Protais Mutambala était très jeune quand il a quitté la Tanzanie. Maintenant, il essaie de convaincre le Fury d’Ottawa qu’il mérite une place sur le XI partant.

Un nouveau joueur québécois avec le Fury

Le Fury d’Ottawa poursuit sa mission, qui consiste à offrir des opportunités aux joueurs de soccer canadiens qui présentent un beau potentiel. Même ceux qui partent de loin.

Le club a mis sous contrat un jeune milieu de terrain québécois, jeudi matin. Les irréductibles fans de l’Impact de Montréal reconnaîtront peut-être le nom: Protais Mutambala. Le jeune homme de 20 ans a passé quatre années à s’entraîner avec l’Académie du club de la MLS.

Les vrais mordus savent peut-être aussi qu’il a fait un pas vers l’arrière, l’été dernier. Il a complété la saison 2018 avec le FC Longueuil de la Première ligue de soccer du Québec (PLSQ).

«Je n’ai jamais perdu espoir», a dit le jeune homme au terme de la plus récente séance d’entraînement de son club, à la Place TD.

«J’étais déçu quand je me suis rendu compte que je ne pouvais pas entrer avec l’Impact. En réalité, je pouvais toujours entrer avec l’Impact, mais mes chances devenaient minimes. À partir de là, j’ai commencé à être vraiment déçu. Heureusement, j’avais un agent qui a su m’aider. J’ai obtenu quelques essais avec différents clubs. Je n’ai jamais perdu espoir. C’était la mentalité que j’avais depuis le début. Il ne fallait pas que je perde espoir. Ça m’a aidé», explique-t-il.

Le cheminement de Mutambala n’a jamais été le plus conventionnel, de toute façon.

Il n’était qu’un bambin quand il a quitté la Tanzanie, avec ses parents et son jeune frère, pour s’installer au Canada. La petite famille s’est d’abord installée dans la région de Québec. «Là-bas, au début, je jouais au soccer à l’école. Juste pour jouer, avec des amis», explique-t-il.

Les Mutambala ont fini par trouver leur domicile permanent dans la région de Montréal, et on ne peut plus dire qu’ils forment une «petite» famille. Protais a désormais sept frères et sœurs. Trois de ses cousins ont quitté l’Afrique pour devenir, à leur tour, Canadiens.

On fait le décompte. Les parents du jeune athlète comptent 11 enfants sous leur toit.

«On est une grosse famille. On pourrait former un XI partant», rigole-t-il.

Jeux de la rue

Mutambala a commencé à jouer de façon compétitive à son arrivée à Montréal. On l’a cependant remarqué lorsqu’il participait aux Jeux de la rue, un projet qui vise l’inclusion de jeunes hommes et femmes provenant de différents secteurs de l’île de Montréal.

«Un coach de l’Impact s’était déplacé pour assister à un de nos matches. Je ne savais même pas qu’il était là. Il est venu me parler de l’Académie après notre premier match.»

Le Fury a simplement offert à Protais Mutambala une chance de venir s’entraîner avec son effectif, il y a quelques semaines.

«Son énergie nous a impressionnés, commente l’entraîneur-chef Nikola Popovic. On le sent heureux quand il joue au football. Nous avons plusieurs principes à enseigner à nos joueurs, mais nous voulons aussi que le sport soit pour eux source de plaisir. Clairement, quand il se trouve sur le terrain, Protais est heureux.»

Le plaisir ne sera pas suffisant. Mutambala ne sera sans doute pas du prochain match du Fury, ce week-end, au Kentucky. Il a du travail à faire pour mériter du temps de jeu.

«Mon objectif premier serait de me faire une place dans le XI partant dans les prochains mois», dit-il.