Le golf féminin se porterait mieux avec davantage de vedettes. «Si je pouvais compter sur 150 Brooke Henderson, alors je serais le roi du sport», rigole le commissaire de la LPGA, Mike Whan.

Henderson donne de la visibilité au golf féminin

Même si la Canadienne Brooke Henderson est maintenant une tête d’affiche du circuit, le commissaire de la LPGA Mike Whan a déclaré que le golf féminin doit augmenter sa visibilité afin de se développer et de rétrécir l’écart salarial par rapport au circuit masculin.

Whan, qui est âgé de 49 ans, soulignera son 10e anniversaire à titre de commissaire de la LPGA en janvier. L’ex-directeur exécutif du marketing pour un équipementier de golf et de hockey a permis au circuit féminin de traverser une période d’incertitude avant de connaître une période de prospérité. La cagnotte totale qui sera distribuée cette saison sur le circuit de la LPGA atteindra 70,5 millions $ US, en hausse de 5 millions $ par rapport à l’an dernier.

Certes, l’Omnium canadien féminin bénéficiera de la présence d’Henderson la semaine prochaine au club de golf Magna à Aurora, en Ontario – la golfeuse de Smiths Falls, en Ontario, est l’ambassadrice du CP et la championne en titre –, mais le golf féminin a connu des temps difficiles au pays.

Un deuxième tournoi en sol canadien – la Classique Manulife présentée dans le secteur de Kitchener-Waterloo, en Ontario – a survécu pendant six ans avant de perdre son commanditaire principal en 2017. Cinq de ces tournois ont compté sur la présence d’Henderson, ce qui pourrait laisser croire que son statut de golfeuse étoile n’est peut-être pas suffisant pour assurer la pérennité d’un deuxième tournoi de la LPGA au Canada.

Même l’Omnium canadien féminin, un ancien tournoi majeur sur le circuit qui attire de nombreuses golfeuses étoiles chaque année, a connu des problèmes de visibilité. La seule raison pour laquelle les téléspectateurs ont pu voir la conquête historique d’Henderson l’an dernier à Regina, c’était à cause d’une entente de dernière minute survenue entre Golf Channel et TSN.

C’est un exemple frappant de ce que Whan a identifié comme étant son principal défi à titre de commissaire : obtenir plus de temps d’antenne pour la LPGA sur les principales chaînes de télévision.

En dépit des obstacles qui se dressent devant lui au Canada et ailleurs, Whan a dit qu’Henderson, qui était la tête d’affiche de la plus récente campagne promotionnelle de la LPGA, est l’une des golfeuses les plus populaires du circuit féminin.

Sa victoire à Regina fut l’un de ses plus beaux moments à titre de commissaire. Il a mentionné que c’est toujours un moment spécial lorsqu’une golfeuse qui fait le tour de la planète l’emporte chez elle devant ses proches et amis.

« Quand ça se produit, c’est très impressionnant, a-t-il évoqué. Et si je pouvais compter sur 150 Brooke Henderson, alors je serais le roi du sport. »

Quant à savoir si Whan serait intéressé à ajouter un deuxième tournoi canadien au calendrier de la LPGA, le principal intéressé a admis qu’il y réfléchissait, peu importe la taille du marché.

« Plusieurs sports diraient non à de petits marchés simplement en raison de l’absence d’un (hôtel) Marriott Marquis », a-t-il dit à la blague, avant d’ajouter que la plupart des golfeuses louent des logements près du parcours.

Whan aura l’opportunité de voir l’appui de la foule pour Henderson de ses propres yeux, puisqu’il sera sur place à l’Omnium canadien féminin en début de semaine. Le directeur du tournoi, Ryan Paul, a indiqué que les ventes de billets pour l’événement avaient déjà surpassé celles de l’an dernier.