Jordan Staal soutire la rondelle à Magnus Paajarvi au cours de la première période.

Karlsson s’est bien amusé à Tampa

RALEIGH — Erik Karlsson a bien aimé sa fin de semaine sous le soleil de Tampa Bay et surtout, probablement, loin de la grisaille qui enveloppe la présente saison de ses Sénateurs.

À son retour dans le giron de son club mardi matin, lors de l’entraînement qui a précédé le match des siens contre les Hurricanes de la Caroline, il était encore de fort bonne humeur après sa participation au Match des étoiles de la LNH, où il a aidé la division Atlantique à atteindre la finale du tournoi à trois contre trois dimanche.

Appelé à relater les circonstances qui l’ont amené à porter un costume de pirate avec son bon ami Victor Hedman, du Lightning, pendant la journée de samedi où se tenait le concours d’habiletés (où il n’a pas trop bien paru au parcours d’obstacles), il a laissé tomber un commentaire qui en disait long sur son état d’esprit.

« C’était Gasparilla là-bas (un festival sous le thème des pirates), ça cadrait bien là-dedans. C’était la raison principale pour ça. J’en avais parlé avec Heddy une couple de jours auparavant, on a eu cette idée et on l’a réalisée, pour une fois. C’était une journée amusante, un événement pour avoir du fun et relaxer... ce qui n’arrive pas trop souvent ici ces temps-ci », a-t-il lancé.

Pour le reste de cette saison d’enfer, Karlsson aimerait voir les siens relaxer un peu plus.

« C’est évident que nous sommes dans la position où nous sommes, mais on sait que nous avons une bonne équipe dans ce vestiaire. On sait quoi faire, il faut juste le faire de la bonne façon. On doit régler nos problèmes et l’un d’entre eux est que l’on pense trop, depuis trop longtemps. On a un bon groupe, de bons joueurs individuels. On sait qu’on peut être un bon club, on a juste besoin de relaxer et de jouer au hockey comme on sait qu’on est capable de le faire, au lieu d’essayer de faire les bonnes choses tout le temps. On va tenter de bâtir quelque chose pour le reste de la saison », a-t-il dit.

Lors de la journée médias de samedi, Karlsson a évidemment dû répondre à des questions concernant son contrat qui arrivera à échéance à la fin de la prochaine saison, et des rumeurs de transactions qui courent en marge des négociations pour une prolongation de son pacte qui pourront débuter le 1er juillet prochain. Il n’a rien dit de bien différent là-bas par rapport aux propos qu’il a tenus au cours des derniers mois avec les médias locaux, réitérant qu’il aimerait rester avec les Sénateurs pour le reste de sa carrière.

« Ce n’est pas surprenant qu’on m’en ait parlé, plusieurs médias qui étaient là ne me voient pas souvent et ils veulent tous poser leurs propres questions, qui sont les mêmes qui reviennent tout le temps. Je suis dans la situation où je suis avec mon contrat qui arrive à échéance, c’est quelque chose dont il est facile de parler, mais je n’y pense pas vraiment moi-même et ça ne m’inquiète pas. Pour l’instant, je veux rester dans le moment et trouver des solutions à notre saison, comment aller de l’avant pour avoir du succès », a souligné Karlsson.

Celui-ci se réjouissait de voir un autre Suédois, Magnus Paajarvi, se joindre à l’équipe. « On a joué souvent ensemble chez les juniors, il était extrêmement bon à l’époque même s’il est un an plus jeune. Il est un bon gars... Il va être content d’être ici et je vais être content de l’avoir avec moi », a-t-il noté.

Double anniversaire

Thomas Chabot et Colin White ont été repêchés le même jour, au repêchage de la LNH du 26 juin 2015 à Sunrise, en Floride, mais ils partagent aussi la même date de naissance, le 30 janvier 1997.

Ils ont donc célébré leur fête en même temps mardi, ayant découvert ce fait quand ils ont partagé un appartement en début de saison à Belleville. « C’est assez spécial, je ne l’avais pas réalisé avant qu’on joue ensemble à Belleville cette année. Je lui ai demandé sa date de naissance et il m’a dit que c’était le même jour. On a trouvé ça assez cool d’être né le même jour », a dit Chabot mardi matin, lui qui a été le 18e choix en 2015, alors que White a été le 21e.

Est-ce que les deux jeunes hommes de 21 ans se sont échangé des cadeaux? « Non, on est juste allé souper ensemble (lundi soir) », a confié White, qui a pu célébrer cette fête dans la LNH après son rappel de Belleville, où il a joué deux parties en fin de semaine pendant que Chabot allait passer du temps en famille en Beauce, après un passage à Belleville pour ramasser des effets personnels.

« Je portais les deux mêmes complets, les deux mêmes jeans et les mêmes chandails depuis mon rappel (en novembre », a-t-il raconté.