Pavel Krainik affrontera Peter Polansky dans un duel de deuxième ronde entre joueurs canadiens jeudi avant-midi.

Krainik prêt à affronter Polansky

Il y avait 33 spectateurs dans les gradins du parc de l’île quand Pavel Krainik a mis fin à son duel épique avec le Québécois Samuel Monette à 23 h 39 mardi soir.

Ceux qui sont restés jusqu’à la fin de cette longue bagarre n’ont certainement pas réalisé à quel point cette victoire – dans un Challenger avec une bourse globale de 75 000 $ pour les hommes – était importante pour le Torontois.

Rendu à 25 ans, avec un classement stagnant autour du 700e rang mondial depuis quelques années, il commence à être temps pour cet ancien champion junior d’aligner les victoires.

Krainik s’accroche. Il a pris part à 23 tournois dans la dernière année et ses recettes de 5312 $ jusqu’ici en 2018 n’arriveront pas à le maintenir sur les circuits professionnels éternellement.

« Heureusement, mes parents me soutiennent financièrement. Peu de joueurs ont cette chance. Je ne travaille pas. J’adore le tennis. Je veux toujours y faire carrière, mais je viens de connaître trois années de sécheresse. J’ai joué en dépit de blessures mineures et mon état mental n’était pas à point, mais je me sens d’attaque récemment et j’espère que ça va continuer. J’ai trouvé le moyen de gagner et c’est ma plus grosse amélioration. »

Champion canadien U14, U16 et U18, Krainik semblait voué à un bel avenir, mais il n’a jamais pu se mettre en marche chez les professionnels à part un tournoi Futures gagné au Mexique en 2013, qui lui a valu son meilleur classement à vie (624e).

En huit ans, il totalise des gains de 61 488 $ selon le site de l’ATP. Sa victoire de mardi va lui assurer un chèque de 1290 $ et sept points ATP cette semaine. Au prochain tour, jeudi, il se frottera à l’Ontarien Peter Polansky, première tête de série, sur le court central.

Krainik (708e) sent qu’il pourra tirer son épingle du jeu face à la 122e raquette mondiale. Les deux joueurs se sont affrontés la semaine dernière à Winnipeg et Polansky a trimé dur pour l’emporter 7-6 et 7-6.

« J’ai eu une balle de manche et j’étais en avance 5-4 au service dans la deuxième. J’ai eu mes chances. Je me sens confiant. La dernière fois que j’avais joué contre Sam (Monette), il m’avait battu facilement. Je viens de le battre. En jouant de mon mieux, j’aurai une chance contre Peter. »

La meilleure journée
En plus de Polansky et Krainik qui vont ouvrir le bal sur le central à 11 h, la journée de jeudi s’annonce palpitante. Le Canadien Benjamin Sigouin sera en action dans le match suivant. Il jouera ensuite ses quarts de finale en double avec Alexis Galarneau. Le match de fin de soirée est réservé à Rebecca Marino contre la favorite du tournoi, Arina Rodionova.