Les Eskimos d’Edmonton ont raté les éliminatoires même s’ils ont une meilleure fiche que les Alouettes de Montréal et les Tiger-Cats d’Hamilton.

La situation des Eskimos fait jaser

TORONTO — Quand la Ligue canadienne de football a créé sa règle du croisement il y a plus de 20 ans, elle n’avait pas en tête le sort de l’équipe de cinquième place. Elle devra peut-être reconsidérer sa position dans l’avenir.

Cette règle permet à une équipe de quatrième place de traverser dans l’autre association si elle a amassé plus de points que l’équipe de troisième place de celle-ci. C’est ce qui fait en sorte que les Lions de la Colombie-Britannique (9-9) disputeront la demi-finale de l’Est, puisqu’ils ont terminé avec une meilleure fiche que les Alouettes de Montréal (5-13).

Mais pour la première fois depuis que la règle a été instaurée, les Eskimos d’Edmonton – cinquièmes dans l’Ouest à 9-9 – ont raté les éliminatoires même s’ils ont une meilleure fiche que les Alouettes, mais également les Tiger-Cats de Hamilton, deuxièmes dans l’Est à 8-10.

Malheureusement pour les Eskimos, rien n’est prévu quand les cinq équipes de l’Ouest ont une meilleure fiche que toutes les équipes dans l’Est, sauf celle en première place.

« Nous allons continuer d’étudier ce dossier et nous sommes toujours ouverts aux nouvelles idées, a déclaré le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie. Le format Est-Ouest, en place depuis plusieurs dizaines d’années, est profondément ancré dans la tradition de notre ligue. Nous aurons peut-être l’occasion d’améliorer l’expérience si notre rêve d’une Ligue canadienne étalée dans tout le pays voit le jour avec l’arrivée de notre 10e franchise à Halifax. Nous disposerions ainsi de deux associations de cinq clubs. »

C’est la quatrième fois en cinq ans que la règle du croisement est utilisée.

Depuis que la règle a été instaurée en 1996, l’Ouest a compté cinq équipes pendant 10 saisons. Les Blue Bombers de Winnipeg ont parfois eu à transférer dans l’Association Est les saisons pendant lesquelles Ottawa n’avait pas d’équipe.

Ça peut devenir compliqué d’équilibrer les choses dans une ligue à neuf équipes, surtout au cours d’une saison où une association est nettement supérieure à l’autre. La règle du croisement a été mise en place pour maximiser la tenue de matches importants dans le dernier droit et pour récompenser les meilleures équipes avec une place en éliminatoires.

L’Ouest, menée par les Stampeders de Calgary à 13-5, ne compte aucune équipe avec une fiche déficitaire. Mais des quatre formations de l’Est, seul le Rouge et Noir d’Ottawa, à 11-7, a joué pour plus de ,500. Hamilton, Montréal et les Argonauts de Toronto (4-14) ont tous terminé loin derrière.

Les Lions et les Eskimos ont tous deux terminé avec 18 points, mais les Lions détenaient le bris d’égalité face aux Eskimos.

Certains proposent d’ajouter une cinquième équipe dans l’Ouest, permettant toujours au Rouge et Noir d’être la deuxième tête de série et de bénéficier d’une pause pour la première semaine éliminatoire. D’apporter ce changement éliminerait également l’une des plus sévères critiques à l’endroit de la règle : que l’équipe de quatrième place doive traverser le pays pour rendre visite à un club qui parfois à une moins bonne fiche.

C’est le cas cette saison : les Lions doivent se rendre à Hamilton disputer un match extérieur au Tim Hortons Field au lieu de profiter du BC Place. La demi-finale de l’Ouest mettra aux prises les Roughriders de la Saskatchewan (12-6) et les Blue Bombers de Winnipeg. Si les Lions l’emportent, ils effectueront un long voyage de retour vers Vancouver avant de retourner à Ottawa la semaine suivante.

Une autre option serait d’éliminer les associations et d’envoyer les six meilleures équipes en tournoi éliminatoire. Mais les puristes de la LCF soulignent que cette formule mettrait fin à la traditionnelle rivalité Est-Ouest. Mais cette tradition a été chamboulée avec l’introduction de la règle du croisement. Après tout, les Lions sont à deux victoires d’être couronnés champions de l’Est.