Le Québécois Gabriel Gagné mène les Senators de Belleville avec 15 buts cette saison.

Gabriel Gagné progresse bien

Gabriel Gagné est toujours considéré comme un projet à long terme au sein de l’organisation des Sénateurs d’Ottawa.

L’attaquant québécois a beau avoir été invité à représenter leur club-école de Belleville au Match des étoiles de la Ligue américaine de hockey qui aura lieu lundi soir à Utica, dans l’état de New York, après un concours d’habiletés dimanche soir, il est bien conscient qu’il lui reste des croûtes à manger.

Ce n’est pas pour rien que les Sénateurs ne se sont pas tournés vers lui lorsqu’ils ont effectué leurs 13 rappels d’attaquants depuis le début de la campagne, préférant plutôt demander aux Chris DiDomenico, Nick Paul, Colin White, Filip Chlapik, Max McCormick et Jack Rodewald de venir en renfort lorsqu’ils en ont eu besoin.

Gagné est pourtant le meilleur buteur des « petits Senators » alors qu’il a enfilé son 15e de la campagne samedi soir dans un revers de 4-3 en prolongation contre Rochester, un match dont il a été choisi la première étoile alors qu’il a aussi récolté une mention d’assistance, seulement sa quatrième de la campagne, en 44 parties. Ça demeure un grand pas en avant par rapport à sa première saison chez les professionnels, alors qu’il s’était contenté de deux buts et quatre passes en 41 parties en 2016-2017, dernière saison où le club-école des Sénateurs était basé à Binghamton.

« Ça va bien cette saison, je suis beaucoup plus à l’aise que l’an dernier, qui avait été une saison d’apprentissage pour moi », a-t-il confié avant un week-end chargé, son club ayant aussi joué vendredi soir (un revers de 5-2 à Syracuse). 

« C’est certainement une bonne affaire pour moi d’avoir été invité au Match des étoiles. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre vu que je n’ai jamais participé à un tel match, mais on me dit que c’est une bonne expérience. Ça va être le fun, j’ai mes parents et quelques amis qui vont venir voir ça », a-t-il ajouté.

Gagné ne pense pas que cette sélection lui permettra nécessairement de prendre du galon aux yeux des dirigeants de son club.

Il y a deux semaines, alors qu’il était à la fin d’une disette de 12 parties sans point, son entraîneur Kurt Kleinendorst l’a relégué à un quatrième trio, montrant qu’il n’était pas trop satisfait de son jeu. Ça ne l’a pas empêché cependant de compter deux buts en passant près de son patelin (Ste-Adèle) pour un match contre le Rocket à Laval.

« Il (Kleinendorst) ne m’a pas dit grand-chose (au sujet de sa rétrogradation), je savais ce que j’avais à faire, qui était de travailler encore plus fort, être plus constant et juste être meilleur, chaque jour. C’est ce que je dois continuer à faire tout le temps si je veux forcer le club à me rappeler éventuellement. C’est entre mes mains », a indiqué le choix de deuxième ronde au repêchage de 2015, qui a développé une bonne chimie avec un autre attaquant québécois, Francis Perron.

Le solide gaillard de 6’ 5’’ et 185 livres, un ancien des Tigres de Victoriaville et des Cataractes de Shawinigan, est un ailier droit doté d’un excellent tir du poignet, avec lequel il a marqué la plupart de ses buts. « Il a tout un lancer et il patine, en plus d’avoir un très bon gabarit même s’il a encore beaucoup de place pour grandir dans son corps. On aime bien sa progression, il a beaucoup de potentiel, a confié l’assistant d.g. des Sénateurs Randy Lee, qui est le responsable du club-école. Il a bénéficié de jouer chez les pros l’an dernier au lieu de retourner chez les juniors à 20 ans. Il s’est promené entre la ligue East Coast et la Ligue américaine et il a réalisé ce qu’il fallait faire pour avoir du succès à ce niveau-là. Il a compté plusieurs gros buts pour le club cette saison, et il a aussi très bien fait lors des tirs de barrage. Il a des feintes impressionnantes. »

Lee a ajouté qu’il n’est « pas impossible » qu’il soit rappelé d’ici la fin de cette campagne perdue pour le « grand club ». « Mais un rappel, ça se mérite. Il doit encore s’améliorer défensivement et au niveau de la gestion du match ainsi que lors des batailles le long des bandes. »

KILREA AU TEMPLE DE LA LAH

Déjà membre du Temple de la renommée du hockey et de celui des sports d’Ottawa, Brian Kilrea va ajouter une autre plume à son chapeau lundi alors qu’il sera intronisé au Temple de la renommée de la Ligue américaine de hockey.

Brian Kilrea

Le légendaire ancien entraîneur-chef et directeur général des 67’s d’Ottawa sera honoré cette fois pour ses exploits en tant que joueur, lui qui a passé 10 saisons dans la LAH, dont neuf avec les Indians de Springfield, au cours des années 1950 et 1960.

Il a aidé Springfield, dirigé par le tout aussi légendaire Eddie Shore, à remporter trois championnats de la coupe Calder consécutifs entre 1960 et 1962, lui qui détient toujours le record d’équipe avec 442 passes en carrière. En tout, il a totalisé 624 points en 623 parties, ce qui comprend six saisons de 20 buts ou plus. Kilrea, qui a maintenant 83 ans, sera intronisé en même temps que Jim Bartlett, Don Biggs et Glenn Merkosky.

Comme joueur, il est aussi connu comme la réponse à une question quiz : quel joueur a compté le premier but de l’histoire des Kings de Los Angeles ?