La deuxième Joanne Courtney n’a pu retenir ses larmes pendant l’hymne national. Heureusement elle pleurait de joie.

Homan aux Jeux olympiques

Rachel Homan a accepté l’offre d’un partisan qui célébrait la victoire de la favorite locale. Elle a pris son drapeau orné par les cinq anneaux olympiques pour ensuite traverser une des surfaces de jeu.

La skip d’Ottawa venait de gagner la finale du Roar of the Rings, dimanche après-midi, défaisant Chelsea Carey, de Winnipeg, devant plus de 7400 spectateurs au centre Canadian Tire. Du même coup, ses coéquipières et elle ont obtenu le privilège de défendre l’unifolié en février prochain aux Jeux olympiques à PyeongChang.

« Nous allons porter fièrement nos manteaux aux couleurs du Canada », a assuré Homan après son gain de 6-5. Une victoire obtenue au 10e et dernier bout sur la dernière pierre lancée par son adversaire qui possédait le marteau.

Carey, qui cherchait à marquer deux points pour forcer la prolongation, a raté sa double sortie. « Les minutes qui ont suivi ont été très émotives », a reconnu la première Lisa Weagle.

La deuxième Joanne Courtney n’a pas cessé de verser des larmes. « Ça ne surprendra personne. Je pleure toujours », a-t-elle lancé, sourire en coin.

Homan, qui est reconnue pour son calme, n’a pu s’empêcher de lever les bras vers le plafond du domicile des Sénateurs. « C’est un rêve qui se réalise », a-t-elle rappelé de sa qualification olympique.

Plus tard, on l’a vu échanger quelques larmes avec sa mère dans les gradins.

La pression était énorme sur Homan. Toute la campagne publicitaire du Roar of the Rings tournait autour de son quatuor, qui a gagné le tournoi des Cœurs puis l’or aux championnats du monde en mars.

Ajoutez à cela que l’équipe locale a mal entamé le tournoi, perdant son seul et unique match dès la première journée. Un revers encaissé aux mains de Carey.

Le sort a voulu que les deux formations s’affrontent à nouveau lors du match ultime.

Carey, qui avait gagné toutes ses parties durant la semaine, a connu son lot de difficultés dimanche. Elle s’est fait voler des points lors des deux premiers bouts, résultat de coups ratés de sa part.

« C’est l’histoire de cette journée pour nous... Nous avons raté plusieurs coups de peu », a expliqué la skip originaire du Manitoba.

« Je suis assommée. Mais nous savions avant de commencer cette partie qu’un quatuor allait repartir heureux vers la maison, l’autre allait repartir très triste... »

Quant à Rachel Homan, elle a vanté la foule plus d’une fois. Des amateurs qui étaient clairement rangés derrière elle. Ils étaient nombreux à offrir des chants d’encouragement. C’est sans compter les pancartes ici et là.

« Ceci est la maison de Homan », a-t-on pu lire sur une affiche montrée sur l’écran géant lors du dixième et dernier bout.

« Je n’oublierai jamais cette semaine. Ça dépasse notre victoire au tournoi des Cœurs et aux Mondiaux », a affirmé la troisième Emma Miskew.

Ses amies et elle ont mis le paquet dans leur préparation en vue de ces essais. Ils ont loué une maison pendant la durée de l’événement, question de réduire au minimum les distractions.

« Nous avons été bien traités. Rachel nous a préparé le petit déjeuner chaque matin. Elle sait comment bien cuire des œufs. Puis nous avons joué à plusieurs jeux de société entre nos parties, question de faire le vide », a relaté Lisa Weagle.

Chez les hommes, c’est Kevin Koe, de l’Alberta, qui  ira aux JO. Il a gagné 7-6 contre Mike McEwen, du Manitoba, en finale du Roar of the Rings.

Koe a eu besoin de l’aide de ses trois brosseurs pour tirer sa pierre finale pour le point de la victoire au 10e bout.