Jimmy Garoppolo à son arrivée à Miami
Jimmy Garoppolo à son arrivée à Miami

Garoppolo a eu Tom Brady comme modèle

Josh Dubow
Associated Press
MIAMI — Jimmy Garoppolo a occupé un siège dans la première rangée, dans la meilleure classe possible, pour apprendre comment se préparer en vue d'un Super Bowl à titre de quart partant.

Après avoir vu à l'œuvre Tom Brady en deux occasions alors qu'il était encore réserviste avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Garoppolo aura maintenant la chance de mettre en pratique, dimanche prochain, les leçons apprises, cette fois comme meneur de jeu des 49ers de San Francisco.

«Je me rappelle à quel point il était calme», souligne Garoppolo lorsqu'il est invité à préciser ce qu'il a appris en examinant Brady avant les triomphes des Patriots contre les Seahawks de Seattle, à la suite de la saison 2014, puis contre les Falcons d'Atlanta deux ans plus tard.

«Tout le monde dit qu'il faut traiter ce match comme n'importe quel autre, exactement comme il le faisait. Je me trouvais à ses côtés, assimilant tout ce que je pouvais, examinant comment il gérait ses affaires et des choses du genre. De toute évidence, ç'a bien fonctionné les deux fois où j'ai été là avec lui.»

Brady est le plus grand passeur de l'histoire du Super Bowl, un événement auquel il a participé neuf fois et qu'il a gagné en six occasions, incluant les deux matchs où Garoppolo campait le rôle de réserviste.

Ces deux victoires avaient été marquées par autant de remontées. Les Patriots avaient surmonté un recul de dix points au quatrième quart pour vaincre les Seahawks. Face aux Falcons, ils ont effacé un déficit de 28-3 avant d'arracher la victoire en prolongation.

Le travail pour compléter ces remontées avait commencé bien avant que Brady ne mette les pieds sur le terrain.

«Vous pouviez le voir, sa façon d'être, son langage corporel, tout. Sa façon de se préparer lui permet d'être confiant quand arrive la journée de dimanche, souligne Garoppolo. Et donc, j'essaie de faire la même chose, être prêt et j'attends la suite.»

Alors qu'il se trouve en plein cœur de sa préparation, Garoppolo a reçu un texto de félicitations de Brady. Garoppolo tentera de devenir le troisième quart, après l'ex-49er Steve Young et Jeff Hostetler, des Giants de New York, à gagner un Super Bowl à titre de quart réserviste actif avant d'en remporter un sur le terrain.

Si ce scénario se concrétise, les 49ers pourront remercier les Patriots.

Le programme de reconstruction des 49ers est passé en mode accélération à mi-chemin de la saison 2017 lorsque les Patriots ont offert Garoppolo à l'équipe californienne en retour d'un choix de deuxième ronde.

Le «Modèle Patriot»

Brady ne montrait alors aucun signe de ralentissement ni un désir de prendre sa retraite, et comme Garoppolo était susceptible de devenir joueur autonome le printemps suivant, Bill Belichick a décidé de l'offrir à une concession qu'il respectait.

«Ça nous a permis de faire un pas important dans notre ascension en tant qu'organisation», a reconnu le directeur général John Lynch.

«Il nous a rendus immédiatement meilleurs. Il est un gagnant. Une partie de cela s'explique par ce qu'il est, mais je pense que le «Modèle Patriot» a aussi aidé. Il a vécu de grandes expériences là-bas. Tout ce qui le préoccupe, c'est de gagner.»

Ce trait de caractère s'est manifesté dès le jour où Garoppolo est arrivé à San Francisco pour se joindre à une équipe qui a amorcé la première saison de Kyle Shanahan au poste d'entraîneur-chef avec neuf défaites de suite.

Garoppolo a commencé à apprendre le système offensif de l'équipe immédiatement. Tard cette même saison, il a pris la relève à titre de partant et a mené son équipe à des victoires lors des cinq derniers matchs de la saison.

Cette performance a incité Shanahan pour modifier ses plans et offrir à Garoppolo un contrat de cinq ans, d'une valeur de 137,5 millions $ US, au lieu de tenter d'embaucher Kirk Cousins à titre de joueur autonome.

«Il nous a éblouis avec le succès qu'il a connu sur le terrain malgré le peu de préparation et le peu de connaissances de notre attaque, a admis Shanahan. Une fois la saison terminée, il a rendu notre décision très facile.»