La pandémie de la COVID-19 force l'annulation de a Course de l'Armée cette année.
La pandémie de la COVID-19 force l'annulation de a Course de l'Armée cette année.

La Course de l’Armée du Canada n’aura pas lieu en septembre

Un événement de course à pied annulé, un événement de course à pied trouvé.

Les organisateurs de la Course de l’Armée du Canada se sont rendus à l’évidence. Il est impensable de songer à réunir plusieurs milliers de personnes dans les rues, à la fin du mois de septembre, pour tenir un des principaux événements sportifs annuels dans la région d’Ottawa-Gatineau.

«La santé et la sécurité de nos coureurs, de nos bénévoles, de nos intervenants et du public en général demeurent toujours notre priorité absolue», a-t-on écrit dans le courriel qui a été envoyé à tous les «participants et partisans», mercredi matin, pour annoncer l’annulation de l’édition 2020.

Les coureurs qui étaient déjà inscrits pourront recevoir un crédit complet pour une future édition de la Course de l’Armée. Ils pourront aussi participer à une édition «virtuelle» de la course, en 2020.

Sportstats s’en mêle
Parlant de courses virtuelles... Une entreprise d’Ottawa a innové, en organisant un 5 KM de distanciation physique.

Le parcours de 5 km de Sportstats

Sportstats, firme qui se spécialise dans le chronométrage lors d’événements sportifs, a passé les dernières semaines à travailler sur ce projet.

«On appelle ça une course de cinq kilomètres libre-service», explique le président fondateur de la firme, Marc Roy.

La course est ouverte aux athlètes de tous les calibres. En déboursant la somme de 10 $, les participants peuvent recevoir, par la poste, un dossard menu d’une puce électronique. Cette puce peut être activée en se présentant au siège social de Sportstats, sur le chemin Colonnade, dans le sud d’Ottawa.

Les participants peuvent ensuite s’élancer sur un circuit qui a été balisé par les gens de Sportstats. En franchissant le fil d’arrivée, les coureurs doivent passer à nouveau devant le siège social. Le temps qu’ils ont mis à franchir la distance est alors homologué par les logiciels de Sportstats.

Les gens peuvent courir quand bon leur semble.

L’entreprise n’a pas l’intention de s’arrêter là.

«On aimerait offrir différentes options aux gens de la région. On est en train d’étudier un parcours dans l’est de la ville, dans le secteur d’Orléans. On a identifié un parcours dans le coin du Musée de la guerre. Nous en avons identifié un autre, enfin, à Kanata. C’est complexe. Il faut trouver des endroits où il n’y a pas de circulation automobile, et où nous pouvons installer notre système», explique M. Roy.

Sportstats a lancé le projet dans le but d’occuper les athlètes en manque de compétition, mais aussi par nécessité.

«Nous autres, on a déjà perdu 3 millions$ en revenus», d’affirmer l’homme qui est associé à 13 000 événements sportifs, à travers le monde, chaque année.

«Nous espérons attirer entre 500 et 1000 participants, durant l’été, à notre 5 KM de distanciation physique. Ça va nous permettre de payer notre loyer.»

Marc Roy reste quand même confiant, pour l’avenir. Il remarque, comme tout le monde, que la course à pied a gagné quelques adeptes durant la période de confinement. «Je n’ai jamais croisé autant de coureurs sur les sentiers», affirme-t-il joyeusement.

Ça devrait donner un coup de pouce aux événements de participation, lorsque le pire de la pandémie sera derrière nous.