La fin de Joly avec le Drakkar

D’Artagnan Joly est rentré à Gatineau plus tôt que prévu pour célébrer Noël en famille.

L’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau est rentré en ville mercredi en attendant une transaction pour qui pourrait venir aussi tôt que dimanche à l’ouverture des marchés dans la LHJMQ.

Âgé de 19 ans, il devait être un joueur clé du Drakkar au printemps prochain alors que le club de la Côte-Nord sera au plus fort de la course pour remporter la coupe du Président, mais le divorce était inévitable. 

Tel un artiste incompris, l’espoir des Flames de Calgary n’arrivait pas à s’exprimer comme il le souhaitait dans un environnement où les cols bleus sont vénérés. Après un match à Rimouski samedi dernier, il a demandé une transaction. Le club s’est empressé de satisfaire sa demande en lui demandant de rentrer à la maison.

« Je n’ai pas demandé à partir tout de suite. J’étais prêt à rester pour finir sur une bonne note là-bas, mais ils ne voulaient pas risquer une blessure d’ici dimanche », a-t-il dit au Droit en rentrant chez lui mercredi soir.

Deuxième meilleur marqueur du Drakkar la saison dernière avec 68 points en 55 matches (il avait raté 13 matches en raison d’une blessure) et un des rares avec un différentiel positif dans son club de 13e position, Joly s’est retrouvé dans un troisième trio avec une douzaine de minutes de glace par match cette saison où il a amassé 26 points en 31 matches (différentiel de +10).

Malgré ses efforts pour se rendre responsable défensivement, il n’a jamais eu le sentiment que son jeu était apprécié par son entraîneur-chef Martin Bernard, ni son directeur général Steve Ahern qui s’est même permis une boutade contre lui dans un entretien avec Le Soleil mercredi.

« En ce qui concerne son talent, personne n’a de doute. D’Artagnan, c’est aussi une bonne personne et un coéquipier apprécié, mais respecter les limites de vitesse sur la glace, ce n’est pas toujours de mise », a imagé Ahern, qui trouvait que Joly ne jouait pas avec assez d’intensité.

Le principal intéressé n’a pas voulu répondre à cette critique. Il a entendu pire loin des micros des journalistes.

« Je suis conscient qu’on ne peut pas toujours s’entendre parfaitement avec nos entraîneurs. De mon côté, ça fait trois ans que j’essaie de leur plaire. Ce n’était jamais assez. Je n’ai jamais senti que mon jeu était apprécié. Tout le monde fait des erreurs. Je suis capable d’accepter les critiques. Ça me rend plus fort. J’ai fait des erreurs, mais dans les points de presse après les matches, ça revenait souvent autour des miennes. J’étais le bouc émissaire. Dans ce contexte, ça me prenait un changement d’air. Mentalement, je n’étais plus là. »

Joly ne sait pas encore où il sera échangé, mais son objectif sera clair en deuxième moitié de saison.

« Je veux faire mentir tout le monde. Tout ce que j’ai fait l’an dernier ne veut plus rien dire. Les gens se questionnent sur moi parce que mon coach et mon DG ont dit de mauvaises choses à mon sujet. Je joue pour un contrat dans la LNH et ce qu’ils ont dit ne m’a pas aidé. Après Noël, je vais tout faire pour connaître la meilleure demi-saison de ma carrière. Je vais amener 100 % à l’équipe qui va apprécier le type de joueur que je suis. J’ai toujours produit des points en visualisant les opportunités en plus d’être responsable défensivement. »

+

L'INTRÉPIDE DÉJÀ DANS L'EAU CHAUDE

L’Intrépide de Gatineau manquait déjà de marge de manœuvre dans la division la plus relevée du Challenge CCM de la Ligue midget AAA au Saguenay. 

Il en a encore moins après son premier match perdu en prolongation contre l’équipe la moins redoutable de leur section. Les Sélects de Newbridge Academy ont surpris l’Intrépide 2-1 en ouverture de tournoi grâce à un but compter en avantage numérique par Jérémy Duguay. 

Les Gatinois ont dominé le match 39-23 au chapitre des tirs, dont 18-3 dans la seule première période où le pointage était demeuré 0-0. 

Nicola Lacourse-Dion a toutefois réussi à battre le gardien Ethan Pearson en deuxième période, mais celui-ci s’est dressé contre les 38 autres tirs des Gatinois, qui ont vu David Doucet égaler la marque juste avant la fin de la période médiane. 

L’Intrépide devra maintenant vaincre les Estacades de Trois-Rivières jeudi après-midi. Ceux-ci se sont inclinés 4-2 contre les Cantonniers de Magog à leur premier match mercredi.