L'entraineur-chef, Martin Lafleur, sent son équipe toujours aussi énergique et enthousiaste.

L’Intrépide amorce son dernier sprint

De la poudrerie, des bourrasques et une visibilité réduite sur l’autoroute 10 ont prolongé le congé des Fêtes de l’Intrépide de Gatineau vendredi.

Son match contre les Cantonniers de Magog a été remis au début du mois de février. L’Intrépide devra donc attendre à dimanche pour renouer avec l’action alors qu’il recevra les Riverains du Collège Charles-LeMoyne au Complexe Branchaud-Brière (CBB).

Les protégés de Martin Lafleur avaient le vent dans les voiles avant  la pause de trois semaines dans le calendrier de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Ils avaient gagné huit de leurs 10 derniers matches en plus d’avoir atteint le carré d’as au Challenge de la ligue disputé au CBB.

Avec seulement 11 matches à disputer avant le début des séries éliminatoires à la mi-février, Martin Lafleur sent son équipe toujours aussi énergique et enthousiaste.

«La pause n’a pas semblé ralentir les ardeurs de nos joueurs. Au contraire. À notre retour à l’entraînement cette semaine, j’ai senti le même enthousiasme qui avait caractérisé notre équipe en décembre. Nous avons une équipe en santé. Il y a de la vie dans notre vestiaire.»

L’Intrépide (17-11-1) aurait l’avantage de la patinoire si les séries devaient commencer demain et l’équipe est aussi en pleine confiance. Pourquoi pas ? Elle a vaincu le Blizzard du Séminaire St-François (les meneurs du classement) deux fois sur trois jusqu’à présent, dont une fois en quarts de finale du Challenge midget AAA.

«Les joueurs croient en eux. Il existe une bonne chimie au sein de l’équipe. Nous jouons dans notre identité tout en gardant les choses simples. Il y a une grande parité dans la ligue. Personne ne se détache du groupe. Chaque soir, n’importe quel club peut gagner contre n’importe qui», ajoute Lafleur.

Ce dernier a même le luxe de compter sur un excellent duo de gardiens cette saison. Après un lent départ, Alexandre Groleau a signé quelques impressionnantes victoires dans les dernières semaines. Il épaule très bien le vétéran Jérémie Lefebvre.

«Nos deux gardiens font le travail. Alexandre n’a que 15 ans. Son adaptation a été plus difficile, mais il avait Jérémie pour le supporter. Il a maintenant pris son erre d’aller. C’est le fun de voir le plus jeune challenger le vétéran.»

S’il y a un élément que l’Intrépide devra améliorer dans le dernier quart de sa saison, ce sera de tirer profit de l’avantage de la patinoire. Les Gatinois ont largement été plus efficaces sur la route (10-4-0) qu’à la maison (7-7-1).

Martin Lafleur ignorait cette statistique inhabituelle dans son entretien avec Le Droit vendredi.

«Je ne m’en étais pas rendu compte, mais j’aime mieux ça que le contraire. C’est un problème plus facile à rectifier que l’opposé. Ça démontre que nos joueurs sont capables de jouer en dehors de leur zone de confort. C’est même positif.»

À l’attaque, Hendrix Lapierre amorce le dernier sprint de la saison au cinquième rang du classement des compteurs de la ligue avec 40 points en 24 matches même si une blessure lui a fait rater cinq rencontres. Âgé de 15 ans, il représente l’un des plus beaux espoirs du prochain repêchage de la LHJMQ.

LHJMQ : des honneurs pour Breton et Bellemare

La LHJMQ a décerné les honneurs à ses joueurs les plus méritoires du mois de décembre vendredi et deux joueurs des Olympiques ont retenu l’attention.

D’abord, le capitaine Alex Breton a été le défenseur par excellence du mois avec une récolte de 10 points et un différentiel de +13 en 11 matches. Il a été un élément important de l’équipe pendant sa séquence de 10 victoires consécutives. 

L’autre honneur est revenu à Mathieu Bellemare, décoré du titre du gardien par excellence du mois en partageant son temps avec les Olympiques et les Cataractes de Shawinigan où il a été échangé le 18 décembre. Trois de ses quatre victoires en cinq départs ont été obtenues avec Gatineau. Sa dernière a été un blanchissage à son premier match à Shawinigan.