Il est encore trop tôt pour connaître la gravité de la blessure subie par Maxim Tissot, mercredi soir.

Tissot toujours blessé, mais les renforts arrivent

Il est encore trop tôt pour connaître la gravité de la blessure subie par Maxim Tissot, mercredi soir. On sait cependant qu’il n’a pas accompagné ses coéquipiers du Fury d’Ottawa en voyage, ce week-end.

Le club de soccer de la capitale renoue avec la compétition dans la United Soccer League (USL), samedi soir. Il rendra visite au club qui occupe le haut du classement, le FC Cincinnati.

Il ne se donnera même pas la peine de rentrer, par la suite. Il poursuivra son chemin en route vers son prochain match, qui sera disputé mercredi prochain du côté d’Indianapolis.

Le moral est quand même bon, alors que s’achève cette éreintante séquence de six matches en 18 jours. Six matches dans six villes différentes.

Le moral est bon parce que les renforts s’en viennent.

Colin Falvey et Steevan Dos Santos ont participé de façon active à la dernière séance d’entraînement qui a été ouverte aux médias, jeudi. Le général de la défensive et le plus dangereux attaquant de l’équipe ont passé du temps à l’infirmerie, dernièrement, pour soigner des bobos jugés pas trop sérieux.

«Ça s’en vient», assure Falvey.

«Je vais aller cogner à la porte du coach très bientôt pour lui dire que je suis prêt à reprendre ma place.»

«Les gars qui ont joué en notre absence ont survolé le terrain. Ils jouent si bien que personne n’est assuré de son poste. C’est une bonne chose. Tout le monde veut appartenir à une équipe où la compétition interne est forte», complète l’athlète irlandais de 33 ans.

Un troisième éclopé, presque oublié, se trouve aussi sur le chemin du retour.

Le milieu de terrain espagnol Cristian Portilla, auteur d’un spectaculaire but en début de saison, a lui aussi augmenté l’intensité à l’entraînement.

«Je suis toujours en mode attente. J’attends des nouvelles de nos spécialistes médicaux. J’aimerais compter sur eux dans nos deux prochains matches, mais je ne sais pas. Parfois, le simple fait de voyager peut aggraver des problèmes de santé», croit l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

«J’aimerais pouvoir compter sur tous ces joueurs, en ce moment, mais c’est impossible.»

Grosse attaque
Le Fury et son gardien québécois, Maxime Crépeau, n’ont pas encaissé un seul but à leurs trois dernières parties.

Cette séquence sera sérieusement mise à l’épreuve, à Cincinnati. La première puissance de la USL a marqué pas moins de 33 buts en 16 matches.

Leurs deux meilleurs buteurs, le milieu de terrain argentin Emmanuel Ledesma et le striker danois Danni Könic, en ont marqué respectivement huit et sept.

Dans le premier duel entre ces deux équipes, le Fury a passé un mauvais quart d’heure. Fin avril, à la Place TD, il avait été battu 3-0.

Popovic préfère vivre dans le moment présent.

«Tout le monde est heureux, dit-il. Nous venons d’atteindre un de nos principaux objectifs de la saison en nous qualifiant pour la demi-finale du championnat canadien.»

«Souvent, même quand le tableau indicateur n’est pas flatteur, nous jouons bien. Notre club grandit. Avec tous les matches que nous avons joué sur la route, ces temps-ci, je me soucie davantage de notre croissance que de nos résultats du passé.»