Benoît-Olivier Groulx est revenu au jeu après avoir raté les 13 premiers matches des séries de la LHJMQ afin de soigner une mononucléose.

Groulx de retour avec les Mooseheads

Plus les séries avancent, plus les défis sont grands.

C’est donc avec soulagement que les Mooseheads de Halifax ont accueilli des munitions supplémentaires dans leur duel contre les Voltigeurs de Drummondville mardi. Benoît-Olivier Groulx est revenu au jeu après avoir raté les 13 premiers matches des séries de la LHJMQ afin de soigner une mononucléose. Le virus n’aura pas paralysé l’attaquant gatinois aussi longtemps que prévu. 

Sa convalescence n’a duré qu’un mois alors que son compagnon de trio Maxim Trépanier avait été au repos complet pendant trois mois avant de se présenter au camp des Olympiques de Gatineau cet été.

« J’ai vraiment eu peur que ma saison soit terminée quand j’ai eu le diagnostic une journée avant le début des séries. La coupe Memorial était dans deux mois et Maxim m’avait parlé de sa propre expérience... J’étais découragé, mais je suis rentré à la maison et j’ai un oncle qui m’a dit qu’il avait mis seulement un mois pour s’en remettre. Ça m’a redonné espoir. »

Premier choix du repêchage 2016 de la LHJMQ et deuxième compteur des Mooseheads avec 80 points en 65 matches, Groulx a dit qu’il a vu apparaître une bosse sur son cou une semaine avant le dernier match de la saison régulière.

« J’avais moins d’énergie. J’avais mal à la tête. On a fait des tests deux jours avant le début des séries et nous avons eu les résultats le lendemain. Après, tout a déboulé. J’avais mal partout. C’était épouvantable. Je suis rentré à Gatineau et ma mère s’est bien occupée de moi pendant deux semaines et demie, puis je me suis mis à me sentir beaucoup mieux. J’ai fait les démarches pour revenir à Halifax et m’entraîner légèrement, mais il y a eu une rechute. Je pensais pouvoir revenir au milieu de la deuxième ronde au départ, mais il a fallu repousser ça. »

Groulx a finalement effectué un retour dans le troisième match de la série contre les Voltigeurs, une victoire de 2-1 où il n’a pas noirci la feuille de pointage, mais il a inscrit un point dans un gain de 5-2 mercredi. Les Mooseheads mènent maintenant la série 3-1.

À présent, Groulx assure se sentir beaucoup mieux pour attaquer les matches les plus importants de la série demi-finale.

« Il n’y a pas juste moi qui vais mieux. Notre équipe a été hypothéquée par les blessures toute l’année. Ça ne nous a pas lâchés. Nous n’avons jamais été aussi en santé que maintenant. J’ai un match en dessous de la ceinture. J’ai eu de la difficulté dans la première période mardi, mais ce n’était pas à cause des jambes lourdes. Plus ça avançait, mieux ça allait. Je joue avec Arnaud Durandeau et Maxim Trépanier et ça va vraiment bien. Maxim commence à jouer du gros hockey pour nous », a dit Groulx au Droit avant le quatrième de la série mercredi.

Contre les Voltigeurs, il est confronté à son ancien compagnon de trio de l’Intrépide de Gatineau : Xavier Simoneau, limité à une passe après quatre matches dans cette série. Les deux ont peu échangé jusqu’à maintenant.

« On s’est parlé, zéro, à part une fois sur la glace mardi où il m’a demandé comment j’allais. »