Hendrix Lapierre n’attendra pas longtemps avant de jouer un match de la LHJMQ à Gatineau. Les Saguenéens seront de passage au «Vieux Bob» samedi.

Hendrix Lapierre rentre chez lui samedi

Le 2 juin dernier, à Shawinigan, 251 joueurs ont été sélectionnés par les 18 équipes de la LHJMQ.

Hendrix Lapierre, de l’Intrépide de Gatineau, a été le premier à monter sur l’estrade pour enfiler le chandail et la casquette des Saguenéens de Chicoutimi.

Lapierre et ses Sags seront au centre Robert-Guertin samedi dans le deuxième match du week-end d’ouverture des Olympiques. Même s’ils n’ont joué que deux matches depuis le début de la saison régulière, le directeur général et entraîneur-chef Yanick Jean est convaincu que son club ne s’est pas trompé en choisissant l’attaquant d’Aylmer pour devenir le nouveau visage de la franchise.

« C’est définitif. Il était clairement le meilleur joueur disponible. C’est un jeune homme spécial. C’est sûr qu’il est un très bon joueur, mais ça va plus loin que ça. Son désir d’apprendre. Son désir d’être à l’aréna. Sa passion pour le hockey. C’est sans égal. Il connaît plein de joueurs de la NCAA et même ceux de la KHL. Il carbure au hockey. Il n’en a jamais assez. Il veut toujours être sur la glace. »

Pour Yanick Jean, cette passion n’a pas de prix et il est évident que Lapierre a un bel avenir devant lui.

« Il va jouer dans la LNH. Il ne devra pas brûler les étapes. Il n’a que 16 ans. Nous n’avons pas fixé d’attentes particulières pour lui cette saison à part que d’assurer son développement. Il va faire des erreurs, mais il va continuer de jouer pour apprendre. Nous allons lui donner du millage. Théo Rochette (l’autre choix de première ronde des Sags) et lui, tu vois qu’ils font partie d’une nouvelle génération. Ils ont déjà des habiletés incroyables. Ce n’est pas venu par hasard. C’est à force de répéter qu’ils sont devenus aussi doués. »

Hendrix Lapierre a récolté cinq points en cinq matches hors-concours avec les Saguenéens et il a amorcé la saison régulière avec un point dans deux revers contre le puissant Drakkar de Baie-Comeau.

Tout se déroule normalement pour le surdoué de l’Outaouais, qui a rapidement été apprivoisé dans un coin de pays où se trouve la majorité de sa famille. Son visage et celui de Rochette tapissent les murs du centre Georges-Vézina et ils se retrouvent aussi sur les billets des détenteurs d’abonnements de saison. Il continue de vivre un rêve à Chicoutimi.

« Les partisans sont incroyables ici. Je sens que les attentes sont élevées envers moi. Quand tu es un premier choix, il y a une pression qui vient avec ça. Les choses n’ont pas été comme je voulais dans les deux premiers matches parce que nous avons perdu, mais je vais continuer de travailler fort et de bonnes choses vont se produire. J’ai hâte de me reprendre. »

Date encerclée
Les Saguenéens seront à Boisbriand vendredi, mais ça fait déjà très longtemps que Lapierre sait qu’il s’en vient jouer à Gatineau samedi.

« Quand le calendrier est sorti, la première chose que j’ai faite, c’est d’aller voir quand nous allions jouer à Gatineau. J’ai vu que c’était le 29 septembre et le 4 janvier. J’ai hâte comme ce n’est pas possible. Je vais avoir beaucoup de parents et amis dans les gradins, mais je suis chanceux au Saguenay. Mes grands-parents peuvent venir aux matches. Mes oncles, tantes, cousins et cousines aussi. »

Même s’il reçoit le traitement associé aux vedettes à Chicoutimi, Lapierre garde les deux pieds bien sur terre.

« Il y a toute une coche entre le midget AAA et le junior majeur. Je dois m’ajuster. Je l’ai fait dans les matches hors-concours, mais le jeu est encore plus relevé depuis que la saison est commencée. »

Ce qu’il aime le plus depuis qu’il a fait le saut dans la LHJMQ ?

« Je peux me concentrer davantage sur le hockey. Après les entraînements sur glace, il y a souvent des entraînements hors glace. Parce que je vais encore à l’école secondaire, je rate des exercices des fois et ça me fait suer ! Tout ce que je veux, c’est de jouer au hockey. »