Toronto a dominé le match au chapitre des tirs tentés (19-3) obtenant au moins cinq bonnes chances de marquer.

Un lendemain douloureux pour le TFC

Greg Vanney était sous le choc. On pourrait aussi ajouter les qualificatifs « tiraillé » et un peu « abasourdi ».
Vanney a perdu trois coupes MLS, une en prolongation et une autre en tirs de barrage, alors qu'il enfilait l'uniforme du Galaxy de Los Angeles. Samedi, à la barre du Toronto FC, il a vu le trophée lui échapper une autre fois quand son équipe s'est inclinée 5-4 en tirs de barrage contre les Sounders de Seattle.
La douleur de cette défaite est, semble-t-il, sans précédent.
« Je sais ce que c'est de sentir la douleur, d'être dans ce vestiaire et d'être un de ces gars », a déclaré le pilote de 42 ans.
« Vous commencez à penser à chaque jeu, chaque moment, tout ce qui aurait pu être différent et ça fait mal », a-t-il ajouté. Ces gars ont tout donné, donc c'est normal qu'ils soient dans cette position.
« Pour ma part, j'ai encore beaucoup d'énergie que je n'ai pas été capable de laisser aller. C'est un peu, je crois, ce qui retient l'émotion qui sortira à un moment donné parce que moi, mon personnel, tout le monde au sein de cette équipe a investi beaucoup de temps pour se rendre là. »
« Et je suis certain que plusieurs personnes vont ressentir la même chose. »
L'attaquant vedette Sebastian Giovinco le ressentait, lui qui a furieusement lancé ses gants au sol lorsqu'il a été remplacé à la 103e minute - incapable de poursuivre. Le capitaine Michael Bradley le ressentait, lui qui a vu son tir de barrage être repoussé par Stefan Frei. Justin Morrow le ressentait aussi, après que son tir eut heurté la barre transversale pour ensuite voir Roman Torres mettre fin au débat devant une foule record de 36 045 personnes au BMO Field.
Toronto a eu le dessus 19-3 au chapitre des tirs tentés (7-0 pour les tirs cadrés) et a obtenu au moins cinq bonnes chances de marquer. Mais les locaux ont été incapables de compléter le travail alors que Frei s'est dressé devant son filet. Il a réservé son plus bel arrêt à Jozy Altidore à la 108e minute.
« Nous avons tenté de demeurer optimistes. Le ballon ne voulait pas rentrer aujourd'hui », a déclaré le milieu de terrain, Jonathan Osorio.
« C'est une soirée qui aurait pu tourner en notre faveur si nous avions été en mesure de marquer le premier but, a dit Bradley. Nous n'avons pas pu et ç'a permis à cette équipe de demeurer dans le match. »
« Il faut leur rendre crédit pour la manière dont ils ont joué et pour leur jeu technique en défensive. En finale, la marge est très mince. »
La stratégie des Sounders était d'étouffer l'attaque de Toronto qui avait inscrit 17 buts à ses cinq matches éliminatoires. Et voir ce qui allait se produire ensuite.
Frei a été la clé. Comme pour tourner le fer dans la plaie de l'organisation ontarienne, le gardien des Sounders a passé cinq ans à Toronto avant de perdre son poste de partant et d'être échangé contre un choix au repêchage.
Le portier a finalement obtenu le titre de joueur par excellence de la finale, et les amateurs torontois sont retournés à la maison la mine basse.