Le skieur alpin de Gatineau, Alexis Guimond, a gagné le bronze mercredi au slalom géant des Jeux paralympiques.

Guimond gagne le bronze aux Jeux

La frustration des derniers jours a laissé place à des célébrations et des cris de joie. Alexis Guimond a réussi à gagner une première médaille à sa troisième sortie des Jeux paralympiques, mercredi, à PyeongChang.

Le skieur alpin de Gatineau recevra le bronze dans les prochaines heures après avoir terminé troisième au slalom géant. « Je réalise un rêve d’enfance. Depuis l’âge de six ans que je pense de participer aux Jeux, de monter sur le podium », a-t-il lancé au bout du fil.

Guimond avait terminé quatrième lors de la descente. Un scénario qui s’est répété au super-G.

L’athlète âgé de 18 ans s’était alors retrouvé à seulement 12 centièmes de seconde du troisième rang.

« J’étais frustré de passer si proche. Mais là, je suis tellement content. Je l’ai enfin ma place sur ce podium. »

Guimond a pris les moyens afin d’assurer sa présence dans le cercle des gagnants. Sixième après la première manche du slalom géant, il a réussi le temps le plus rapide lors de la deuxième descente. Un chrono de 1:06,44 qui lui a permis de grimper en troisième position.

Il était content le nouveau médaillé, mais aussi très fatigué.

« Brûlé », a précisé Guimond.

Sa journée avait commencé tôt. « Je me suis levé à 4h ce matin. J’étais dans l’autobus à 5h en route vers la montagne », a-t-il relaté.

Un trajet d’une cinquantaine de minutes durant lequel Guimond, qui souffre d’hémiparalysie à la suite d’un premier AVC subi à l’âge de six mois, a pu penser à un peu de tout. Il était passé 21h en Corée du Sud lors de l’entrevue.

« Je m’en vais coucher bientôt », a souligné le principal intéressé. Reste à voir s’il serait capable de fermer l’œil.

« C’est le grand jour jeudi », a rappelé Alexis Guimond.

Ce sera la cérémonie de remise des médailles. Un moment que la vedette sportive de l’Outaouais partagera avec sa famille.

Maman Isabelle est sur place, tout comme papa Claude. Une tante, un oncle et un cousin ont aussi fait le voyage en Asie.

Son grand frère Marc-Antoine l’a aussi vu en action mercredi au slalom géant. « Il était tellement content de le voir finir troisième. Il est sauté par-dessus la clôture de sécurité pour aller le féliciter », a raconté le paternel.

Un geste qui a marqué Alexis Guimond.

« Mon frère était ému de voir son petit frère gagner une médaille paralympique après tant d’années et d’obstacles, dont les AVC. Il était mon idole quand j’étais plus petit... Il l’est encore. C’est incroyable l’appui que j’ai ici, de voir que ma famille sur place mais aussi de savoir que le Canada est derrière moi. »

Une famille qui le remerciait à son tour.

« Mettons qu’il nous a fait vivre des montagnes russes d’émotions, a avoué Claude Guimond. Tu l’as vu après la course. Il était tellement soulagé de l’avoir sa médaille après ce qu’il avait vécu lors des deux premières courses des Jeux. La pression est maintenant partie. »

Car fiston portait l’étiquette d’espoir de médaille pour le Canada.

Alexis Guimond avait gagné trois médailles sur cette même piste en Coupe du monde en 2017.

« Ce n’est pas fini pour lui. Il n’a que 18 ans. Il a encore la possibilité de participer aux Jeux à plusieurs reprises durant sa carrière », a noté avec justesse son papa.

En fait, son parcours n’est pas terminé à PyeongChang. On le reverra en piste vendredi au slalom.

« Je n’ai aucune attente. Je n’ai disputé qu’une course de slalom cette saison. Ça avait été difficile... Très difficile », a pris le soin de préciser Alexis Guimond.