Mercedes a imposé son rythme lorsque Hamilton a réalisé le meilleur tour en une minute 44,753 secondes.

Hamilton impose son rythme en Belgique

Lewis Hamilton a tiré profit de pneus plus efficaces pour inscrire le chrono le plus rapide de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Formule 1 de Belgique.
Le pilote Mercedes avait été devancé par la Ferrari de Kimi Raikkonen lors de la séance initiale en matinée, mais c'était surtout parce que Raikkonen avait fait le choix des pneus ultra-tendres alors que Hamilton avait chaussé les pneus tendres, légèrement plus lents.
Alors que les deux ont roulé en ultra-tendres en P2, Mercedes a imposé son rythme lorsque Hamilton a réalisé le meilleur tour en une minute 44,753 secondes - reléguant Raikkonen à 262 millièmes de seconde et son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas à 427 millièmes. L'actuel meneur au championnat Sebastian Vettel n'a pu faire mieux que le cinquième chrono, derrière Max Verstappen (Red Bull).
Mercedes a apporté des améliorations aux moteurs des deux voitures pour ce week-end, ce qui signifie que c'est la quatrième évolution des spécifications. Toute autre modification cette saison entraînera des pénalités. Ferrari a pris la décision de poursuivre avec sa troisième évolution du groupe moteur et elle aura droit à une autre modification lors des huit courses à venir après la Belgique.
Le Canadien Lance Stroll (Williams), qui s'attendait à être plus rapide à Spa, s'est classé 17e (1:47,861) en après-midi à plus de trois secondes du meneur de la journée. « Ce n'est pas là que nous espérions être, a-t-il reconnu. Nous avons tout simplement eu du mal à garder la vitesse en courbe et à être aussi performants que désiré.
Renault indécise
Dans le paddock, on jasait aussi de Robert Kubica. Le Polonais, qui a couru pour BMW et Renault entre 2006 et 2010, envisage un retour depuis qu'il a testé la monoplace actuelle de Renault le mois dernier en Hongrie, même s'il souffre toujours des séquelles d'un accident de rallye subi en 2011.
On a d'abord cru qu'il perdrait complètement l'usage de sa main droite, après que sa voiture eut quitté la route lors du rallye Ronde di Andora près de Gênes en Italie.
Il a pu reprendre la compétition après de nombreuses chirurgies, mais sa prometteuse carrière en F1 s'est brutalement interrompue ce jour-là.
«Nous aimerions tous que Robert soit de retour, mais ce doit être une décision sensée, a déclaré le directeur général de Renault, Cyril Abiteboul. Cela peut ou non se concrétiser.»
Il y aura une place disponible si Renault ne renouvelle pas l'entente du pilote britannique Jolyon Palmer, mais Abiteboul reste prudent quant à savoir si Kubica, âgé de 32 ans, peut prendre la relève.