Le Fury tirait de l’arrière par un seul but à la mi-temps, samedi, mais deux erreurs ont ensuite permis à Louisville d’ajouter deux buts à cette avance.

Une défaite, deux interprétations

L’entraîneur-chef Nikola Popovic et son leader Maxime Crépeau ne voyaient pas nécessairement les choses de la même manière, samedi, après le revers de 3-0 encaissé par le Fury d’Ottawa, à la Place TD.

Popovic est allé jusqu’à qualifier ses joueurs de « super-héros » pour l’ardeur qu’ils ont démontré, jusqu’à la toute fin, face aux puissants représentants du Louisville City FC.

Crépeau a reconnu que l’effort était au rendez-vous, surtout en fin de rencontre.

Toutefois, pour un club qui lutte pour une place en séries éliminatoires, alors que le mois d’août se pointe le bout du nez, les victoires morales ne valent rien.

« Nous n’avons plus le droit de perdre des matches comme ça », a tranché le gardien québécois, contrarié.

Popovic a invoqué, une fois de plus, le calendrier capricieux de la United Soccer League (USL). Il a une fois de plus parlé des longs déplacements entre les villes. Il n’a vraiment pas l’air d’affectionner les autocars.

« Nous devrions avoir un seul mot, en tête, en ce moment. Il ne faut penser qu’à la récupération », a-t-il déclaré.

« Au cours des 15 derniers jours, nous avons joué cinq parties. Notre avant-dernière partie a pris fin aux environs de 21 h 30, mercredi, Pour revenir de Toronto, nous avons roulé sur l’autoroute pendant environ cinq heures. Nous avons donc eu 60 heures, environ, pour nous remettre de cette expérience. Ceux qui comprennent un peu le fonctionnement du corps humain savent qu’il faut environ 72 heures pour bien récupérer. »

« Quand je pense à l’effort fourni par les gars, samedi, je n’ai pas le choix de conclure que ce sont de véritables super-héros. Ils ont continué à se battre jusqu’à la toute fin. Pour cette raison, je suis très fier d’eux. »

Le Fury tirait de l’arrière par un seul but à la mi-temps, samedi. Les visiteurs détenaient l’avance, mais leurs hôtes avaient contrôlé le jeu pendant une bonne partie des 45 premières minutes de jeu. Tous les espoirs étaient donc permis.

Deux erreurs mentales du Fury ont permis à Louisville d’ajouter deux buts à son avance, au retour de la pause.

« Ce sont des erreurs qui surviennent, généralement, quand un club joue beaucoup de matches en peu de temps », dit Popovic.

C’est là que l’opinion de Crépeau diffère légèrement.

« Toutes les équipes de notre ligue ont joué environ 25 matches depuis le début de la saison. Les plus grands clubs de la planète jouent parfois deux matches en quatre jours. Ils trouvent des moyens de s’adapter », déclare-t-il.

« Nous n’avons pas d’excuses. »

Crépeau se fâche
Crépeau a carrément sorti de ses gonds après le deuxième but marqué par Louisville. Il a récupéré le ballon au fond de son filet et il a effectué quelques pas vers le centre du terrain. Il s’est ensuite retourné et il a évacué sa frustration en bottant la balle contre un des buildings qui bordent le terrain de la Place TD.

Une demie heure plus tard, lors de son passage dans la salle de presse, il n’avait pas complètement dérougi.

« Combien de buts avons nous alloué à la suite de coups de pied arrêtés ? Beaucoup trop, a-t-il expliqué. Je pense que c’est une question de responsabilité. Tu prends ton gars, tu le marques, that’s it. Ça finit là. C’est une question de fierté, aussi. Tu viens de perdre ton duel... C’est ça qui arrive. »

Les explications de Popovic et celles de Crépeau ne sont pas complètement incompatibles. « Je comprends ce que Nikola cherche à faire. Il veut que le moral des troupes demeure élevé. Moi, je répète que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des matches de cette manière, à cette période de l’année. »

Le Fury pourra prendre le temps de bien se reposer avant sa prochaine partie, qui est prévue pour vendredi.