Jacques Rougeau et ses fils Cédric et Émile

La famille Rougeau en vedette dans un documentaire

Comme le disait en anglais le tube accrocheur de 1988 All-American Boys, qui annonçait leur arrivée dans le ring, les Rougeau sont en chemin.
La série 25 ans d'émotions, de RDS, a consacré un documentaire à la célèbre famille. Les Rougeau: quatre générations de lutteurs sera diffusé une première fois mercredi, à 20h.
«Comme pour chaque documentaire, j'ai voulu montrer le côté humain derrière l'image publique, a confié le réalisateur, Stéphane Paquin. C'est toujours ça que je trouve intéressant.»
Paquin a rencontré les quatre enfants de Jacques senior qui ont été impliqués dans la lutte: Jacques, Raymond, Armand et Johanne.
«Pour eux, c'est un peu une reconnaissance de ce que la famille a accompli, a dit Paquin. Ils étaient très heureux pour leur père, qui a 85 ans. Je pense qu'ils l'ont fait beaucoup pour lui et aussi pour leur oncle Johnny (qui est décédé en 1983).
«Jacques senior leur a vraiment transmis la notion de fierté. Je retiens aussi comment le respect est important pour eux. Ça leur a été transmis de génération en génération, incluant le respect des amateurs. Ils m'ont beaucoup parlé du public, à quel point ils doivent leur notoriété aux amateurs. Ils sont très fiers d'être Québécois et d'avoir représenté le Québec un peu partout à travers le monde.»
Le documentaire d'environ 51 minutes aurait facilement pu être deux fois plus long, a confié Paquin.
«Ç'a été le sujet qui m'a donné le plus de fil à retordre de ce côté-là, a dit Paquin. Nous avons dû faire des choix déchirants. Il y a eu plusieurs bonnes anecdotes, car les lutteurs sont souvent de bons raconteurs. Ça doit par contre être mis en contexte, ce qui prend du temps. On ne peut pas tout garder, malheureusement.»
Paquin et son équipe ont tenté d'acquérir des images de la WWE, mais sans succès.
«Nous avons négocié pendant un mois et nous étions prêts à débourser une somme raisonnable, mais leurs demandes étaient vraiment excessives, a dit Paquin. Ils ont leur propre réseau de télé et ils préfèrent garder les images pour eux. C'est un peu ce qu'on a senti, et c'est très dommage.
«Nous avons trouvé des photos dans les archives personnelles de la famille, mais nous n'avons pas obtenu de photos ou de vidéos de la WWE. Nous avons par contre des images de caméra 8 mm que Raymond avait enfouies très loin dans son sous-sol. Des images des années 1950 à 1970 de Johnny, mais aussi de Raymond à ses débuts, comme sa première apparition à la télé. Nous avons des images exclusives et inédites, ça c'est certain.»