Intrépide

Lapierre, meilleur espoir de la LHJMQ

Pour la deuxième fois en trois ans, un hockeyeur de l’Outaouais trône au sommet de la liste du Centre de soutien au recrutement (CSR) de la LHJMQ.

Classé premier en 2016, Benoît-Olivier Groulx était devenu le premier joueur de l’Outaouais à être réclamé au premier rang d’une séance de sélection de la LHJMQ. Deux ans plus tard, Hendrix Lapierre pourrait bien l’imiter.

Intrépide

L’Intrépide à l’honneur

Le Gala des Champions de la Ligue de hockey midget AAA du Québec a fait quelques heureux chez l’Intrépide de Gatineau dimanche.

D’abord, toute l’équipe a été honorée pour sa réussite scolaire. Des 15 équipes de la ligue, les joueurs de l’Intrépide ont maintenu la meilleure moyenne collective sur les bancs d’école. C’est la deuxième fois de son histoire que l’Intrépide remporte le trophée Roger-Brunelle pour son excellence académique. Les joueurs ont tous reçu une montre en guise récompense.

Intrépide

Une fin amère pour l’Intrépide

Les séries éliminatoires de l’Intrépide de Gatineau ont pris fin dimanche après une défaite de 5-3 contre les Vikings de St-Eustache au Complexe Branchaud-Brière et cette élimination a laissé un goût amer dans le camp perdant.

« Injustice ! S’il y a un mot pour décrire cette série, c’est bien ça », a réagi l’entraîneur-chef Martin Lafleur après le quatrième match de cette série de deuxième ronde de la Ligue midget AAA du Québec.

Intrépide

L’Intrépide en terrain connu

Pour la deuxième fois des séries éliminatoires de la Ligue de hockey midget AAA du Québec, l’Intrépide de Gatineau a le dos au mur.

Vaincu 4-2 par les Vikings de St-Eustache vendredi soir devant une bonne foule de 825 spectateurs au Complexe Branchaud-Brière, l’Intrépide tire de l’arrière 2-1 dans cette série des quarts de finale trois de cinq.

Intrépide

La fatigue commençait à se faire sentir chez l’Intrépide

Personne n’a dit qu’il serait facile d’affronter la troisième meilleure formation de la Ligue midget AAA du Québec.

L’Intrépide de Gatineau a entrepris le deuxième tour des séries en force, samedi, signant une victoire de 2-1 sur la patinoire des Vikings de Saint-Eustache.

Vingt-quatre heures plus tard, ça s’est passé fort différemment.

Les Vikings ont rebondi comme il fallait. Ils ont complètement dominé Gatineau, 7-2, dans le match numéro deux.

« Nous avions un mauvais match dans le système », a d’abord réagi l’entraîneur-chef Martin Lafleur.

Ses joueurs, croit-il, commencent à ressentir la fatigue des séries.

« Il s’agissait de notre septième match en 10 ou 11 jours. Clairement, notre énergie était plus basse. Toutes les erreurs que nous avons commises nous ont coûté cher », précise-t-il.

L’Intrépide a joué beaucoup de matches parce que sa série du premier tour s’est rendue à la limite. Il a eu besoin de cinq parties pour éliminer les Lions du Lac St-Louis.

Les Vikings, eux, ont tôt fait de se débarrasser de leurs rivaux en trois petites parties.

« Nous aurons le temps de nous reposer cette semaine. Ça fera du bien », estime Lafleur. Le match numéro trois de la série sera disputé vendredi soir prochain, au Complexe Branchaud-Brière.

Dans la ligue de midget AAA du Québec, les deux premiers tours des séries sont présentés en format 3 de 5.

Le gardien gatinois Jérémie Lefebvre a été très solide samedi. Dimanche, il a été retiré du match après avoir alloué trois buts sur huit lancers.

Hendrix Lapierre a été le meilleur joueur à l’attaque pour son équipe. Il a obtenu deux mentions d’aide, samedi. Il a marqué un des deux buts dans la défaite, dimanche.

Le capitaine des Vikings, Félix Lafrance, a lui aussi connu un gros week-end. Il a été l’auteur du seul filet de sa formation, samedi. Il a connu un match de trois points, dimanche.

Les Vikings ont causé beaucoup de problèmes à leurs adversaires lors des unités spéciales. Ils ont inscrit quatre buts lors de leurs 11 supériorités numériques, dans la victoire de dimanche.

