L’Intrépide croyait bien pouvoir forcer la tenue d’un cinquième et dernier match dans leur série contre les Vikings alors qu’ils menaient 3-2 en troisième période, mais des pénalités ont été coûteuses en troisième période.

Une fin amère pour l’Intrépide

Les séries éliminatoires de l’Intrépide de Gatineau ont pris fin dimanche après une défaite de 5-3 contre les Vikings de St-Eustache au Complexe Branchaud-Brière et cette élimination a laissé un goût amer dans le camp perdant.

« Injustice ! S’il y a un mot pour décrire cette série, c’est bien ça », a réagi l’entraîneur-chef Martin Lafleur après le quatrième match de cette série de deuxième ronde de la Ligue midget AAA du Québec.

Les officiels ont décerné 51 minutes de punition aux Gatinois dans cette rencontre sans lendemain contre 12 du côté des visiteurs.

Malgré tout, l’Intrépide a eu l’avantage 30-24 au chapitre des tirs et il menait même 3-2 en troisième période jusqu’à ce qu’ils écopent de quelques pénalités coûteuses, dont une pour une mise en échec par-derrière contre un joueur qui est resté étendu au sol jusqu’à ce que les officiels expulsent l’auteur de la mise en échec pour lui donner une majeure de cinq minutes.

La victime s’est ensuite relevée pour revenir au jeu dès le début de la punition majeure. Puis, les Gatinois ont été punis à nouveau pour donner un long « cinq contre trois » à la puissante offensive des Vikings. Étonnamment, les locaux ont réussi à écouler des deux punitions, mais Enrico Di Cesare est parvenu à créer l’égalité 3-3 au moment où la deuxième punition venait de se terminer.

« On ne se mettra pas la tête dans le sable. Nous avons pris de mauvaises punitions. Nous sommes responsables de cela. Nous avons mal géré nos émotions. Il y a eu de l’indiscipline. Ce qui est frustrant, ce n’est pas les punitions que nous avons eues, mais celles qui n’ont pas été décernées à nos adversaires par la suite. »

Dans le fond, Martin Lafleur a senti que le résultat du quatrième match n’était pas entre les mains de ses joueurs. « C’est injuste envers des jeunes de 15 à 17 ans. Nous avions le contrôle de ce match-là après deux périodes. Nous menions 3-2. Nous avions accordé seulement trois tirs en deuxième période. Nous avions eu trois fois plus de chances de marquer. Nous avons écoulé des punitions importantes, mais à quelques reprises, nous aurions pu évoluer en avantage numérique nous aussi. »

L’Intrépide devait déjà lutter pour sa survie dans ce match sans lendemain sans son gardien numéro un. Jérémie Lefebvre a subi une commotion cérébrale dans le troisième match. Alexandre Groleau, 15 ans, a donc disputé un premier match éliminatoire en carrière.

« Il a bien fait dans les circonstances. Ce n’était pas une situation facile pour lui », a indiqué Lafleur au sujet du gardien recrue qui avait vu Lefebvre amorcer les huit premiers matches des séries.

Des buts de Jack Seymour, Étienne Champagne et Mathieu Gagnon avaient procuré une avance de 3-2 aux Gatinois après 40 minutes, mais les Vikings ont égalé la marque à 7:39 de la troisième période, puis Alexis Bélisle a brisé l’égalité avec 3:26 à faire au match. Il a ensuite ajouté le dernier but dans un filet désert.

Pas à rougir
« Nous n’avons pas à rougir de notre performance. Nous avons perdu contre une équipe qui s’est battue pour le premier rang du classement général toute l’année. Il faut leur accorder le crédit qu’ils méritent », a ajouté Lafleur.

De son côté, le capitaine Mathieu Gagnon était déçu d’être passé si près d’une victoire sans pouvoir y goûter.

« Tout le monde y croyait. Nous pensions avoir une équipe pour aller jusqu’au bout. Ç’a été une question de centimètres et une question de discipline. Nous en avions parlé depuis le début. Ça nous a coûté cher encore une fois. Nous pouvons être déçus de l’élimination, mais il faut être fiers de ce que nous avons accompli cette saison. »

Éliminé des séries de la coupe Jimmy-Ferrari, la saison de l’Intrépide n’est pas terminée pour autant. Il se battra maintenant pour remporter la Coupe Dodge. Le tournoi sera justement présenté en Outaouais au mois d’avril.

« Nous avons une belle gang. Je suis content que ce ne soit pas terminé et que nous ayons la chance de gagner d’autres matches ensemble », a conclu Gagnon.