de 2019 entrevoyait la fin de sa carrière chez les juniors.

De retour en Abitibi pour faire ses adieux à ses coéquipiers et sa famille de pension avant de rentrer dans son patelin de Lévis, la déception se faisant encore sentir dans la voix du jeune homme de 20 ans quelques jours plus tard lorsque joint par Le Droit.

«C’était quelque chose de jouer quatre ans pour la même équipe et d’avoir une chance se rendre en finale et gagner une coupe avec l’équipe qui m’a repêché. C’est spécial en quelque sorte, mais c’est certain que c’est très décevant. C’est la fin de mon stage junior, mais il y a de bonnes choses qui s’en viennent devant et ça, c’est excitant», a confié celui qui visera un poste avec le club-école de Belleville en 2021-2022.

Maxence Guenette s'agenouille sur la patinoire au fond à la droite du filet des Foreurs quelques secondes après le but vainqueur d'Alex Beaucage en prolongation samedi dernier à Québec. Samuel Poulin est tout aussi dépité à côté du gardien Jonathan Lemieux.

Avant le début des séries éliminatoires, où il a contribué à la cause des Foreurs avec trois buts et sept points en 15 matches avec un différentiel de plus-10, Guenette avait obtenu une certaine paix d’esprit puisqu’il avait paraphé son contrat d’entrée de trois ans avec les Sénateurs. L’arrière de 6’ 2’’ et 190 livres avait fait bonne impression lors du camp d’entraînement de septembre 2019, au point où il avait même disputé un match hors-concours, fait assez rare pour un joueur qui n’a pas été repêché en première ou deuxième ronde.

Dans la bulle de la LHJMQ en séries, Val-d’Or avait eu la vie relativement facile lors des trois premières rondes, balayant ses séries trois de cinq contre Baie-Comeau, Rimouski et Chicoutimi avant d’arriver en finale contre les Tigres, qui eux avaient eu besoin du maximum de cinq parties pour éliminer Charlottetown en demi-finale.

«Je ne pense pas que (le chemin vers la finale) a été trop facile pour nous. Je dirais que Victoriaville a très bien joué et ils ont réussi à générer de l’offensive contre nous en plus d’être assez opportunistes. Le résultat à la fin n’est pas là, mais on a quand même connu un beau parcours, au cours d’une saison qui n’a pas été évidente, avec un calendrier qui a changé souvent, en plus des bulles et avec les restrictions. Ça a été dur physiquement, mais aussi mentalement», souligne-t-il.

Les Foreurs, dirigés par le Gatinois Daniel Renaud, ont été épargnés par les éclosions de COVID-19 et ils ont totalisé 15 parties de séries en plus de 36 en saison régulière (fiche de 29-3-4), où Guenette a récolté 22 points, dont 5 buts, avec un excellent différentiel de plus-19.

«C’était une saison hors norme, mais je pense que j’ai progressé. On a été chanceux de jouer une cinquantaine de parties dans les circonstances et j’ai beaucoup appris, autant sur la glace qu’hors-glace», estime le produit des Commandeurs de Lévis, qui se comptait aussi chanceux malgré tout d’avoir pu jouer ses derniers matches chez les juniors devant ses parents et amis au Centre Vidéotron de Québec.

Maxence Guenette rentrera d’ailleurs chez lui plus tard cette semaine et après quelques semaines de repos, il va reprendre l’entraînement estival au Peps de l’Université Laval, au sein d’un groupe qui compte aussi le défenseur vedette des Sénateurs Thomas Chabot. Ce dernier a assisté à un match de la finale, mais en raison des restrictions imposées aux joueurs dans la bulle de la LHJMQ, Guenette n’a évidemment pas eu l’occasion de le saluer. Idem pour les dépisteurs des Sénateurs qui étaient dans les gradins pour l’occasion.