Avec huit top 5 dont deux victoires, je ne peux qu’être satisfait de la saison qui s’achève.

J’ai encore faim!

CHRONIQUE / Je discutais avec mon épouse Bronte hier soir quand elle m’a demandé si j’étais nerveux en prévision de la fin de semaine qui s’en vient. Après tout, c’est le week-end qui va décider du champion de la saison 2018 de la série canadienne de NASCAR !

J’ai répondu à Bronte que je n’étais pas nerveux parce que je sais que je suis prêt et que je sais que mon équipe est prête. La confiance est là et je m’en vais au Jukasa Motor Speedway, situé en banlieue d’Hamilton en Ontario, avec l’intention de gagner la course… et le championnat.

Si vous regardez le classement de la série, vous verrez que je suis à quatre points de Louis-Philippe Dumoulin et du sommet. On peut faire toutes sortes de calculs, mais moi, tout ce qui m’intéresse, c’est de remporter l’épreuve de samedi. En gagnant la course, je sais que je serai couronné champion, qu’importe le résultat obtenu par Louis-Philippe.

À notre première présence de la saison à Jukasa, à la mi-juin, j’avais fini troisième. C’est un ovale que j’aime, sur lequel je me sens à l’aise. Et depuis qu’ils ont rénové l’endroit, c’est absolument magnifique.

Il y a une autre raison pour laquelle je ne suis pas nerveux en pensant à la fin de semaine qui s’en vient. Voyez-vous, je me suis déjà retrouvé dans une situation où j’étais obligé de gagner, ou du moins de très bien performé, au risque de perdre mon volant. Et cette pression, c’est très dur sur les nerfs. Cette fois, je vais débarquer à Jukasa détendu, ce qui ajoute aux conditions gagnantes.

Je veux gagner le championnat, mais je ne peux qu’être satisfait de la saison qui s’achève, indépendamment de ce qui va arriver ce week-end. Après 12 courses, je compte huit top cinq, dont deux victoires. Je suis satisfait… mais j’ai encore faim.

Je veux gagner pour moi, pour mon équipe, pour mes commanditaires.

La fin d’une saison est toujours un moment un peu triste mais j’ai la chance, je dirais même le privilège, de savoir que mon volant est assuré en prévision de l’année prochaine. Je serai de retour en série canadienne de NASCAR et, avec un peu de chance, j’ajouterai quelques courses en série Xfinity de même qu’en série Camping World. C’est tellement rassurant de miser sur une bonne équipe et sur des commanditaires — que j’aime appeler mes partenaires — fidèles.

Avant de terminer, j’aimerais remercier le Groupe Capitales Médias et ses six quotidiens de m’avoir donné la chance de m’adresser à vous via cette chronique cette saison. J’ai adoré vous parler de ma passion pour la course et du monde tout aussi passionnant à l’intérieur duquel j’évolue.

À la prochaine !

Propos recueillis par Michel Tassé