Le Fury aimerait goûter à la victoire au moins une fois avant de faire sa rentrée à la Place TD contre le FC Toronto-II dans une semaine.

Troisième essai pour le Fury

Pour la troisième fois depuis le début de la saison régulière de la USL, les joueurs du Fury d'Ottawa se sont envolés vers le sud pour aller disputer un match à l'étranger.
Samedi, les Ottaviens chercheront à signer leur première victoire contre les Kickers de Richmond. En Virginie, ils renoueront avec des visages bien connus. Le club-école du D.C. United aligne notamment le Gatinois Maxim Tissot, mais il est loin d'être le seul à déjà avoir porté les couleurs du Fury.
Le milieu de terrain Mallan Roberts, l'attaquant Oliver Minatel et le gardien Marcel DeBellis font aussi partie de l'alignement des Kickers, même si les deux derniers n'ont pas encore vu d'action cette année.
Le Fury aimerait goûter à la victoire au moins une fois avant de faire sa rentrée à la Place TD contre le FC Toronto-II dans une semaine.
«C'est toujours bon de gagner avant un match d'ouverture à domicile. Ça va attirer plus de monde et créer un engouement», souligne l'attaquant Sito Seoane.
L'entraîneur-chef du Fury n'a pas eu peur des mots en début de saison. Paul Dalglish s'attend à ce que son équipe soit une puissance de la USL. Il a parlé d'un championnat. Il a répété qu'il avait soigneusement choisi ses joueurs et que cette équipe était vraiment à son image, mais après deux matches, le Fury n'a toujours pas mis un point en banque.
désavantage... canadien
L'entraîneur écossais est conscient que son équipe ne connaît pas le départ souhaité, mais il est loin de vouloir presser  le bouton de panique. Quand il se compare, il se console.
«Les clubs canadiens sont désavantagés en début de saison parce qu'ils s'entraînent à l'intérieur sur des terrains non conventionnels et parce qu'ils jouent des matches à l'étranger.»
Il signale que dans la MLS, Montréal et Toronto n'ont qu'une victoire en 10 matches à eux deux. Dans la NASL, le FC Edmonton a perdu ses deux premiers duels. «On s'est entraîné à l'extérieur pour la première fois mardi. On a connu une superbe semaine d'entraînement. Je sens que c'est la première fois que nous sommes vraiment préparés pour un match. Je suis excité», dit Dalglish.
Aussi, il rappelle que deux matches ne définissent pas une saison. «Nous sommes 0-2, mais je ne suis même pas inquiet. Nous allons vouloir être au sommet de notre forme à la fin de la saison. Samedi, pour la première fois, à part Carl Haworth, tous nos joueurs seront en santé. Avec une victoire, nous irons chercher trois points, ce qui représenterait la normale du parcours après trois matches sur la route.»
Pour la première fois, le Fury n'affrontera pas une équipe qui aspire à une promotion dans la MLS. Les Kickers sont affiliés à une équipe de la MLS. Ils ont gagné un match sur trois jusqu'ici.
«Ils ne donnent pas beaucoup de buts, mais nous ne sommes pas une équipe qui cherche des nulles de 0-0. Nous allons pousser pour aller chercher le premier but tôt dans le match pour les forcer à ouvrir le jeu», a ajouté Dalglish.
«Nous sommes 0-2, mais je ne suis même pas inquiet. Nous allons vouloir être au sommet de notre forme à la fin de la saison.»
Paul Dalglish
Après avoir compté deux buts à son premier match, le Fury a été blanchi dans le duel suivant. En attaque, Sito Seoane pourrait commencer à faire des cauchemars. Le nouveau venu a eu plusieurs chances de compter, mais les gardiens ont réservé leurs meilleurs arrêts pour lui jusqu'ici.
«Il y a un gardien qui a été crédité du jeu de la semaine contre moi. Je ne suis pas frustré. J'affronte des pros. J'ai eu de bons tirs. Ça veut dire que je suis capable de créer des chances. Je commence à me familiariser avec le système de jeu et mes nouveaux coéquipiers. Je ne suis pas inquiet. Les buts vont venir.»