Le joueur de volley-ball Nicholas Hoag, qui habite depuis six ans à Gatineau, a été nommé athlète international masculin de l'année au Gala Excellence Outaouais.

La soirée des Hoag et du volley-ball canadien

Nicholas Hoag a montré à trois reprises sur le podium du Gala Excellence Outaouais, dont la première représentation a été tenue mardi à Gatineau.
Sa soirée a commencé en acceptant le prix de l'équipe de l'année au nom de ses coéquipiers de la formation canadienne de volleyball masculin, cinquièmes l'an dernier aux Jeux olympiques. Quelques minutes plus tard, il se retrouvait avec un autre trophée entre les mains.
Cette fois-ci, celle de l'entraîneur de l'année présentée par la Fondation Pat-Burns. Un prix décerné à son père Glenn, qui a mené l'équipe nationale de volley à une victoire d'une médaille à Rio.
La troisième fois que Nicholas Hoag s'est pointé devant tout le monde, c'était afin de le fêter. On lui a remis le titre de l'athlète international masculin de l'année.
« C'est une belle soirée pour le volleyball », a soutenu l'attaquant-réceptionneur âgé de 24 ans, qui a été nommé joueur le plus utile de la Coupe de France lors de la dernière saison dans les rangs professionnels en Europe.
« C'est un bel honneur pour moi. Je travaille fort pour être au-dessus. C'est le fun de voir que ça porte fruit. »
Ce dernier a connu une dernière année fertile en émotions.
Il y a eu cette participation aux Jeux olympiques, une première depuis 1992 en volley masculin pour le Canada. Un moment partagé avec son papa qui en était à un dernier tournoi à la barre de l'équipe.
C'était la deuxième fois en deux mois mardi qu'il acceptait un prix à sa place. Glenn Hoag avait remporté un « Maurice » au Gala Sports Québec en avril.
« C'était émotionnel ce soir. Je suis fier de lui, de ce qu'il a accompli (...) Il ne pouvait pas être ici. Il se trouve à l'extérieur de la province en ce moment pour une clinique de volley à Edmonton », a relaté Nicholas Hoag, qui est revenu lundi d'un premier séjour sur la scène internationale sous les ordres du nouvel entraîneur Stéphane Antiga.
De la Serbie à la Belgique
L'équipe canadienne, dont le centre d'entraînement se situe à Gatineau, a participé à neuf parties de la Ligue mondiale lors des trois dernières semaines. D'abord en Serbie, puis en Bulgarie et finalement en Belgique. Elle a conservé une fiche de 5-4, se qualifiant pour le tour final en juillet au Brésil.
À quel point ce fut la soirée du volley canadien au Gala Excellence Outaouais ? Un autre membre de la formation nationale a été honoré. Le physiothérapeute Mathieu Séguin a été désigné intervenant sportif de l'année.
Ce sont 16 lauréats de la scène sportive et du loisir de la région qui ont été applaudis à l'école secondaire du Versant. Le Gala Excellence Outaouais s'avère le résultat d'une fusion des galas Méritas de Gatineau et Loisir Sport Outaouais.
Candidatures de qualité
Plus de 22 600 $ ont été versés en bourse durant l'événement présenté devant plus de 400 personnes. « C'est plus de gens que prévu. Nous avions planifié pour 300 », se réjouissait la directrice générale du Conseil de développement du sport de Gatineau, Elodie Brault.
Les organisateurs ont reçu 188 candidatures pour cette première édition. « C'est immense », a souligné Brault.
« À titre de comparaison, le gala Méritas recevait 80 candidatures dans ses bonnes années tandis que le gala Loisir Sport Outaouais pouvait en recevoir entre 120 à 130. C'est bon signe pour nous. Le gala se dirige dans la bonne voie. »
La quantité était au rendez-vous, mais également la qualité. 
Quatre athlètes olympiques étaient notamment en lice, dont deux chez les femmes.
La joueuse de rugby Natasha Watcham-Roy a devancé la nageuse synchronisée Karine Thomas pour le titre d'athlète international de l'année. Elle a gagné le bronze à Rio.
La skieuse de fond Katherine Stewart-Jones et le joueur de baseball Pierre-Olivier Avoine ont reçu le titre d'athlète national, respectivement chez les femmes et les hommes.
La plongeuse Jade Perrier (athlète découverte), la triathlète Kamille Larocque (athlète provincial féminin) et le skieur acrobatique Félix Bertrand (athlète provincial masculin) font partie des autres lauréats.
Place au trophée Lise-Waters
Elle a d'abord été fêtée. Le prix hommage au bâtisseur du Gala Excellence Outaouais lui a été décerné afin de souligner ses cinq décennies de bénévolat en loisir et sport dans la région. Puis Lise Waters a appris que ce trophée allait dorénavant porter son nom. L'enseignante à la retraite, qui a délaissé la présidence de Loisir Sport Outaouais au printemps après 29 années, était émue. « On ne pourra jamais assez vous remercier pour tout ce que vous avez fait. Le visage de l'Outaouais ne serait pas le même sans vous », lui a lancé le président du Conseil de développement du sport de Gatineau, Daniel Leduc, en lui remettant le prix hommage au bâtisseur. La dame âgée de 78 ans a organisé ou participé à l'organisation de plusieurs championnats provinciaux et nationaux en natation, gymnastique et athlétisme. Elle a aussi pris en charge pendant quinze ans la gestion des inscriptions de la Gatineau 55, devenue la Gatineau Loppet. Sa feuille de route comprend aussi son rôle chez Opération Nez Rouge Outaouais et le dossier des Jeux du Québec. « La liste des accomplissements de Mme Waters est bien étoffée. C'est la preuve qu'elle a été une pionnière pour la région », a rappelé Daniel Leduc.
Des acteurs de soutien en vedette
Ils oeuvrent dans l'ombre. Mais ces gens s'avèrent aussi des acteurs importants de la scène sportive en Outaouais. Quelques noms ? Gawain Harding, Esther Lapointe, Chantal Leblanc, Josée Morissette, Yannik Pearson et Stéphane Rivest. Ils étaient tous finalistes pour le titre de bénévole de l'année au Gala Excellence Outaouais. Le jury ne l'a pas eu facile. Finalement, son choix s'est porté sur Mme Leblanc, qui a aidé à redresser les finances de l'Association de soccer de Buckingham dans les derniers mois à titre de trésorière. Une mordue de la ringuette, Emmanuelle Bourbeau, s'avère l'officielle de l'année. Elle compte plus de 24 ans dans le domaine de l'arbitrage. Ringuette Canada fait appel à ses services pour ses championnats nationaux. Un titre de gestionnaire de l'année a aussi été remis durant la soirée. Son premier récipiendaire ? Johanne Demers, qui s'implique depuis la création des Internationaux de tennis de Gatineau. « Elle a permis une meilleure gestion de bénévoles et a fait grandir le tournoi Challenger Banque Nationale à un tout autre niveau. Elle est le cerveau derrière les opérations, celle qui s'assure que tout soit parfait lors des tournois de tennis », a souligné la co-animatrice du gala, Bianca Paquette.