Marianne St-Gelais et Charles Hamelin feront partie de l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste aux Jeux olympiques de 2018.

JO 2018: St-Gelais, Maltais, Hamelin et Dion rejoignent l'équipe de courte piste

Sans surprise, les piliers Marianne St-Gelais, Valérie Maltais et François Hamelin ont hérité de trois des quatre dernières places disponibles au sein de l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste, en prévision des Jeux olympiques de Pyeongchang.
La quatrième a été octroyée à un patineur beaucoup moins connu.
Pascal Dion faisait figure d'intru lorsque le Comité olympique canadien a dévoilé mercredi après-midi l'identité des deux derniers patineurs masculins et féminins à s'être taillé un poste au sein de l'équipe, en vertu d'une demande d'exemption ou d'un choix discrétionnaire des entraîneurs Frédéric Blackburn et Derrick Campbell.
Même s'il a appris sa sélection il y a quelque jours déjà, Dion semblait encore flotter sur un nuage en enfilant sa veste officielle de l'équipe canadienne. Le patineur de 24 ans originaire de Pointe-aux-Trembles en sera à une première participation aux JO en carrière.
«Je me doutais que j'avais de bonnes chances d'être retenu, mais la semaine a été longue avant qu'on apprenne qui avait été pris. C'est un rêve qui se réalise. J'ai fêté ça au champagne dans la cour, avec ma famille, puis ensuite avec mes amis», a dit celui qui a remporté sa première médaille individuelle - l'argent au 1000 m - en carrière à la Coupe du monde de Gangneung, en Corée du Sud, l'hiver dernier.
Pour Campbell, ce choix allait de soi puisqu'il avait pris le quatrième rang au classement cumulatif des récentes sélections.
«Pascal faisait partie du noyau de l'équipe de relais l'an dernier, a d'abord rappelé Campbell. Il s'est amélioré tout au long de la saison, et ses résultats individuels en Coupe du monde l'ont démontré - tous comme ceux lors des sélections. À tous les niveaux, il était un candidat incontournable.»
«C'est un des gars que je voulais avoir avec moi à Pyeongchang, a renchéri Charles Hamelin à propos de Dion. C'est un jeune qui s'améliore beaucoup de saison en saison, qui commence à récolter des médailles. Il est peut-être un peu plus dans l'ombre que les autres, mais selon moi il sera l'un des 'leaders' de l'équipe lors des prochaines saisons et des prochains JO.»
Contrairement à Dion, St-Gelais, Maltais et le vétéran François Hamelin avaient été incapables de compléter les Sélections de l'équipe courte piste, il y a une dizaine de jours. St-Gelais s'était blessée à l'entraînement avant la compétition, et Maltais était tombée au combat pendant celle-ci.
Il s'agira d'une troisième participation aux JO pour St-Gelais, de St-Félicien, et Maltais, de Chicoutimi. St-Gelais, qui est âgée de 27 ans, a obtenu deux médailles d'argent aux Jeux de Vancouver en 2010, et une autre au relais 3000 m aux Jeux de Sotchi en 2014 en compagnie de Maltais, notamment.
Cette dernière, ennuyée par une commotion cérébrale, a assuré qu'elle avait retrouvé la santé lors du point de presse tenu dans la tour du Stade olympique. Elle avait d'ailleurs publié une photo d'elle-même sur la patinoire sur Instagram mardi accompagnée de la mention: «Je suis très contente d'être enfin de retour sur glace».
De son côté, François Hamelin, le frère cadet de Charles qui est âgé de 30 ans, avait contribué à la conquête de l'or du Canada au relais 5000 m aux Jeux de Vancouver, en plus de récolter l'argent dans la même épreuve aux Championnats du monde de Gangneung, en Corée du Sud, en 2008.
Pour Charles Hamelin, ces nominations lui ont permis de concrétiser un rêve - c'est-à-dire de patiner encore une fois aux Olympiques en compagnie de son frère et de sa conjointe.
«C'est un scénario rêvé, et il s'est concrétisé. C'est difficile d'espérer ça, parce qu'il y a tellement d'impondérables. Marianne s'est blessée en cours de route, mais heureusement elle a eu une bouée de secours avec le choix discrétionnaire. Donc, de les avoir avec moi pour mes troisièmes JO consécutifs, ça va être une belle page d'histoire qui va s'écrire. Ça va concure le livre d'une façon incroyable», a confié, tout sourire, la 'locomotive de Sainte-Julie'.
Les trois premiers laissez-passer masculins et féminins au sein de l'équipe olympique canadienne avaient été octroyés à l'issue des Sélections de l'équipe courte piste, il y a deux semaines.
Samuel Girard et Kim Boutin avaient survolé la compétition, gagnant respectivement sept et huit des neuf courses dans leur volet respectif lors de la semaine. Ils étaient même déjà assurés de leur place au sein de l'équipe canadienne provisoire avant la présentation des derniers 500 m et 1000 m.
Charles Hamelin, Charle Cournoyer, Kasandra Bradette et Jamie MacDonald avaient décroché les quatre autres places en jeu lors des sélections tenues à l'aréna Maurice-Richard.
Toute l'équipe canadienne aura maintenant la tâche de qualifier un maximum de trois patineurs canadiens dans chaque distance aux Jeux de Pyeongchang, ainsi que les équipes de relais. L'équipe canadienne aura quatre arrêts du circuit de la Coupe du monde cet automne pour le faire.