« J’ai bien aimé notre façon de jouer à cinq contre cinq. À forces égales, nous avons démontré que nous sommes capables de rivaliser avec eux », dit Martin Lafleur.

« Ils ont un bon power play. Il faudra juste s’assurer de rester sur la glace, de ne pas trop aller au banc des pénalités.

Hockey junior

Intrépide: les joueurs ont le dernier mot

Le sentiment d’injustice arrive parfois à alimenter l’instinct de survie.

Mercredi soir, dans le match décisif de leur série de première ronde de la Ligue midget AAA du Québec, les joueurs de l’Intrépide de Gatineau ont su se remettre d’une situation insoutenable pour effacer un retard de deux buts et l’emporter 4-3 sur les Lions du Lac St-Louis devant une bonne foule de près de 900 spectateurs au Comlexe Branchaud-Brière.

Hockey junior

Lefebvre repousse tous les Lions

Au début des séries éliminatoires, quand tous les compteurs sont remis à zéro, le temps est venu de créer de nouveaux héros.

Jeudi soir, au Complexe Branchaud-Brière de Gatineau, Jérémie Lefebvre a été le héros de la première bataille des séries qui oppose l’Intrépide aux Lions du Lac St-Louis.

Intrépide

Le 16 de Pageau rejoint le 14 de Brière

La boucle a véritablement été bouclée, dimanche, quand le numéro 16 de Jean-Gabriel Pageau a été retiré par l’Intrépide de Gatineau.

Il y a 10 ans, quand il a porté les couleurs de l’équipe midget AAA de sa région, Pageau était un jeune attaquant parmi tant d’autres.

Il a commencé à gravir l’échelle à la base. Il était même celui à qui on demandait de ramasser les traîneries qui s’étaient accumulées, dans l’autocar de l’équipe, au retour des voyages.

« Je n’étais pas tout seul ! C’était une des tâches qu’on réservait aux recrues. Nous étions quatre ou cinq, cette année-là, si je me souviens bien », raconte-t-il.

Il pouvait s’agir d’une tâche particulièrement ingrate, quand l’équipe rentrait d’un voyage dans la région de Montréal, dans les froids de janvier, aux petites heures du matin.

« Une gang de jeunes, dans un bus, ça se laisse traîner pas mal. »

Pageau n’a pas eu à faire le ménage, ce week-end, lorsqu’il a rendu visite à son ancienne équipe. Il a même eu le privilège de livrer un discours aux joueurs, avant le début du match contre les Gaulois de Saint-Hyacinthe.

Les adolescents de 15, 16 et 17 ans, selon tout ce qu’on a pu comprendre, ont été très attentifs et réceptifs.

Il a ensuite eu droit à un bel accueil de la foule, lors de la cérémonie où sa bannière a été officiellement dévoilée. Il est devenu le deuxième joueur de l’histoire de l’Intrépide à recevoir cet honneur. Son mentor et ami Daniel Brière a également reçu cet honneur, il y a quelques années.

Pageau était entouré de ses parents, de sa sœur et de sa fiancée pour l’occasion.

Dans son court discours, il a parlé de « la famille  de l’Intrépide ».

« Je suis honoré. Ce n’est pas juste mon passage à l’Intrépide. C’est mon passage dans le programme sport-études. Ça m’a beaucoup aidé », a-t-il affirmé, quelques minutes avant la cérémonie.

« Alain Sanscartier m’a tellement aidé quand j’étais plus jeune... Il m’a aidé autant sur la glace qu’à l’extérieur. Il parlait tout le temps du CAP. C’était un acronyme. Pour lui, tout passait par le comportement, par l’attitude et par la performance. »

Pageau s’est greffé au programme sport-études de l’école secondaire Nicolas-Gatineau lors de sa sixième année du primaire. Il y est resté jusqu’en quatrième secondaire.

« Les dirigeants de l’Intrépide m’ont aussi enseigné à faire mon auto-évaluation. Grâce à eux, très jeune, j’ai appris à analyser mes propres matches. J’utilise toujours ces outils pour identifier les choses que je fais bien, comme celles que je pourrais faire mieux. Être capable de se regarder dans un miroir, c’est une bonne chose. »

L’Intrépide, qui continue de célébrer son 25e anniversaire, pourrait retirer quelques chandails de plus dans les prochains mois. D’autres anciens joueurs, comme Derick Brassard et Corey Crawford, connaissent de belles carrières dans la LNH.

