Le Lavallois Alexis Galarneau a donné du fil à retordre à la troisième tête de série du Challenger lundi après-midi. Darian King a gagné en deux manches serrées de 7-6 (5) et 7-5.

Galarneau commence à se faire un nom

Meilleur joueur canadien dans le tableau masculin du Challenger de Winnipeg la semaine dernière avec une présence en quarts de finale, le Québécois Alexis Galarneau aura été le premier à subir l’élimination à Gatineau.

Le Lavallois de 19 ans n’a pas à rougir. Loin de là. Il a même poussé le Barbadien Darian King dans les câbles dans les deux manches que la troisième tête de série a fini par gagner 7-6 (5) et 7-5. King est classé 179e au monde avec une pointe au 106e rang en 2017. Il est aussi âgé de 26 ans.

Même s’il en est toujours à ses premières armes dans les rangs professionnels, Galarneau s’est bien bagarré et demeurait fier de ses derniers tournois.

« Ça fait deux ans que je joue à NC State (Caroline du Nord). Il me reste encore deux ans à faire là-bas en administration des affaires, mais j’aime jouer dans ces tournois pour voir ma progression. Les bons résultats comme celui de Winnipeg, c’est un boni. Je suis passé d’un joueur sans classement au 705e rang mondial aujourd’hui ! »

En luttant à forces égales contre un vétéran joueur de l’ATP, Galarneau s’aperçoit qu’il n’est pas loin des meilleurs joueurs au monde.

« Au niveau tennistique, je suis capable de rivaliser. Mes frappes sont au même niveau, mais au chapitre de l’expérience, il m’a eu. Il a haussé son jeu quand c’était important dans le bris d’égalité. »

On reverra certainement Alexis Galarneau à Gatineau dans les années à venir. Il veut faire carrière au tennis, mais ses études sont prioritaires. Pas question de faire le saut sur le circuit professionnel avant d’avoir obtenu son diplôme. Son tournoi gatinois n’est toutefois pas terminé. Il disputera le double avec son partenaire Benjamin Sigouin avec qui il a gagné un premier titre Futures à Calgary en juin dernier.

Candidement, Galarneau a avoué que la petite pluie qui a arrêté son match à deux reprises l’avait avantagé lundi.

« J’étais à bout de souffle. J’aligne les tournois depuis plusieurs semaines. Je n’ai pas l’habitude d’avoir à jouer le niveau de jeu des professionnels pendant une si longue période ! »

Revers crève-cœur
En fin de soirée, Filip Peliwo, huitième tête de série, était à un jeu de récolter la première victoire canadienne. Il s’est fait remonter par l’Américain Ernesto Escobedo 3-6, 6-4, 7-5 alors qu’il menait 5-2 dans la dernière manche...

Mardi, le favori du tableau masculin fera son entrée en scène. L’Ontarien Peter Polansky (122e) affrontera le qualifié Vénézuélien Ricardo Rodriguez-Pace vers 18 heures. Dans le dernier match de la soirée, les amateurs auront droit à un duel canadien entre Samuel Monette et Pavel Krainik.