Peu de gens croyaient Carson Wentz et les Eagles capables de devenir de sérieux aspirants avant la saison prochaine.

La dure tâche d’affronter Carson Wentz

PHILADELPHIE — Jay Gruden préférerait affronter Carson Wentz une fois tous les quatre ans plutôt que deux fois par saison. Pour ça, il peut blâmer les Browns de Cleveland.

Lorsque les Browns ont cédé aux Eagles de Philadelphie la deuxième sélection de 2016 en retour d’un éventail de choix au repêchage, les Eagles ont jeté leur dévolu sur Wentz. Ils prévoyaient qu’il deviendrait un quart de concession et c’est le cas jusqu’à maintenant.

Depuis son arrivée, Wentz a amorcé chacun des matchs et il présente un dossier cumulatif de 12-10. Avec leur fiche de 5-1 cette saison, les Eagles dominent le classement de la section Est et trônent au sommet de l’Association nationale, à la veille de leur rendez-vous contre les Redskins de Washington (3-2).

« Je pense que sa progression s’est avérée aussi rapide que celle de n’importe quel autre joueur que j’ai vu à l’œuvre, estime Gruden », l’entraîneur-chef des Redskins.

« Il a le talent pour réaliser des jeux de la poche protectrice, d’y demeurer malgré la pression et effectuer des passes précises. Il est en contrôle de l’attaque. »

Selon les preneurs aux livres, Wentz est l’un des favoris au titre de joueur le plus utile à son équipe dans la NFL. Pendant ce temps, les Browns affichent un dossier de 1-21 depuis la transaction et ont fait appel à cinq quarts partants différents.

C’est le problème des Browns. Mais ça dérange Gruden, aussi.

« Depuis le début de sa jeune carrière, il a prouvé qu’il est l’un des meilleurs quarts de la ligue, honnêtement, et il va le demeurer pendant longtemps. Et je ne sais pas comment il a abouti à Philadelphie. Et j’en suis très choqué. »

Les Redskins ont gagné leurs deux duels face aux Eagles l’an dernier, mais Wentz a mené son équipe vers un triomphe de 30-17 dans la capitale américaine lors de la première semaine d’activités. Tel un magicien, il a sorti un lapin de son chapeau en évitant un sac du quart avant de compléter une passe de touché de 58 verges à Nelson Agholor lors de la première série à l’attaque des Eagles. Ce jeu a donné le coup d’envoi à ses réussites de 2017.

Jusqu’à maintenant, Wentz a complété 60,9 % de ses passes pour des gains de 1584 verges, 13 touchés et seulement trois interceptions. Son taux d’efficacité de 99,6 lui confère le septième rang de la ligue.

Les Redskins sont eux-mêmes bien nantis au poste de quart. Kirk Cousins a complété 66,5 % de ses passes pour des gains de 1334 verges, neuf touchés. Il n’a été victime que de deux interceptions et son taux d’efficacité s’élève à 106,4.

Contrairement à Wentz, Cousins n’a pas la sécurité d’emploi. Il dispute une deuxième saison consécutive avec l’étiquette de « joueur de concession » et il ne sait pas ce qui lui arrivera le printemps prochain. « J’ai énormément de respect pour lui. Il n’a pas été un choix de première ronde, a fait remarquer Jim Schwartz, le coordonnateur à la défense des Eagles. Il a fait son chemin. Il a mérité sa place à titre de quart partant. »