Hockey

L’Intrépide amorce son dernier sprint

De la poudrerie, des bourrasques et une visibilité réduite sur l’autoroute 10 ont prolongé le congé des Fêtes de l’Intrépide de Gatineau vendredi.

Son match contre les Cantonniers de Magog a été remis au début du mois de février. L’Intrépide devra donc attendre à dimanche pour renouer avec l’action alors qu’il recevra les Riverains du Collège Charles-LeMoyne au Complexe Branchaud-Brière (CBB).

Les protégés de Martin Lafleur avaient le vent dans les voiles avant  la pause de trois semaines dans le calendrier de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Ils avaient gagné huit de leurs 10 derniers matches en plus d’avoir atteint le carré d’as au Challenge de la ligue disputé au CBB.

Avec seulement 11 matches à disputer avant le début des séries éliminatoires à la mi-février, Martin Lafleur sent son équipe toujours aussi énergique et enthousiaste.

«La pause n’a pas semblé ralentir les ardeurs de nos joueurs. Au contraire. À notre retour à l’entraînement cette semaine, j’ai senti le même enthousiasme qui avait caractérisé notre équipe en décembre. Nous avons une équipe en santé. Il y a de la vie dans notre vestiaire.»

L’Intrépide (17-11-1) aurait l’avantage de la patinoire si les séries devaient commencer demain et l’équipe est aussi en pleine confiance. Pourquoi pas ? Elle a vaincu le Blizzard du Séminaire St-François (les meneurs du classement) deux fois sur trois jusqu’à présent, dont une fois en quarts de finale du Challenge midget AAA.

«Les joueurs croient en eux. Il existe une bonne chimie au sein de l’équipe. Nous jouons dans notre identité tout en gardant les choses simples. Il y a une grande parité dans la ligue. Personne ne se détache du groupe. Chaque soir, n’importe quel club peut gagner contre n’importe qui», ajoute Lafleur.

Ce dernier a même le luxe de compter sur un excellent duo de gardiens cette saison. Après un lent départ, Alexandre Groleau a signé quelques impressionnantes victoires dans les dernières semaines. Il épaule très bien le vétéran Jérémie Lefebvre.

«Nos deux gardiens font le travail. Alexandre n’a que 15 ans. Son adaptation a été plus difficile, mais il avait Jérémie pour le supporter. Il a maintenant pris son erre d’aller. C’est le fun de voir le plus jeune challenger le vétéran.»

S’il y a un élément que l’Intrépide devra améliorer dans le dernier quart de sa saison, ce sera de tirer profit de l’avantage de la patinoire. Les Gatinois ont largement été plus efficaces sur la route (10-4-0) qu’à la maison (7-7-1).

Martin Lafleur ignorait cette statistique inhabituelle dans son entretien avec Le Droit vendredi.

«Je ne m’en étais pas rendu compte, mais j’aime mieux ça que le contraire. C’est un problème plus facile à rectifier que l’opposé. Ça démontre que nos joueurs sont capables de jouer en dehors de leur zone de confort. C’est même positif.»

À l’attaque, Hendrix Lapierre amorce le dernier sprint de la saison au cinquième rang du classement des compteurs de la ligue avec 40 points en 24 matches même si une blessure lui a fait rater cinq rencontres. Âgé de 15 ans, il représente l’un des plus beaux espoirs du prochain repêchage de la LHJMQ.

LHJMQ : des honneurs pour Breton et Bellemare

La LHJMQ a décerné les honneurs à ses joueurs les plus méritoires du mois de décembre vendredi et deux joueurs des Olympiques ont retenu l’attention.

D’abord, le capitaine Alex Breton a été le défenseur par excellence du mois avec une récolte de 10 points et un différentiel de +13 en 11 matches. Il a été un élément important de l’équipe pendant sa séquence de 10 victoires consécutives. 

L’autre honneur est revenu à Mathieu Bellemare, décoré du titre du gardien par excellence du mois en partageant son temps avec les Olympiques et les Cataractes de Shawinigan où il a été échangé le 18 décembre. Trois de ses quatre victoires en cinq départs ont été obtenues avec Gatineau. Sa dernière a été un blanchissage à son premier match à Shawinigan.

