Ignacio Piatti pourrait revenir au jeu samedi après-midi alors que l'Impact accueillera le Revolution de la Nouvelle-Angleterre au stade Saputo.

Ignacio Piatti est tout près d’un retour au jeu

MONTRÉAL — Jouera, jouera pas? S’il joue, ce sera pendant combien de temps? Voilà deux questions encore sans réponse. Ce qui est certain, cependant, c’est que Ignacio Piatti n’a jamais été aussi près d’un retour au jeu.

Ce retour pourrait bien se réaliser samedi après-midi lorsque l’Impact de Montréal accueillera le Revolution de la Nouvelle-Angleterre au stade Saputo.

S’il joue, ne serait-ce que pendant 15 minutes, ce sera la première fois en deux mois que l’Argentin met les pieds sur le terrain pendant un match de la MLS.

Piatti a repris l’entraînement officiellement, mercredi, après un examen médical à un mollet qui s’est révélé favorable.

«Tout était bien aligné. Même s’il était un peu anxieux avant le début de la séance, parce que nous sommes toujours à l’écoute de son corps, du moindre signal dans ces circonstances, ça s’est bien passé. Il était heureux. Nous aussi. On partage sa joie de revenir avec nous», a déclaré l’entraîneur-chef Rémi Garde, jeudi.

Le milieu de terrain Samuel Piette a été à même de constater que Piatti semblait en belle forme.

«C’est comme s’il n’avait jamais quitté le groupe. La qualité était là. Je pense qu’il était tellement content de retrouver le terrain qu’il s’est un peu laissé aller. Il a montré qu’il n’a pas perdu sa qualité technique.»

La présence de Piatti samedi - et son utilisation subséquente - dépendront des conversations que Garde aura avec son joueur vedette d’ici le match. Or, s’il ne cache pas une certaine impatience d’utiliser Piatti au maximum de ses capacités, Garde ne veut pas brusquer les choses non plus.

«Premièrement, il ne faut pas prendre de risque. Médicalement, je dirais que ce serait stupide de se dépêcher de le faire revenir en pressant la situation. Deuxièmement, ça fait deux mois qu’il n’a pas joué. Pour n’importe quel joueur, ce n’est pas parce qu’on fait deux séances d’entraînement qu’on peut donner le meilleur de soi-même.»

Bilan positif

Depuis le dernier match de Piatti, au cours duquel il avait inscrit deux buts dans un gain de 3-1 contre le Orlando City SC le 16 mars, l’Impact (6-5-2) a affiché un dossier de 4-4-2.

Pendant ces 10 matchs, dont seulement trois au stade Saputo, la formation montréalaise n’a marqué que neuf buts - tous en deuxième demie - et a été victime de quatre blanchissages.

Dans l’ensemble, Garde dresse tout de même un bilan positif de cette séquence.

«Ce que je sais, c’est que ‘Nacho’ nous a indéniablement manqué. Il y a des joueurs qui se sont un peu révélés, les jeunes ont eu des minutes, il y a des matchs où ils ont bien fait avec des qualités ou des caractéristiques complètement différentes de celles de ‘Nacho’», a analysé Garde.

«Nous nous sommes bien adaptés, nous avons travaillé. Mais quand je dis que nous nous sommes bien adaptés, ce n’est pas que nous ne voulons pas revenir avec ‘Nacho’, a enchaîné l’entraîneur-chef. Au contraire. C’est clair et net dans mon esprit, dans l’esprit du groupe, que nous avons besoin de ‘Nacho’ maintenant pour enclencher des matchs à domicile où nous avons besoin, offensivement, d’être un peu plus menaçant avec l’adversaire.»

Comme ce fut le cas samedi dernier à Cincinnati, l’Impact se retrouvera face à une formation en plein chambardements.

Le 9 mai, le Revolution a limogé Brad Friedel et a nommé Mike Lapper sur une base intérimaire.

Depuis, le Revolution a gagné son seul match, samedi dernier contre San Jose, au stade Gillette. Cela n’a pas empêché ses dirigeants, depuis, de confier toutes les opérations de soccer de l’équipe à Bruce Arena, un entraîneur renommé qui compte cinq championnats en carrière en MLS.

C’est cependant Lapper qui dirigera l’équipe contre l’Impact, samedi. Arena prendra le relais le 2 juin.

«La victoire à domicile les a certainement galvanisés. Le fait que nous avons joué contre eux et que nous avons gagné là-bas, il y aura certainement un sentiment de revanche chez eux, a averti Garde en faisant allusion au gain de 3-0 de l’Impact au stade Gillette, le 24 avril.

«Nous sommes prévenus. C’est un match qui est important pour nous, c’est le premier d’une série de matchs à domicile entrecoupés du déplacement à Los Angeles (vendredi prochain). C’est une équipe athlétique et il faudra que l’on soit bien dans le match et que surtout, nous ayons de l’intensité dans notre jeu.»