Harley-David O’Reilly s’est incliné 5-0 face à Keno Marley en quart de finale chez les 81 kg.

Jeux panaméricains : O’Reilly s’incline dès le départ

Harley-David O’Reilly aurait bien aimé répéter sa performance des Jeux du Commonwealth et monter sur le podium cette fois-ci aux Jeux panaméricains. Sauf qu’il s’est buté à un mur brésilien dès son premier combat, samedi soir, au Pérou.

Le boxeur de Gatineau s’est incliné 5-0 face à Keno Marley en quart de finale chez les 81 kg. 

« Nous sommes venus ici pour récolter des médailles et livrer une performance de haut niveau. Quand ça ne se produit pas, tu te sens triste. Tu es déçu. Tu penses à ce que tu aurais pu faire mieux », a-t-il dit au lendemain de sa défaite.

Son constat après quelques heures de sommeil ? Que son adversaire du Brésil a été meilleur que lui dès le début.

« C’est un des meilleurs boxeurs que j’ai affrontés depuis le début de ma carrière. Il était en avance sur moi sur tout, de son jab, sa contre-attaque, ses combinaisons, sa force physique... Il était plus complet », a expliqué O’Reilly, qui n’a toutefois jamais été ébranlé par Marley.

« Je ne suis pas heureux du résultat, mais il y a une chose qui ne s’achète pas dans la vie... c’est l’expérience. Les gars ici ont livré 100, 200 et jusqu’à 300 combats chez les amateurs. Ça boxe depuis l’âge de huit ans. »

O’Reilly, 30 ans, a commencé la compétition sur le tard à l’âge de 26 ans. Il compte une soixantaine de combats dans le ring.

On ne le verra pas aux championnats du monde. Il n’a pu se qualifier.

Ce sera retour dans le gymnase à Montréal, domicile de l’équipe nationale dont il est membre. Il se préparera en vue d’un tournoi de pré-qualification olympique en décembre impliquant les boxeurs canadiens.

Les meilleurs iront ensuite à une sélection olympique internationale prévue au printemps.

O’Reilly s’accroche à l’espoir de se retrouver aux Jeux olympiques dans un an à Tokyo.

« Pas le choix de continuer à croire à mes rêves jusqu’à la fin. Peu importe ce qui arrivera, je pourrai dire que j’ai mis tous les efforts. »

Avant de rentrer au pays plus tard dans la semaine, le pugiliste de l’Outaouais compte de se consacrer pleinement à son rôle de coéquipier. Il ira encourager les autres membres de l’équipe canadienne à Callao, une base navale péruvienne qui accueille le tournoi de boxe.

O’Reilly promet d’être bruyant. « Si tu regardes les Jeux à la télé, tu vas m’entendre, c’est sûr », a-t-il lancé en riant.

Bronze pour Cornett

Pendant que Harley-David O’Reilly voyait ses Jeux prendre fin de façon prématurée, une athlète locale remportait une médaille. La joueuse de squash Samantha Cornett, d’Ottawa, a récolté le bronze en simple féminin devant notamment la gouverneure générale et ancienne astronaute, Julie Payette.

Samantha Cornett

« C’était vraiment spécial ! C’était la première fois que je rencontrais la gouverneure générale. Tout d’abord elle est incroyable et elle était accompagnée par un grand nombre de Canadiens. Nous profitions d’un bel appui. Je pouvais l’entendre dans les estrades et c’était très apprécié », a soutenu Cornett en mêlée de presse après sa partie.

Or pour Buisa et le Canada

Quant à la Gatinoise Pamphinette Buisa, elle ramène une médaille d’or du Pérou. Ses coéquipières et elle ont permis au Canada de remporter le tournoi féminin du rugby à sept, dimanche après-midi, grâce à un gain de 24-10 contre les États-Unis.

Buisa n’était pas la seule joueuse locale au sein de la formation. Olivia De Couverer, d’Ottawa, faisait partie aussi de l’alignement.

Pamphinette Buisa

Les deux jeunes femmes sont membres du club Irish, qui a pignon sur rue dans la capitale nationale.