Si tout va bien, Katherine Stewart-Jones devrait participer aux Jeux olympiques pour la première fois de sa carrière en février prochain.

Katherine Stewart-Jones: rapide, radieuse à cinq mois des Jeux

Un camp d'entraînement l'attend dans une dizaine de jours sur la neige dans les montagnes de Park City, dans l'Utah. Mais avant d'entamer sa préparation en vue des Jeux olympiques, Katherine Stewart-Jones possède un rendez-vous important encerclé à son calendrier.
Plus précisément la date du 23 septembre. Ce samedi, la skieuse de fond de Chelsea sera l'organisatrice d'un événement de Rapides et Radieuses, cette fondation mise sur pied par l'ancienne championne olympique Chandra Crawford afin de promouvoir le sport auprès des jeunes filles au pays.
Une activité qui tient à coeur à Stewart-Jones. « J'y avais participé quand j'étais petite. J'avais 11 ans. J'avais eu tellement de plaisir, a souligné l'athlète maintenant âgée de 22 ans.
«Ça fait quelques années maintenant que je suis ambassadrice, mais c'est la première fois que j'organise un événement dans la région. Le but, c'est attirer 80 filles âgées de huit à 19 ans.»
Stewart-Jones, qui est parfaitement bilingue, s'est entourée de plusieurs de ses amies de la relève sportive de l'Outaouais. On y retrouve les fondeuses Tove Halvorsen et Zoé Williams, toutes deux membres de l'équipe du Québec. Puis il y a Sarah Dostie-Ménard, spécialiste du vélo de montagne.
À elles s'ajoutera la multiple médaillée paralympique en fauteuil roulant, Chantal Petitclerc.
«Ça sera un après-midi entre filles. Et ça ne tournera pas autour d'un sport spécifique. Nous allons toucher un peu à tout. Il y aura plusieurs activités avec des ballons.»
Stewart-Jones a opté pour un terrain de jeu qu'elle connaît bien. L'événement se déroulera de 13 h 30 à 16 h 30 au club Nakkertok, à Cantley.
La skieuse a fait ses classes sur les sentiers de l'endroit avant d'accéder à l'équipe nationale. Si tout va bien, elle devrait participer aux Jeux olympiques pour la première fois de sa carrière en février prochain.
La saison dernière fut son coming out sur la scène internationale.
Stewart-Jones a participé à cinq étapes de la Coupe du monde, mais surtout elle a aidé l'équipe canadienne à terminer en 10e position au relais féminin 4x5 km aux championnats du monde à Lahti, en Finlande.
Ses coéquipières Cendrine Browne, Émily Nishikawa, Dahria Beatty et elle ont obtenu le troisième meilleur résultat de l'histoire du pays à cette épreuve.
Plus tôt dans la semaine aux Mondiaux, Stewart-Jones avait pris le 36e rang au 10 km de style classique.
«J'espère bien de me qualifier pour les Jeux. Je pense que j'ai démontré la saison dernière que c'est très réaliste comme but, a-t-elle soutenu. «Je serai très déçue si ça n'arrive pas.»
Le Canada amènera avec lui un minimum de cinq fondeuses aux JO, à PyeongChang.
Katherine Stewart-Jones mettra le cap vers l'Europe tôt en novembre. Elle y disputera ses premières courses de la saison sur le circuit de la Coupe du monde avant de revenir à la maison pour fêter Noël.
Par la suite, ce seront les sélections olympiques à Mont Sainte-Anne dans les jours qui suivront le Nouvel An. Un endroit qui n'a plus de secret pour la fondeuse de l'Outaouais.
«J'ai participé à plusieurs courses de la Coupe Québec là-bas quand j'étais plus jeune. Ça ne sera pas les mêmes parcours. Mais ça reste que ça sera le fun. C'est proche de chez moi et je n'aurai pas besoin d'aller m'entraîner en altitude pour me préparer en vue des essais.»
Pour y aller :
Quoi : Clinique Rapides et Radieuses
Quand : 23 septembre de 13 h 30 à 16 h 30
Où : Club de ski Nakkertok, Cantley
Inscription : FastandFemale.com. Coût 30 $