Prêté par les Whitecaps de Vancouver pour le prochain mois, Doneil Henry s’est entraîné à la Place TD mercredi.

Un vétéran de la MLS prêté au Fury

Rares sont les joueurs établis de la MLS dans la force de l’âge à avoir endossé l’uniforme du Fury d’Ottawa depuis sa naissance il y a cinq ans.

Des circonstances favorables ont toutefois été réunies pour changer la donne alors que le Fury pourra miser sur les services du défenseur ontarien Doneil Henry au cours du prochain mois.

Âgé de 25 ans, le colosse de 6’2’’ a été prêté par les Whitecaps de Vancouver afin de recouvrer la forme après une opération à un genou suivi d’un claquage à une jambe qui l’ont tenu loin du terrain depuis 2016.

Véritable surdoué, Henry a amorcé sa carrière professionnelle dans la MLS dès l’âge de 17 ans.

Il compte déjà plus de 70 matches d’expérience avec le FC Toronto et il a même évolué en première division anglaise pendant trois saisons avant de faire un détour vers le Danemark (où il a été blessé en 2016) pour enfin revenir au Canada après avoir signé un contrat avec les Whitecaps.

Défenseur central, Henry était à la Place TD mercredi où il s’est entraîné avec le Fury dans l’espoir de jouer un premier match depuis longtemps samedi contre le FC Cincinnati.

Malgré son jeune âge, Henry a déjà amorcé 22 matches pour l’équipe canadienne senior.

Le directeur général du Fury, Julian De Guzman a même été son coéquipier lors des dernières qualifications à la Coupe du Monde en 2015.

Ce dernier n’a pas eu peur des mots quand il est venu le temps de parler de Henry.

«En parfaite santé, il est facilement un des meilleurs défenseurs au pays. Lorsqu’il aura retrouvé sa vitesse de croisière, il sera à nouveau un partant à Vancouver. C’est notre souhait», a dit De Guzman, qui a été proactif en approchant les Whitecaps pour leur proposer de donner des minutes précieuses à un joueur qui n’a pas joué un match professionnel depuis un et et demi.

Grand talent canadien

«Doneil est très athlétique. Il gagne toutes les batailles aériennes offensives et défensives. Il organise bien le jeu. J’ai aussi joué avec lui avec le FC Toronto à ses débuts. C’est nettement un joueur au-dessus de la moyenne canadienne. Il a le profil parfait pour nous aider pendant que nous attendons le retour au jeu de Nana Attakora.»

Doneil Henry est arrivé à Ottawa avec de bonnes intentions même si son retour au jeu va passer par la USL.

«J’ai participé à un match il y a deux semaines contre l’Université de la Colombie-Britannique. Je suis enfin rétabli à 100 %, mais il n’y a rien de mieux que des situations de match pour reprendre le rythme. Je m’en viens ici pour aider un club qui a connu un début de saison difficile. Je suis excité à l’idée de prendre part à un match.»

Le Fury aura un calendrier occupé d’ici la fin du mois de mai et Henry aura l’occasion de mettre son genou à l’épreuve. Son prêt au Fury est temporaire, mais il va donner l’occasion à certains défenseurs blessés de prendre leur temps avant de réintégrer l’alignement.

Le Fury et les Whitecaps devraient sortir gagnants de ce prêt d’un mois. Henry n’a que 25 ans et il doit retrouver ses repères avant de retourner dans la MLS. De son côté, le Fury a un urgent besoin d’aide à court terme alors que sa brigade défensive est éprouvée.

Le club de Nikola Popovic doit aussi racheter un début de saison décevant où il n’a pas encore gagné après quatre matches.

L’arrivée de Henry dans la capitale nationale porte le nombre de joueurs canadiens à 17 chez le Fury.

L’équipe ottavienne ne l’a pas eu facile en ce début de saison avec les blessures à Maxim Tissot, Attakora et Eddie Edward ainsi qu’avec la suspension de trois matches à Onua Obasi pour un carton rouge.

La présence de Henry pour au moins cinq matches viendra combler un trou béant dans le champ arrière du Fury.

TISSOT ET SON COÉQUIPIER CHAMPION DE LA NASL DOIVENT PATIENTER

Addition clé du Fury d’Ottawa pendant la saison morte, Maxim Tissot doit vivre avec une blessure qui tarde à guérir et qui le tient loin du terrain de jeu depuis... trois mois.

Blessé aux quadriceps, le milieu de terrain gatinois n’a pas encore disputé un match avec le Fury en 2018. L’absence du champion de la NASL à San Francisco commence à peser lourd, mais celle de Nana Attakora, son coéquipier en Californie la saison dernière, se fait aussi ressentir. Le duo devait apporter de l’expérience au Fury, mais aucun des deux n’a été en mesure de revêtir l’uniforme jusqu’à présent.

«Quand les deux seront de retour, nous aurons enfin le vrai portrait de notre équipe», dit le directeur général Julian De Guzman.

Ce dernier avance que Tissot est le joueur qui manque au Fury sur le flanc gauche du terrain. «On voit vraiment qu’il est l’homme de la situation. Son absence change la dynamique de notre club. Nous manquons un peu de confiance du côté gauche du terrain. Nana devait solidifier notre ligne défensive, mais l’arrivée de Doneil Henry va lui permettre de ne pas brusquer son retour au jeu. Ça s’en vient dans son cas. Une semaine ou deux et nous verrons Nana.»

Tissot a recommencé à courir sur les lignes de côté, mais il sera prudent dans son programme de remise en forme.

«Mon absence est bien plus longue que prévu. Je suis revenu à l’entraînement après six semaines. Les choses se sont bien passées pendant deux semaines, puis la blessure est revenue. Je reçois des traitements spéciaux présentement. On verra ce que ça va donner, mais cette fois, je vais attendre d’être vraiment rétabli à 100 %, car la période de guérison de ce type de blessure est imprévisible. Ça peut être une semaine comme six mois. Quand je pourrai reprendre l’entraînement, il me faudra quelques semaines avant d’atteindre la forme de match.»

Le Gatinois n’a pas accompagné l’équipe sur la route à ses trois premiers matches de la saison et dit avoir été marqué par le premier match local samedi dernier.

«De voir la foule à la Place TD, c’est là que j’ai réalisé que la saison était vraiment commencée. Là, j’ai vraiment hâte de revenir !»