Hockey féminin: Chelsea Grills reste à la barre des Gee Gees

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
L’Université d’Ottawa n’a pas eu besoin de chercher trop loin pour combler le poste d’entraîneure-chef de l’équipe de hockey féminin des Gee Gees.

Chelsea Grills avait pris la relève de Yanick Evola quand il a démissionné en novembre dernier à la recherche d’une autre opportunité, étant promue de son poste d’adjointe pour assurer l’intérim. Le poste à temps plein lui a finalement été confié mercredi, a annoncé la directrice du Service des sports de l’Université d’Ottawa, Sue Hylland.

Originaire de Stittsville, à l’ouest d’Ottawa, Grills avait vu le Gris et Grenat connaître beaucoup de succès après qu’elle ait pris la relève, avec une fiche de 8-0-1 à ses neuf derniers matches de la saison régulière pour terminer celle-ci avec un dossier de 11-7-2, le meilleur de l’équipe depuis la saison 2006-2007.

«Nous avions quelqu’un en place que les filles de l’équipe connaissent, qui vient de cette communauté et qui a été une excellente joueuse elle même. Elle a remporté différents championnats comme joueuse et comme entraîneure, en plus d’avoir de l’expérience au niveau international. Et en plus, elle a amené notre équipe à un niveau qui est très excitant pour nous... Le processus pour arriver à son embauche a été ouvert et transparent, mais c’est certain que d’avoir fait partie du programme l’a aidé, même si ce n’était pas un critère d’évaluation», a indiqué Hylland lors d’une visioconférence pour annoncer la nomination.


« «C’est un rêve qui se réalise pour moi. Ça fait plus d’une dizaine d’années que je suis entraîneure un peu partout au niveau universitaire, je me sens bien préparée pour ce rôle. Les sept derniers mois ont été une aventure incroyable pour notre équipe et j’ai hâte de voir où nous allons aller maintenant...» »
Chelsea Grills

Grills a remporté le championnat du Sport interuniversitaire canadien (maintenant U Sports) en 2014 alors qu’elle était adjoint à McGill (club qui a éliminé Ottawa des séries en février dernier) ainsi que le championnat de la division 3 de la NCAA avec Amherst en 2010, aussi comme assistante. Elle a aussi travaillé à l’Académie canadienne et internationale de hockey à Rockland, dirigeant l’équipe des moins de 19 ans, et à l’Université du Vermont. Comme joueuse, elle a amassé 169 points en 139 matches avec l’université St. Lawrence, dans la NCAA, où elle a obtenu un baccalauréat en psychologie et une maîtrise en éducation. Elle a fait partie du programme des moins de 22 ans de Hockey Canada et plus récemment, elle a été entraîneure adjointe et chef de mission de l’équipe nationale canadienne qui a remporté l’argent à l’Universiade FISU de 2019.

«C’est un rêve qui se réalise pour moi. Ça fait plus d’une dizaine d’années que je suis entraîneure un peu partout au niveau universitaire, je me sens bien préparée pour ce rôle. Les sept derniers mois ont été une aventure incroyable pour notre équipe et j’ai hâte de voir où nous allons aller maintenant... Les filles se sont ralliées (sous ses ordres) et nous avons commencé à pratiquer le style que l’on recherchait, on jouait avec de la vitesse et notre conditionnement a fait qu’on ne lâchait pas. En deuxième moitié de saison, nous étions toutes sur la même page. Ce groupe est incroyable et c’est un honneur pour moi d’être leur entraîneure-chef», a commenté Grills, qui est âgée de 35 ans.

Assistante-capitaine des Gee Gees la saison dernière, la joueuse de défense Christine Deaudelin s’est réjouie de la décision de l’U. d’O. «Nous avions connu un début de saison assez bon, mais quand Chelsea est devenue entraîneure-chef intérimaire, ça a été incroyable. Nous avons remporté sept victoires de suite lors d’une excellente deuxième moitié de saison... Elle est un bon leader, un bon modèle. Elle a persévéré comme joueuse au niveau universitaire et dans le programme nationale. Pour nous, ce sont des objectifs qu’on veut atteindre. Pour nous, avoir un modèle comme ça qui dirige l’équipe, c’est très motivant de revenir à tous les jours et donner notre maximum», a-t-elle souligné.

Grills a mentionné qu’elle s’entend très bien avec l’entraîneur de l’équipe masculine Patrick Grandmaître, qui se veut un mentor pour elle, et que la pandémie de la COVID-19 n’a pas affecté le recrutement en vue de la prochaine saison, déjà effectué, et même celui en vue de 2021-2022.