L’Intrépide a connu un bon début et une bonne fin de match en Estrie. Ça n’a pas suffi pour battre les Cantonniers de Magog.

Le premier match échappe à l’Intrépide

L’Intrépide de Gatineau n’a pas connu le départ souhaité, en demi-finale des séries de la Coupe Jimmy-Ferrari.

Le club de hockey midget AAA de l’Outaouais savait qu’il était confronté à un club de qualité pour cette troisième ronde. Les Cantonniers de Magog ont terminé devant lui au classement général de la saison régulière.

Malgré cela, il n’a pas été capable d’offrir une performance complète, sur la route, dans un match où il s’est incliné, 4-1.

« On a joué une bonne troisième période », convient l’entraîneur-chef Martin Lafleur.

« On a connu un bon début de match, aussi. »

Entre les deux ? Un petit moment de relâchement.

« On s’est comme un peu écrasés après leur premier but... »

Dans une vraie ambiance des séries, devant une foule supérieure à 1000 spectateurs, les Cantonniers ont dominé la première période 12-5 au chapitre des lancers. Ils ont réussi à ouvrir la marque alors qu’il restait environ 90 secondes à jouer avant l’entracte.

Le club local a profité du momentum pour tripler son avance durant la deuxième période.

L’Intrépide a réussi à réduire l’écart en début de troisième. L’attaquant gatinois Marc-Olivier Racine Roy a profité d’une supériorité numérique pour marquer son troisième but des séries.

La remontée s’est arrêtée là. Les Cantonniers ont inscrit un autre but d’assurance en fin de match.

Sur le chemin du retour à la maison, Lafleur et ses adjoints ont pris le temps de revoir la rencontre. Pas question, cependant, de perdre trop de temps à chercher des excuses.

Pas question, surtout, d’attribuer cet échec à la rouille accumulée durant la pause qui a suivi la deuxième ronde.

« Ce n’est pas une question de synchronisme. Nous avons été victimes de plusieurs revirements. Nous avons perdu des batailles à un contre un. Nous avons manqué d’acharnement », a dit Lafleur.

« Quand tu joues contre une équipe aussi douée, offensivement, tu ne peux pas te permettre le moindre relâchement. »

Dans une série 3 de 5, la marge de manœuvre n’est jamais bien grande. L’Intrépide retournera en Estrie, mardi, pour jouer un deuxième match qui s’annonce déjà très important. « L’important, pour nous, c’est de réaliser que ce match est déjà passé, pense Lafleur. Dans les séries, une défaite de 1-0, c’est la même chose qu’une défaite de 10-0. Ce qu’il faut, c’est se préparer de manière à bien jouer le prochain match. »