L’attaquante Jade Maisonneuve a été une des 59 joueuses invitées au camp estival virtuel de Hockey Canada chez les moins de 18 ans. Elle a déjà représenté le pays dans des compétitions en République tchèque et en Suède quand elle avait 15 ans et 16 ans.
L’attaquante Jade Maisonneuve a été une des 59 joueuses invitées au camp estival virtuel de Hockey Canada chez les moins de 18 ans. Elle a déjà représenté le pays dans des compétitions en République tchèque et en Suède quand elle avait 15 ans et 16 ans.

Jade Maisonneuve: une étoile est née à St-Isidore [VIDÉO]

Le village de St-Isidore a produit de bons joueurs de hockey au fil des ans.

Francis Wathier a gagné deux coupes du Président avec les Olympiques de Gatineau avant d’accéder à la Ligue américaine et même à la Ligue nationale.

Benoît Pouliot est né à Alfred, mais il a grandi à St-Isidore avant de devenir un choix de première ronde dans la LNH, où il a disputé 625 matches. Mathieu Picard a été le capitaine des Hawks de Hawkesbury avant de connaître une belle carrière de quatre ans dans la NCAA à Ohio State University.

À LIRE AUSSI: Jade Maisonneuve: deux breuvages dans la coupe Stanley

De nos jours, c’est une hockeyeuse de 16 ans qui est en train de remettre le village sur la carte du hockey dans l’Est ontarien. Jade Maisonneuve était déjà sur le radar de Hockey Canada. À 15 ans, elle a aidé le pays à gagner la médaille d’or dans un tournoi du Championnat du monde en République tchèque. À 16 ans, elle a été la meilleure compteuse du Canada dans ce même tournoi en Suède où le pays a gagné la médaille de bronze.

Cette semaine, elle a consolidé sa place dans la pyramide du programme national en étant invitée à prendre part au camp estival virtuel de l’équipe canadienne des moins de 18 ans.

Son rêve de représenter le drapeau unifolié aux Jeux olympiques est plus fort que jamais.

«Ça ne sera probablement pas les prochains Jeux olympiques, mais je vise certainement une place dans l’équipe canadienne lors des jeux suivants», lance celle qui fêtera ses 17 ans au mois de septembre.

Ce qui distingue Maisonneuve des 30 attaquantes invitées au camp estival en prévision du Championnat mondial qui devrait être disputé en Suède en janvier prochain, c’est son style de jeu hargneux.

«C’est une Brandan Gallagher. Elle n’est pas très grande, mais elle est très forte physiquement et joue comme s’il n’y avait pas de lendemain», signale Éric Levac, père de sa meilleure amie Ariane Levac.

En plus d’être une bonne fabricante de jeu, Jade Maisonneuve mise aussi sur une vitesse exceptionnelle. Elle se sert donc de ces atouts pour foncer dans le tas et créer de la bisbille sur la patinoire.


« Ça ne sera probablement pas les prochains Jeux olympiques, mais je vise certainement une place dans l’équipe canadienne lors des jeux suivants »
Jade Maisonneuve

Expérience traumatique

Ce style de jeu est recherché par l’état-major de l’équipe canadienne, mais il lui a cependant causé une belle frousse il y a deux ans.

Pendant deux jours, après avoir percuté le poteau d’un filet de plein fouet, elle croyait que son rêve s’était envolé.

«J’ai subi une fracture du cou en étant poussée sur le poteau du but. Les premiers résultats de tests ont dévoilé de possibles dommages au crâne aussi. J’ai eu peur. Deux jours plus tard, d’autres tests ont été beaucoup plus rassurants. L’accident est survenu durant l’été. J’ai porté un corset cervical pendant un bout. J’ai raté le début de la saison, mais je n’ai pas manqué beaucoup d’action.»

Aujourd’hui, Jade Maisonneuve porte les couleurs des Ottawa Lady Sens dans la Ligue junior provinciale de l’Ontario, mais à ses premières armes dans le hockey, elle jouait contre des garçons et arrivait à tenir son bout.

Elle a commencé à jouer avec des filles au niveau récréatif à Rockland et Russell à l’âge pee-wee. Elle a aimé l’expérience. Son talent a été remarqué. Rapidement, on l’a invité à jouer de façon compétitive à Gloucester. De fil en aiguille, les Lady Sens l’ont découvert à leur tour.

Universités américaines

«Mon rêve, c’est de jouer aux Jeux olympiques, mais mon autre but, c’est de jouer au hockey universitaire canadien ou américain. Depuis que mon nom a été ajouté sur la liste de Hockey Canada cette semaine, les courriels rentrent rapidement à partir des États-Unis. C’est une belle carte de visite. Les showcases de l’été ont été annulés à cause du virus. Ma prochaine saison sera déterminante.»