Intrépide

Les Élites volent la vedette à Gatineau

Les Élites de Jonquière vont rentrer dans le Challenge CCM midget AAA 2018 par la grande porte alors que la prochaine édition du tournoi sera disputée dans leur cour à Saguenay.

Vaincue en finale du Challenge de Gatineau l’an dernier, la troupe de Steve Thériault s’est drôlement ressaisie en revenant de l’arrière pour vaincre l’Intrépide de Gatineau en prolongation lors de la demi-finale de samedi avant de vaincre les Chevaliers de Lévis 3-2 en finale dimanche.

En plus d’obtenir le laissez-passer au premier tour des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA qui accompagne le championnat du Challenge CCM, les Élites ont aussi trouvé une façon de mettre un frein à une séquence de 16 victoires consécutives des Chevaliers. Avant la finale, Lévis était la seule formation invaincue du tournoi présenté à Gatineau.

« Huit ou neuf de nos joueurs ont vécu la déception de la défaite en finale l’an dernier, a souligné l’entraîneur-chef Steve Thériault. Notre équipe est plus mature cette année. Nous avons 15 joueurs repêchés dans la LHJMQ. Le Challenge est un bon moment dans la saison pour créer une chimie d’équipe. Nous avons montré beaucoup de caractère samedi en revenant de l’arrière pour battre l’Intrépide. Nous pensons au Challenge depuis le début de l’année. À travers les hauts et les bas, nous sommes restés calmes. C’est la leçon que nous avions tirée de l’an dernier. »

Auteur du but vainqueur dans le match décisif, le capitaine Mikisiw Awashish a dit que le match de la demi-finale contre Gatineau a donné toute la confiance nécessaire à son équipe pour renverser les Chevaliers dans le duel ultime.

« Le match contre Gatineau a été incroyable. Nous avons tiré de l’arrière à plusieurs reprises, mais tout le monde y croyait (à notre retour). Ce n’était qu’une question de temps. On le sentait. Personne ne s’est laissé abattre. On savait que ça allait débloquer. Maintenant, les Élites seront champions en titre lorsqu’ils présenteront le tournoi l’an prochain. Ça sera à notre tour d’avoir le privilège d’un meilleur horaire et de jouer sur notre propre patinoire », a dit le meilleur compteur des Élites avec cinq buts et neuf points en six matches.

Membre du comité organisateur du Challenge midget AAA, Alain Brisson dit avoir noté une forte hausse d’achalandage aux matches du tournoi cette année, particulièrement dans la demi-finale entre l’Intrépide et les futurs champions samedi où il y avait environ 1000 spectateurs au Complexe Branchaud-Brière.

« L’ajout de quatre équipes, dont celles des États-Unis, des Nats de Rockland (demi-finalistes) et de Sudbury a piqué la curiosité des amateurs de hockey. Il y a aussi notre équipe, l’Intrépide, qui connaît une bonne saison et qui a atteint la demi-finale. Enfin, il n’y avait pas de matches des Sénateurs et des Olympiques dans la région en fin de semaine et ceux qui ont voulu aller voir le Canadien se faire planter samedi soir ont manqué du très bon hockey ! »

Alain Brisson évalue les retombées économiques à environ un million de dollars pour la région.

« De mercredi à vendredi, il n’y avait pas une chambre d’hôtel de libre à Gatineau. Beaucoup de gens m’ont dit qu’ils avaient profité de leur passage en Outaouais pour faire leur magasinage des Fêtes et pour visiter la région. »

Après quatre ans à Gatineau, le tournoi se transportera maintenant à Saguenay, au grand dam de certains recruteurs, particulièrement ceux des collèges américains.

« J’ai vu les entraîneurs des universités Clarkson, Maine, Harvard et Ohio cette semaine. Ils m’ont dit qu’ils n’iraient pas à Saguenay l’an prochain. C’est moins bon pour les joueurs », a indiqué au Droit un influent agent de joueurs de la LNH et la LHJMQ.

Alain Brisson et son armée de 80 bénévoles comptent toutefois revenir à la charge dans quatre ans.

« Quatre ans, c’est loin, mais nous allons soumissionner pour présenter le tournoi à nouveau. Nous avons une machine bien rodée ici. Nos bénévoles sont rendus spécialisés. Ils font tous nos tournois. Nous avons mis la barre haute pour la suite des choses ! »