Les Vikings croiseront le fer avec les Panthères d’Embrun dès dimanche à Casselman.

Junior B: guerre de clochers dès le départ

Champions incontestés de la Ligue centrale junior-2 et de l’ancienne Ligue de hockey junior B de l’Est ontarien depuis quatre ans, les Vikings de Casselman ont habitué leurs partisans à l’excellence.

Tellement que plusieurs préfèrent maintenant attendre à la finale avant de prendre le Complexe J.R. Brisson d’assaut. Ils n’auront pas besoin d’attendre si longtemps avant de se déplacer en grand nombre pour voir du hockey excitant de printemps cette année puisque les Vikings croiseront le fer avec les Panthères d’Embrun dès dimanche à Casselman.

Les Panthères, se sont les petits nouveaux du circuit junior B cette année. Habitués aux championnats dans la Ligue junior C, ils ont fait le saut au niveau supérieur et ils en ont donné pour leur argent aux champions de la saison régulière en enlevant trois des quatre duels de la campagne 2017-18.

Même s’ils ne sont pas retrouvés depuis des années en séries parce qu’ils évoluaient dans différentes ligues, la rivalité entre les deux villages est intense. Pour le propriétaire des Panthères, Maurice Lemieux, ça remonte aux années glorieuses du ballon-balai. Pour Raymond Lavergne, directeur général de la dynastie des Vikings, ça remonte aux années de l’ancienne ligue intermédiaire.

« Il y a 10 minutes de route entre les deux villages. J’espère que la rivalité va amener du monde à l’aréna. Le gagnant de cette série pourrait gagner la coupe. Ça va être important d’avoir l’appui de nos partisans », a lancé Raymond Lavergne, dont le club tentera d’imiter les exploits du Canadien de Montréal des années ‘50 et ‘60 en gagnant un cinquième championnat consécutif.

Pour Maurice Lemieux, il est clair que son club d’expansion est le négligé dans cette série. «Les Vikings et Raymond Lavergne nous ont empêchés de monter dans le junior B pendant cinq ans. Nous avons gagné souvent dans le junior C. On voulait gagner au niveau supérieur, mais c’est clair que nous allons affronter la puissance de la ligue. Ils ont une machine à compter des buts, mais si notre gardien Jean-Pascal Sabourin joue comme il l’a fait dans la série préliminaire contre Ottawa Ouest, ça va être proche. Nous avons une bonne défensive. Je pense que les pénalités vont faire la différence.»

Les Vikings (40-10-2) ont amassé 22 points de plus que les Panthères (28-20-4) en saison régulière, mais ces derniers ont eu le numéro des champions en titre en enlevant trois des quatre duels entre les villages voisins.

«Ils ont justement profité de nos punitions pour nous battre, a indiqué Lavergne. Ils ont probablement la meilleure défensive de la ligue même si la nôtre n’est pas mauvaise. Ça sera notre offensive contre leur défensive. Ce qui me fatigue, c’est que ce sont les défensives qui gagnent des championnats. Les Panthères ont coupé leur banc pour gagner leur série contre Ottawa Ouest (2 à 1) avant de nous affronter. Nous y allons à quatre trios. Ça va être notre force.»

La force de frappe des Vikings est indéniable. Sébastien Plante a gagné le championnat des compteurs avec sa deuxième saison de plus de 100 points en carrière. Marc Brosseau a été le meilleur marqueur des Panthères avec 61 points. Les Vikings ont quatre joueurs qui ont récolté autant de points, sinon plus.

La série quatre de sept sera lancée dimanche (19 h 30) et se poursuivra à Embrun mardi (20 h 30) pour revenir à Casselman jeudi (19 h 30). Le quatrième match se tiendra à Embrun vendredi (20 h).